Gérald Darmanin, l'aventure "Intérieur"

"Vous avez demandé la police, ne quittez pas".  L’homme qui "voulait peser" devient un poids lourd du gouvernement, puisque qu'il obtient le ministère de l’Intérieur. Les futures actions de celui qui assume ses ambitions seront scrutées par ses amis comme par ses ennemis.

"Vous avez demandé la police, ne quittez pas". L’homme qui "voulait peser" devient un poids lourd du gouvernement, puisque qu'il obtient le ministère de l’Intérieur. Les futures actions de celui qui assume ses ambitions seront scrutées par ses amis comme par ses ennemis.

Tu quoque mi fili. C’est le destin des gens qui ont un destin : depuis sa nomination Place Beauvau, on ressort à propos de Gérald Darmanin, un surnom dont il a hérité lorsqu’il a rejoint Emmanuel Macron : Brutus. Une forme d’habitus que de soupçonner de traitrise celui qui à mesure qu’il gravit les échelons accentue peu à peu son emprise. Avec Gérald Darmanin, c’est assez simple : à chaque nouvelle ascension, tout le monde applaudit, tout le monde se méfie. Trop vite, trop haut, trop fort : son parcours impressionne jusqu’à Emmanuel Macron, puisque lors de de leur rencontre en vue de sa nomination en tant que ministre du Budget, en mai 2017, la légende affirme que le chef de l’État lui aurait assuré : "vous êtes le meilleur de votre génération".

Et si plutôt que le parangon de la traitrise, Gérald Darmanin s’avérait l’homme des fidélités successives ? Il a 16 ans lorsque, après avoir assisté à un discours de Philippe Séguin, il s’engage au RPR. A l’heure où la prophétie de Malraux ("tout le monde a été, est ou sera gaulliste") prend chaque jour un peu plus d’épaisseur, on doit reconnaître au maire de Tourcoing une constance dans le culte qu’il voue au chef de la France Libre.

Avec Sarkozy, une relation filiale

Une "obsession", selon ses propres mots, qui trouve certainement son origine auprès de son grand-père, tirailleur algérien, résistant, combattant lors de la bataille de Monte Cassino et qui rejoindra les rangs de l’armée française pendant la guerre d’Algérie. C’est d’ailleurs en sa mémoire et en celle de son autre grand-père, juif Maltais, qu’il écrira quelques instants après l’annonce de sa nomination : "Grand honneur pour le petit-fils d’immigré que je suis, d’être nommé Ministre de l’Intérieur de notre beau pays". Nombreux sont ceux à avoir noté la similitude de l’hommage, avec les mots de Nicolas Sarkozy lors de son investiture en tant que Président de la République : "moi, petit Français de sang mêlé…".

Sarkozy / Darmanin, c’est une relation filiale, assurent tous ceux qui ont les ont côtoyés. L’ancien Président, dont l’une des nombreuses biographies qui lui est consacrée s’intitule Le Destin de Brutus, couverait d’un regard protecteur le parcours hors-normes mais similaire de l’élu des Hauts-de-France. Conseiller, maire, député, budget, intérieur : les deux hommes ont brulé les étapes sans se bruler les ailes.

C’est d’ailleurs cette complicité qui, dit-on, avait conduit Emmanuel Macron à mettre son veto à une nomination place Beauvau dès octobre 2018 après la démission de Gérard Collomb. Trop risqué lui disait-on, de faire d’un ambitieux, qui plus est un intime de Sarkozy, "l’homme le mieux informé de France". Véritable tremplin, le poste a été occupé par François Mitterand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, tous devenus Président. 

Brutus ou l’amour de la vertu

Qu’est ce qui a convaincu le Président de la République de donner toute sa confiance à l’ancien ministre du Budget ? Avant tout, la réussite incontestée de ce dernier dans un poste technique, souvent à la solde toute puissante des hauts-fonctionnaires de Bercy, et où toute velléité de reforme peuvent se retrouver noyées dans le flot technocratique de l’administration. Sa gestion du passage du prélèvement à la source fut menée de main de maître. Examen réussi pour le néophyte. 

Ensuite, parce que depuis son ralliement enthousiaste à Emmanuel Macron, (après quelques critiques durant la campagne de Fillon qu’il quitta en mars 2017), Gérald Darmanin fait preuve d’une loyauté à toute épreuve à l’égard du chef de l’État.

Jacques Toubon, Nicolas Sarkozy, Xavier Bertrand, Nicolas Sarkozy : ses mentors auprès desquels il a exercé, dont nombre sont devenus des amis, dénotent tous le caractère loyal de l’impétueux ambitieux. Un paradoxe qui s’évanouit lorsqu’on n’a pas oublié que Brutus fut aussi connu pour son amour de la vertu et sa volonté sans cesse renouvelé de faire passer le salut de la République avant le sien.

Et le salut de la police passera-t-il avant le sien ? C’est à espérer tant les hommes qui la compose constituent le corps de la nation. Critiquée pour le racisme de quelque uns, ou la violence de quelque autres, elle nécessite une mise au chevet, et de retrouver la considération qu’elle croit avoir perdue. Voilà pour le moment, l’ultime examen qui attend Gérald Darmanin, lequel pourra poursuivre, après cela, le destin auquel il croit.  

Sébastien Petitot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Remaniement, ce qu'il faut retenir

Ligne politique, personnalité des nouveaux entrants et du nouveau premier ministre... Retrouvez notre dossier spécial remaniement ministériel.
Sommaire Jean Castex, premier ministre du nouveau chemin Voici la composition du gouvernement Castex Éric Dupond-Moretti : un homme en colère au ministère de la Justice Roselyne Bachelot, une culture politique L’ascension d'Amélie de Montchalin Barbara Pompili, une écologiste réformiste Élisabeth Borne succède à Muriel Pénicaud au ministère du Travail Coralie Dubost (députée LREM) : "le nouveau gouvernement est plutôt gaulliste social" Brigitte Klinkert, ministre de l'Insertion par temps de crise
Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Édouard Philippe, la puissance du port du Havre

Qui est vraiment l’ancien premier ministre ? Un Iznogood qui veut être calife à la place du calife ou un homme fidèle au président ? Le journaliste Tu...

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Transformation de la Gare du Nord : retour sur un fiasco

Controversé depuis le début, l’immense chantier de transformation de la Gare du Nord de Paris a finalement été annulé hier soir par la SNCF qui invoqu...

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Vincent Le Roux rejoint Vae Solis Communications pour renforcer l'activité "Affaires publiques"

Le cabinet de conseil en stratégie de communication et gestion du capital réputation, Vae Solis Communications, accueille Vincent Le Roux au sein de s...

La loi Sapin 3 pour bientôt

La loi Sapin 3 pour bientôt

Depuis cinq ans, la loi Sapin 2 représente un pilier de la lutte anticorruption en France, celle-ci ayant conduit à deux avancées majeures pour la pro...

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Ca y est. Dans un discours prononcé à Rouen le 12 septembre, Anne Hidalgo s’est officiellement lancée dans la course à l’Élysée. Objectif : finir en t...

Politique climatique : la sanction de l’inaction

Politique climatique : la sanction de l’inaction

Lorsque le dernier rapport du Giec insiste sur une action immédiate pour sauver la planète, la loi Climat et Résilience, "plus grande loi écologique d...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte