Gilles de Colombel (Schneider Electric) : « Les grands enjeux de la smart city ne sont plus techniq

Depuis quelques années, Schneider Electric identifie la ville intelligente comme une nouvelle terre de croissance. Entretien avec Gilles de Colombel, directeur du pôle public. 

Depuis quelques années, Schneider Electric identifie la ville intelligente comme une nouvelle terre de croissance. Entretien avec Gilles de Colombel, directeur du pôle public. 

Décideurs. La révolution des smart cities est-elle bien entamée?
Gilles de Colombel.
En France, nous sommes aujourd’hui encore dans une phase d’expérimentation des smart cities. Le projet le plus avancé, dans lequel notre groupe intervient aux côtés d’autres grands groupes industriels, est le smart grid lancé à Issy-les-Moulineaux. Mais d’autres communes ont également des projets en cours de développement comme Nice et ses boulevards connectés ou le smart grid Greenlys à Lyon... L’élément constitutif et fondamental de la smart city, ce sont les réseaux électriques. Chez Schneider Electric, nous travaillons à connecter ces différents systèmes entre eux et à les optimiser.

Décideurs. Comme pour IssyGrid ?
G. de C.
Oui, les solutions y sont aujourd’hui éprouvées avec un système de monitoring installé dans les différents bâtiments du quartier. Grâce à des centaines de capteurs, toutes ces données remontent dans une plate-forme commune et nous commençons à travailler sur de nouveaux services à partir de ces données. L’idée étant de mutualiser différents capteurs pour qu’ils servent à plusieurs emplois.

Décideurs. De quels types ?
G. de C.
Prenez l’exemple des véhicules électriques. Nous travaillons à optimiser leur disponibilité, sans mettre à mal le réseau électrique du bâtiment. Nous sommes en train de regarder comment ils se chargent, à partir de quelles recharges et nous confrontons ces données avec des capteurs déjà existants, comme les caméras de vidéosurveillance, qui peuvent lire les plaques d’immatriculation. C’est un exemple de ce à quoi peut servir l’intelligence des données. L’objectif, à Issy-les-Moulineaux, est bien sûr de pouvoir faire remonter un maximum de données sur la plate-forme commune.

Décideurs. Comment faites-vous face à la problématique de la protection des données personnelles ?
G. de C.
C’est en effet un paramètre qu’il nous faut intégrer. À Issy-les-Moulineaux, la Cnil nous a autorisés à travailler sur un panel de dix logements, ce qui permettra d’établir diverses mesures de consommations énergétiques. Les usagers pourront ainsi comparer leurs consommations à ce panel. Mais imaginez un cimentier. En lisant sa facture énergétique, on comprend son business model. Les grands enjeux de la smart city ne sont donc plus techniques, car nous maîtrisons les technologies, ils sont surtout réglementaires.

Décideurs. À quoi ressemblera, selon vous, la smart city en 2050 ?
G. de C.
Ce sera une ville très connectée et très sécurisée pour les individus et leurs données. Elle sera pensée pour et avec les citoyens et apportera de nombreux services, notamment concernant l’information sur la mobilité multimodale mais aussi sur l’énergie. Ces systèmes aideront à comprendre ce que les citoyens consomment, quand et comment, et donc à réduire les factures énergétiques. Les systèmes seront de plus en plus mutualisés : une caméra de surveillance pourra être aussi utilisée pour mesurer la densité de la circulation ou le niveau d’éclairage d’un espace. Dans l’univers du commerce, on entrevoit déjà des applications mobiles proposant une information contextualisée en fonction de l’endroit où le client se trouve. Schneider Electric a d’ailleurs créé une joint-venture avec Lucibel : SLMS (Schneider Lucibel Managed Services). Cette entreprise commune commercialisera une solution innovante dédiée au marketing émotionnel sur les points de vente basée sur la technologie Li-Fi. De nombreuses technologies seront ainsi disponibles, mais non visibles.

Propos recueillis par Sophie Da Costa 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Gouvernement Borne : ce qu'il faut retenir

Une relative stabilité, peu de débauchages, des ministres et des députés promus : voici les principales informations sur le nouveau gouvernement.

Olivia Grégoire : une spécialiste de l'économie inclusive porte-voix du gouvernement

Olivia Grégoire : une spécialiste de l'économie inclusive porte-voix du gouvernement

Ancienne chef d’entreprise et députée, elle remplace Gabriel Attal au porte-parolat du gouvernement. Spécialiste des sujets RSE, la quadragénaire est...

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

Agnès Pannier-Runacher, Amélie de Montchalin : mission environnement

À Elisabeth Borne, Première ministre en charge de la planification écologique, Emmanuel Macron a décidé d’adjoindre Agnès Pannier-Runacher à la Transi...

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture de l’ombre à la lumière

Rima Abdul Malak, ministre de la Culture de l’ombre à la lumière

Le monde de la culture connaît bien cette conseillère de l’Élysée qui remplace Roselyne Bachelot rue de Valois. Proche d’Emmanuel Macron, elle devrait...

Législatives : ce que prévoient les sondages

Législatives : ce que prévoient les sondages

Une majorité en bonne position pour être reconduite, une gauche en dynamisme, une extrême droite qui pourrait enfin constituer un groupe parlementaire...

Burkini à Grenoble : à qui cela profite ?

Burkini à Grenoble : à qui cela profite ?

Ça y est, Éric Piolle a autorisé le burkini à Grenoble. Une décision qui va pénaliser les femmes, les féministes, les Verts et la gauche. Les salafist...

Premier ministre. Qui est resté le plus longtemps en poste ?

Premier ministre. Qui est resté le plus longtemps en poste ?

Jean Castex cède sa place à Elisabeth Borne. Par rapport à ses prédécesseurs, est-il resté longtemps dans "l'enfer de Matignon ? 3 ans, 1 mois et 18 j...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message