Gilles Betthaeuser (Colliers) : « Le coût de désengagement des entreprises dépasse le milliard d'euros chaque année en Île-de-Fr

Entre le retour de la croissance économique et l'émergence de nouveaux modes de travail, le secteur de l'immobilier d'entreprise fait face à une activité décuplée. Gilles Betthaeuser, CEO de Colliers, nous éclaire sur les nouvelles attentes des utilisateurs et les orientations prises son entreprise pour y répondre.
Gilles Betthaeuser

Entre le retour de la croissance économique et l'émergence de nouveaux modes de travail, le secteur de l'immobilier d'entreprise fait face à une activité décuplée. Gilles Betthaeuser, CEO de Colliers, nous éclaire sur les nouvelles attentes des utilisateurs et les orientations prises son entreprise pour y répondre.

Décideurs. Pouvez-vous nous donner le poul du marché ?

Gilles Betthaeuser. Nos marchés bénéficient d'une réelle vague porteuse : les clients font état de grandes ambitions ! Le grand nombre de nouvelles opérations lancées permettent une bonne adéquation actuelle entre offre et demande. Sur Paris, la zone la plus dynamique est encore et toujours le croissant Ouest, porté par de nombreux développements et redéveloppements.

 

En région parisienne, quelles sont les zones les plus dynamiques ?

Les environnements tertiaires traditionnellement les plus porteurs sont toujours les mêmes, à savoir le croissant Ouest et Sud-Ouest. Quelques opérations existent dans le Nord-Ouest, comme Saint-Ouen le Millénaire, Clichy… Saint-Denis est en revanche un peu plus question mark : de grosses opérations subsistent, mais la dynamique y est plus faible qu’il y a quelques années. L'Est est quant à lui porté par des développements plus ciblés, à l'image de zones comme Pantin ou encore la Porte de Bagnolet.

 

Observe-t-on un désir croissant de centralité chez les entreprises ?

Ce thème de la centralité s'exprime à travers plusieurs facteurs : d'une simple variable d'accessibilité, nous envisageons aujourd'hui un thème plus large, celui de la localisation. On ne recherche plus uniquement le côté pratique d'une bonne desserte, qui a amené les entreprises à s'installer dans nombre de grands campus en périphérie. Plusieurs raisons poussent les entreprises à désirer un retour en centre-ville : une meilleure attractivité pour les talents, l'efficacité opérationnelle, une interconnexion plus aisée avec la province et l'international... Le thème de la sécurité occupe également une part croissante dans l'esprit des dirigeants, bien que pas forcément exprimé de manière directe.

 

Que va-t-il advenir de tous ces grands campus ?

Ceux-ci ne disparaîtront pas du jour au lendemain. Dans les cas de ces pôles  situés en deuxième couronne tels que Les Ulis, Cergy ou encore Marne-la-Vallée, il existe une forte économie endogène qui a été créée par des entreprises implantées depuis longtemps et il semble peu probable de les voir quitter ces implantations quasi-historiques. À ce titre, le cas Nestlé (ndlr : le groupe agroalimentaire va quitter Noisiel, siège historique, pour s'installer porte de Versailles) relève plutôt de l'exception. La tendance pour ces entreprises semble plutôt être la création de pôles alternatifs et ainsi de bipolariser ou tripolariser leurs implantations.

 

La remontée des prix dans Paris ne risque-t-elle pas d'en éloigner certains acteurs ?

C'est effectivement un risque. L'optimisation du coût de l'immobilier de l'entreprise réside dans un équilibre à trouver entre surface et localisation. Cet arbitrage se fait cependant dans certaines limites, un asymptote étant en train d'être aujourd'hui pour un certain nombre d'entreprises. En effet, l'hyper attractivité de Paris en matière d'investissement se fait au détriment de l'occupant pour deux raisons : des loyers qui continuent à augmenter et, surtout, des baux devenant de plus en plus longs. Ce faisant, les entreprises limitent leur potentiel de flexibilité. Il y a un arbitrage à opérer entre coût et flexibilité. Aujourd'hui, le coût de désengagement des entreprises dépasse le milliard d'euros chaque année en Île-de-France et devrait continuer à augmenter, ce qui est le signe assez inquiétant d'un gros manque de flexibilité. Encore non traité par le marché, ce sujet est, selon moi, majeur, alors que les temps de l'entreprises sont de moins en moins en phase avec ceux de l'immobilier. Aujourd'hui, certaines entreprises, comme SFR, sont prêtes à payer très cher pour leur liberté.

 Il y a un arbitrage à opérer entre coût et flexibilité

 

Qu'en est-il des marchés régionaux ?

De belles dynamiques se remarquent sur les grandes métropoles régionales, liées à la création, il y a plusieurs années, d'écosystèmes régionaux propices. Bordeaux, par exemple, récolte les fruits d'une stratégie initiée il y a plus de dix ans. Idem pour Lyon. Si le contexte historique est moins évident à Marseille, on ressent tout de même un certain dynamisme depuis environ cinq ans. De notre côté, on remarque que beaucoup d'acteurs parisiens, à la fois investisseurs développeurs et utilisateurs, commencent à considérer la cité phocéenne comme un débouché possible.

 

Comment s'est traduite cette vigueur transactionnelle chez Colliers ?

En matière d'investissement, nous développons deux métiers. L'agence, pour lequel nous venons de signer deux mandats importants (ndlr : pour Aigis, à Noisy-le-Grand et pour Bouygues Immobilier, à Issy-les-Moulineaux), l'objectif pour 2018 étant d'en obtenir une dizaine. Nous développons également des activités de Capital Markets, pour lesquelles un certain nombre d'opérations sont en cours. Notre positionnement concerne des actifs compris entre 50 et 150 millions d'euros, nous permettant d'être en capacité de répondre aux exigences des mandants et d'offrir des prestations de qualité. Il s'agit de se construire une légitimité et de forger une marque durant les trois prochaines années. L’objectif pour 2018 est d'atteindre le milliard milliard d'euros d'opérations, sur lequel nous sommes plutôt optimistes !

 

Quel est votre signature sur ces sujets ?

Sur le front des grandes transactions, il faut garder à l'esprit que si la plupart d'entre elles peuvent être expliquées de manière rationnelle, certaines revêtent une dimension cachée : nous sommes sur le champ du non évident, et c'est là-dessus que nous travaillons ! Tout le monde sait identifier les potentiels preneurs de 50 000 mètres cachés à Paris, mais l'immobilier va au-delà de ça : notre rôle est de décoder les besoins de l'utilisateur. Notre proximité historique avec ces derniers et notre connaissance des immeubles nous permet, en quelques sortes, de « parler le même langage que l'occupant », c'est là que nous nous différencions des acteurs classiques. Sans être iconoclastes, nous nous revendiquons comme des créatifs.

 Nous parlons le même langage que l'occupant

Quels sont vos autres développements prévus ?

Colliers, s'incarne aujourd'hui dans deux entreprises : Colliers International France et CIIAM. Dédiée à l'asset management, cette dernière possède aujourd'hui environ trois milliards d'actifs sous gestion. Nous envisageons de porter ce chiffre à cinq, à moitié par croissance organique, l'autre moitié devant s'opérer par des acquisitions. Cette volonté de croissance témoigne de notre envie de renforcer notre ancrage dans le monde des investisseurs, avec une plus forte récurrence opérationnelle. Pour ce qui concerne Colliers International France, nous avons construit un plan de croissance pour 2020 structuré autour de trois piliers : l'accompagnement de projets, les transactions et les activités de conseil qui environnent ces sujets.

 

Propos recueillis par Boris Beltran

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jaguar et Land Rover électrisent le canal pro

Jaguar et Land Rover électrisent le canal pro

L’an passé, les deux constructeurs ont introduit des motorisations hybrides rechargeables dans leurs gammes. Laurent Letourneur, Directeur Marketing e...

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Grâce à l’arrivée de Coralie Oger, de Pierre Lumeau et de Caroline Vieren en provenance de FTPA, la boutique française spécialiste du management packa...

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

F. Duval (Amazon France) : "Seule une PME sur huit utilise des solutions de vente en ligne"

Amazon France comptera 14 500 collaborateurs à la fin de l'année et se place aujourd'hui comme un acteur de la digitalisation. Frédéric Duval, son dir...

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Intermarché et le groupe Casino signent un nouveau partenariat en matière d’achats

Les deux grandes chaînes de la distribution alimentaire, Intermarché et Casino, annoncent un partenariat stratégique pour une période de 5 ans, en mat...

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

François Pelen, comment le fondateur de Point Vision casse les codes

Diplômé de HEC, cet ophtalmologue a déroulé sa carrière dans le privé avant de fonder Point Vision. Gérés comme des entreprises, ses centres médicaux...

Démarrage réussi pour Stellantis

Démarrage réussi pour Stellantis

Quelques semaines après l’officialisation de leur fusion, PSA et FCA dévoilaient des résultats 2020 dans le vert malgré un contexte difficile pour le...

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

STMicroelectronics, c'est l'heure des semi-conducteurs

Certaines entreprises ont vu leur croissance de 2019 fondre l’année suivante. Pour le concepteur franco-italien de semi-conducteurs, c’est l’inverse....

VallJet, la bonne altitude

VallJet, la bonne altitude

La compagnie aérienne VallJet, spécialisée dans l’aviation privée, se déploie en France et devrait bientôt se lancer en Europe. En un an, son chiffre...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte