Ginjer : la matrice au service des hommes

Ginjer naît en 2011 de la réunion de quatre hommes, Léonard Cohen, Gilles de Vaugrigneuse, Bruno Zaraya et Baptiste Money. Aujourd’hui, la société de gestion gère un unique fonds flexible 0-100, positionné sur le marché des actions européennes. Le modèle singulier, créé par les quatre hommes, a fait ses preuves.

© gonin

Ginjer naît en 2011 de la réunion de quatre hommes, Léonard Cohen, Gilles de Vaugrigneuse, Bruno Zaraya et Baptiste Money. Aujourd’hui, la société de gestion gère un unique fonds flexible 0-100, positionné sur le marché des actions européennes. Le modèle singulier, créé par les quatre hommes, a fait ses preuves.

En pleine crise de la dette européenne, quatre hommes dressent un constat : le marché a profondément changé et ne peut plus être appréhendé selon les règles qui ont toujours prévalu. Léonard Cohen, alors responsable des gestions actions France et Europe chez Edmond de Rothschild AM, se tourne vers des hommes croisés à différents stades de sa carrière et leur propose de créer une société de gestion qui ne s’attachera plus à la seule analyse fondamentale. Ginjer est née avec une ambition : « Prémunir nos clients des risques systémiques, et dissocier les peurs des risques de marché », explique Bruno Zaraya, associé en charge du développement.

Matrice de risques

L’équipe voit ainsi la volatilité comme un mauvais indicateur du risque. « Sur les marchés actions, des mouvements de plus en plus fréquents sont souvent engendrés par les craintes, et non la présence d’un véritable risque », poursuit Bruno Zaraya. Il faut donc se fier à d’autres paramètres. Pour cela, l’équipe poursuit son analyse, et se tourne cette fois vers les acteurs qui gravitent autour des marchés actions. Elle remarque que, s’il y a quinze ou vingt ans, les gérants d’actifs vendaient leurs actions quand ils passaient en négatif, leur comportement n’est plus le même aujourd’hui : face aux mêmes conditions de marchés, ils se couvrent. « Or, les exigences des vendeurs de produits complexes – structurés, ETF, dérivés ou autres – ne sont pas les mêmes que celles des gérants », note l’associé. En effet, la principale préoccupation des traders qui commercialisent ces produits reste la liquidité. Une priorité pas forcément en ligne avec le couple rendement-risque voulu par le gérant : « Nous avons développé une matrice de risques qui vient compléter la lecture fondamentale en analysant les comportements de ces nouveaux acteurs. Nous souhaitons identifier les moments très rares, où ils sont dans l’incapacité d’assurer la liquidité des engagements qu’ils ont pris. L’objectif est donc de compléter la lecture fondamentale avec une détoxication des marchés. » Auditée par le ministère de la Recherche, cette matrice des risques permet à Ginjer d’être considérée comme une entreprise innovante, donc de bénéficier du crédit d’impôt recherche. Un coup de pouce qui permet à la société de gestion de monter une équipe composée aujourd’hui de huit professionnels.

Proximité

La société gère près de 400 millions d’euros investis sur un unique fonds flexible 0-100, qui mise exclusivement sur les actions européennes. « Nos intérêts et ceux de nos clients sont totalement alignés », note Bruno Zaraya. Et l’équipe de Ginjer communique régulièrement avec cette clientèle, composée pour moitié d’institutionnels et pour moitié de privés. « Pour exister dans la gestion active, nous devons être capables d’éviter les fausses pistes et tenir le cap face aux peurs, poursuit-il. Par ailleurs c’est dans les moments plus difficiles que nos repères doivent aider nos clients. » Ainsi, même en étant investis uniquement sur des valeurs européennes, l’équipe peut conseiller ses clients sur les risques liés au marché chinois ou américain. « Notre matrice suit en temps réel 49 pays, aussi, s’il y a des éléments exogènes importants, il est de notre devoir de contacter tous nos clients pour partager notre lecture du risque. » La matrice de Ginjer lui permet ainsi d’éviter de solder des positions lorsqu’elle estime que le risque n’est qu’épidermique. Investi sur environ 25 valeurs cycliques et financières, le fonds affiche un taux de rotation des titres de 15 % par an. Et une performance au rendez-vous : elle était de 8,95 % en 2016 et de 9,86 % en 2017 (part A). Un argument de plus pour maintenir le cap.

Camille Prigent

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à aller plus loin"

X.Ouvrard (Babilou Family) : "Il nous fallait un partenaire qui relève le défi et nous pousse à alle...

Le réseau de crèches Babilou Family, créé en 2003 en France, leader en Europe et très présent à l’international, poursuit sa croissance malgré une ann...

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conseil est prioritaire"

S. Andries (Vestiaire Collective) & le cabinet Dechert : "La connaissance de la société par le conse...

En 2021, Vestiaire Collective, spécialiste de la vente de vêtements et d’accessoires d’occasion de luxe, est devenu l’une des licornes françaises de l...

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Ledger intègre le troupeau des licornes françaises

Le courtier de portefeuille de cryptomonnaies Ledger boucle un nouveau tour de table de 380 millions de dollars. Désormais valorisé 1,23 milliard de d...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

V. Malka (Teknowlogy Group) : "En IT, la France a été la plus touchée de l'Europe de l'Ouest"

Conseil des entreprises du secteur du numérique, des éditeurs de logiciels aux sociétés de services, PAC - teknowlogy Group propose son offre à des en...

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Économie : état des lieux par Geoffroy Roux de Bézieux

Alors que le gouvernement amorce la sortie des aides exceptionnelles, déconfinement oblige, les sujets ne manquent pas : de la réforme des retraites a...

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis s’apprête à entrer en Bourse

Aramis se prépare à lancer son introduction en Bourse sur le marché coté Euronext 40. Créée en 2001, l’entreprise a su se démarquer de la concurrence...

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

F. Balochard (Coruscans) : "L’industrie du private equity a gagné en maturité depuis 2008"

La pandémie n’en finit pas de maintenir dirigeants et investisseurs dans un brouillard d’incertitudes. Frédéric Balochard, associé-fondateur de la soc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte