Gilles Betthaeuser (Colliers International France) : « Etre partie prenante du parcours de l’immeuble »

Leader mondial des services immobiliers, Colliers International est présent dans soixante-sept pays.  Quelle est la trajectoire recherchée et quels sont les attributs de la marque en France ? Rencontre avec Gilles Betthaeuser, président de Colliers International France.

© Colliers

Leader mondial des services immobiliers, Colliers International est présent dans soixante-sept pays. Quelle est la trajectoire recherchée et quels sont les attributs de la marque en France ? Rencontre avec Gilles Betthaeuser, président de Colliers International France.

Décideurs. Vous avez fait l’acquisition des deux filiales services d’Icade fin septembre 2016 : Icade Asset Management spécialisée dans la gestion d’actifs et Icade Conseil. Comment cela s’inscrit-il dans la stratégie générale de Colliers International France ?

Nous avons en effet fait le choix de compléter notre offre avec un univers de services à destination des professionnels de l’immobilier. C’est un choix assumé, mûri depuis deux ans, que nous inscrivons dans notre trajectoire générale de développement. C’est également une forme de pari que nous avons la chance de démarrer avec une acquisition importante et un actif significatif. Cette dernière nous permet aujourd’hui de véritablement franchir un cap et illustre notre volonté d’étendre notre leadership du conseil aux utilisateurs au conseil aux investisseurs. Chez Colliers, que ce soit au Canada ou en Australie en particulier, l’alliance entre le service et les solutions de conseil s’est faite de manière très naturelle et s’est avérée très structurante. Il existe des résonnances évidentes entre les métiers. Ce nouveau positionnement est aussi exempt de conflits d’intérêts, ce qu’il est important de souligner. Nous continuerons à proposer à nos clients, entreprises ou investisseurs, une offre de services sur mesure, dans une logique de création de valeur tout au long de la chaîne des services immobiliers. La volonté chez Colliers France est d’explorer plusieurs sujets. Pour cela, nous avons quatre axes de développement tous également prioritaires : renforcer les métiers liés à l’occupant en particulier les métiers de conseil, étoffer notre implantation régionale où nous estimons avoir un potentiel important, nous ouvrir à d’autres métiers et enfin configurer de nouveaux dispositifs avec comme objectif d’atteindre cinq milliards d’actifs sous gestion. Le quatrième axe est de se tourner également vers de nouveaux secteurs d’activité tels que l’hôtellerie ou la logistique.
 

« Le propre de notre identité est d’être à l’écoute des marchés locaux sans appliquer un modèle universel »

Comment décririez-vous aujourd’hui la marque distinctive de Colliers France ?

Nous ne nous positionnons pas comme un ensemblier car nous souhaitons être partie prenante de l‘histoire et du parcours de l’immeuble. Les services à haute valeur ajoutée, les sujets porteurs de complexité et la capacité à apporter une chaîne de valeur sont nos attributs, ce qui nous distingue sans doute de nos concurrents. La plateforme française s’affirme comme  un standard qualitatif, un étendard avec la capacité d’accompagner nos clients français à l’international.

L’idée est aussi d’utiliser ce qui marche bien dans d’autres pays, comme l’asset mangement en Belgique. Nous souhaitons aussi être pionnier et innovant au Maroc où les métiers vont se mettre en place. Nous regardons également comment installer notre marque en Espagne. Et puis au-delà, nous avons des visées sur l’Angleterre et l’Allemagne. Cette articulation entre les différents pays s’organise. Colliers restera néanmoins un assemblage hétéroclite selon les pays en conservant son empreinte, un standard de qualité et d’excellence. Le propre de notre identité est d’être à l’écoute des marchés locaux sans appliquer un modèle universel.

 

Les modes de travail et l’immobilier de bureau vivent une profonde mutation. Quel est selon vous le sens de l'histoire ?

À l’évidence, plein de choses se passent dans l’univers des environnements de travail. Les annonces sur le bien-être, le design, les nouveaux modes de travail s’enchaînent, d’autant que la France a un certain retard en la matière par rapport à d’autres pays. Mais une fois que l’on a dit cela, on n’a pas dit grand-chose… Il s’agit de ne pas confondre la forme et la substance et il me semble que c’est plutôt la forme qui l’emporte dans ces annonces ainsi que dans beaucoup de projets. Derrière ces évolutions, la problématique de fond est celle des modèles managériaux. L’entreprise française est aujourd’hui vraiment questionnée et remise en cause dans ses fondamentaux, comme la dimension statutaire du bureau, un certain manque d’autonomie... Dans ce contexte, l’évolution des espaces de travail peut être un levier de transformation des entreprises.  Ensuite, le métier de conseil en immobilier doit à la fois proposer une durabilité certaine tout en s’adaptant aux flux de changements rapides des entreprises. A nous de gérer cette complexité, de parvenir à  rendre les espaces « durablement modernes », de ne pas confondre gadget et substance. Je crois en effet que l’on se lasse de tout sauf de ce qui est beau et durable. La forme n’est pas anecdotique mais elle est aujourd’hui suramplifiée. La substance alliée à une créativité durable est la voie de Colliers International France.
 

Propos recueillis par Laetitia Sellam

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

V. Puche (CNAV) : "Je suis fière d’avoir internalisé des compétences UX/UI au sein de la CNAV"

V. Puche (CNAV) : "Je suis fière d’avoir internalisé des compétences UX/UI au sein de la CNAV"

DSI de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV), Véronique Puche a remporté le grand prix des Directeurs des systèmes d’information et du num...

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia finance le rachat de Suez par une émission d’obligations hybrides

Veolia a annoncé, le 14 octobre, l’émission de deux nouvelles obligations hybrides pour une valeur totale de 2 milliards d’euros. Cette somme doit ser...

À la rencontre de Robert Peugeot, l'homme qui s’investit

À la rencontre de Robert Peugeot, l'homme qui s’investit

Le président de la société d’investissement familiale FFP a passé une grande partie de sa carrière au sein des marques Peugeot et Citroën. Cet ingénie...

Reed Smith renforce son pôle immobilier

Reed Smith renforce son pôle immobilier

L’avocate Carole Steimlé rejoint Reed Smith comme associée. Son arrivée poursuit la vague de recrutements opérée par le cabinet depuis le début d’anné...

Conseillé par Gowling WLG, AD Éducation s’offre deux nouvelles écoles européennes

Conseillé par Gowling WLG, AD Éducation s’offre deux nouvelles écoles européennes

Le premier réseau d'écoles privées d'enseignement supérieur dédiées à la création et l’innovation, AD Éducation, acquiert deux sociétés, italienne et...

Le fonds américain Silver Lake s'offre Meilleurtaux

Le fonds américain Silver Lake s'offre Meilleurtaux

Avec cette acquisition comprise entre 700 et 800 millions d'euros, le fonds expert des technologies se promet un bel avenir.

Le fabuleux destin de Ginette Moulin

Le fabuleux destin de Ginette Moulin

Devenue en 2004 présidente du conseil de surveillance des Galeries Lafayette, Ginette Moulin est une héritière avisée qui perpétue les traditions fami...

Daniel Ek, le geek qui donne le la

Daniel Ek, le geek qui donne le la

Autodidacte, le Suédois de 37 ans a créé Spotify à partir de deux de ses passions : la musique et le code. Aujourd’hui, la plateforme de streaming aux...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte