Gemalto rejette l’offre de rachat d’Atos

Le spécialiste de la carte à puce, Gemalto, a refusé l’offre publique d’achat (OPA) d’Atos de 4.3 milliards d’euros, mercredi 13 décembre.
Gemalto

Le spécialiste de la carte à puce, Gemalto, a refusé l’offre publique d’achat (OPA) d’Atos de 4.3 milliards d’euros, mercredi 13 décembre.

Le 11 décembre, Thierry Breton, PDG d’Atos, faisait une offre de 4.3 milliards d’euros auprès du spécialiste français des cartes à puce, Gemalto. Une proposition rejetée deux jours après. Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique préfère poursuivre son chemin seul.

Le conseil d’administration de Gemalto juge la proposition « largement » sous-estimée, parlant même d’une offre « ni amicale, ni collaborative », à un moment jugé « opportun » en raison de la faiblesse de son cours en Bourse. « Gemalto, leader mondial de la sécurité numérique, est mieux positionné en tant qu’entreprise autonome pour poursuivre avec succès son développement et créer de la valeur à long terme », a déclaré l’entreprise française dans un communiqué. 

En effet, Gemalto traverse une crise qui se traduit par une baisse dans ses deux activités de prédilection, la carte bancaire et la carte SIM. Un plan de sauvegarde de l’emploi a été prononcé le 1er décembre. La situation inquiète les représentants syndicaux qui estiment que Gemalto est actuellement en posture de négociation, alors que plus de 260 salariés risquent d’être licenciés. Pour l’instant, pas de nouvelle offre du côté d’Atos même si les marchés semblent parier pour une surenchère.

Cybersécurité : une opportunité « ratée » ?

Si un accord est trouvé, le rapprochement de ces deux géants pourrait constituer « de loin le premier acteur européen », comme l’a exprimé Thierry Breton. Ces deux entreprises présentent de nombreuses similitudes en matière de cybersécurité et de paiement électronique : « Nous partageons le même ADN. Nous sommes deux groupes d’ingénieurs. Il y a une très grande complémentarité entre nos activités », a déclaré le président d’Atos : « cette offre permettrait de créer un leader mondial en technologie et en cybersécurité », en développant ses activités dans l’internet des objets et d’intelligence artificielle.

Gemalto avait signifié, dès l’offre faite, qu’une réponse claire serait apportée rapidement. C’est donc chose faite. Atos, pour sa part avait fait savoir, qu’en cas de refus, il n’abandonnerait pas pour autant. La guerre aux négociations est déclarée.

 

Coline Ziegler (@colineziegler)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Changement de gouvernance chez BPI Group

Changement de gouvernance chez BPI Group

L’amiral Olivier Lajous prend les fonctions de directeur général du groupe BPI et remplace ainsi Sabine Lochmann.

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

Éolien en Mer : coupe drastique dans les subventions

L’État a annoncé avoir renégocié à la baisse sa participation financière des les projets de développement de l’éolien de mer. Cette négociation concer...

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent illégaux »

Maurice Schulmann (Groupe Partouche) : « En France, les jeux de casino en ligne payants demeurent il...

Souffrant d’une image sulfureuse, le secteur des jeux de hasard est extrêmement régulé et les acteurs les plus dynamiques peinent à innover dans ce co...

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Asmodée : grosse plus-value pour Eurazeo ?

Le fabricant et distributeur français de jouets et de cartes est en passe d’être revendu par Eurazeo. Quatre fonds et un industriel sont encore en lic...

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

D. Roussellier (Sncf) : «Faire des acteurs RH les vecteurs d’un changement de culture»

Delphine Roussellier pilote l’université RH de la SNCF, le centre de formation des acteurs RH de l’ensemble du groupe SNCF, qui réunit 270 000 perso...

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Union Européenne: un tiers d’énergies renouvelables d’ici 2030

Après deux années de débat interne, les institutions européennes se sont mises d’accord sur les objectifs énergétiques à atteindre sur la prochaine dé...

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de chacun »

J-F. Boulier (AF2i) : « Il est nécessaire de déterminer une ligne commune, regroupant le meilleur de...

Nommé l’an dernier au poste de président de l’Association française des investisseurs institutionnels (AF2i), Jean-François Boulier met un point d’org...

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

KKR s’offre les tours télécoms d’Altice

Dans les tuyaux depuis de nombreux mois, la vente de 49,99 % des tours télécoms se fait au profit du fonds « infra » de la société d’investissement am...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message