Géants de la tech, colosses aux pieds d’argile ?

Si les résultats de Yahoo déçoivent une nouvelle fois, la Silicon Valley croule sous les investissements. Tout un symbole dans un secteur ultracyclique.

Si les résultats de Yahoo déçoivent une nouvelle fois, la Silicon Valley croule sous les investissements. Tout un symbole dans un secteur ultracyclique.

Pour Marissa Mayer, les séances de présentation des résultats se suivent et se ressemblent. La dernière en date, qui portait sur le premier trimestre 2015, a dû être particulièrement pénible. Malgré une hausse de son chiffre d’affaires de 8 %, le bénéfice de Yahoo s’est tout bonnement effondré de 93 % par rapport à 2014. Face à cette situation critique, la direction de la firme a annoncé se défaire de sa participation au sein de Yahoo Japan évaluée à huit milliards de dollars.

Si Yahoo s’embourbe depuis des années, la Silicon Valley nage en pleine euphorie. Au premier trimestre 2015, les niveaux d’investissement explosent tous les records et se situent dans une fourchette comprise entre 13,4 et 15,72 milliards de dollars selon les sources (National Venture Capital Association ou Dow Jones VentureSource). L’attraction des entreprises américaines de la tech est telle que les montants investis depuis janvier rivalisent aisément avec ceux de la fin de l’année 2000, à l’époque de l’éclatement de la bulle internet. Les jeunes pousses peuvent se vanter d’attiser les convoitises, notamment grâce aux retours sur investissement vertigineux qu’elles peuvent offrir. Un argument de poids dans une conjoncture relativement morose.

Silicon Valley : une bonne santé de façade

Pourtant, cette insolente bonne santé ne doit pas faire oublier qu’un grand nombre de ces entreprises n’est pas rentable. Snapchat, Airbnb ou Uber entre autres seraient-elles survalorisées ? Une opinion que ne partage pas Jean-David Chamboredon, fondateur et P-DG du fonds de capital-risque Isai : « On ne peut pas parler de survalorisation puisque ces start-up ne sont pas cotées. » Peut-on parler de surinvestissement ? « Difficile à dire. Il y a forcément certaines jeunes pousses qui sont en train de lever des milliards avec des modèles qui ne justifieront pas leur future valorisation. Je pense que les premiers accidents vont arriver et avec eux, un retour à plus de prudence de la part des investisseurs », poursuit-il.

Révolution des usages ou cycle naturel ?

Faut-il voir dans cet engouement pour les prodiges de la Silicon Valley la preuve d’une révolution des usages ? Si oui, le sort de Yahoo serait bel et bien scellé. Et ce ne serait pas la première fois qu’un géant de la tech disparaîtrait. L’exemple des navigateurs web est édifiant. Prenons le cas Nestcape. Rapidement propulsé numéro un après sa création au milieu des années 1990, la firme créée par des anciens de NCSA Mosaic n’a pas survécu à la concurrence féroce d’Internet Explorer, lui-même victime quelques années plus tard de Firefox. C’est finalement Chrome, lancé par Google, qui a fini par s’imposer comme la star des navigateurs.

Yahoo va-t-il disparaître à son tour ? « La firme au logo mauve a un modèle qui date du siècle dernier et les services qu’elle propose sont tous challengés par une concurrence accrue », constate un expert du monde de la tech. Ces mauvais résultats pourraient être le présage d’une fin programmée. « L’économie dans le secteur est darwinienne », met en garde M. Chamboredon. Une autre façon d’illustrer la fameuse théorie de la destruction créative.

Les réticences françaises

Côté européen, la situation est à mille lieux de ce qui se joue aux États-Unis. Si l’intérêt médiatique ne cesse de s’intensifier pour les start-up du secteur des nouvelles technologies, le capital n’est pas là. « Le montant investi par les capital-risqueurs stagne, et celui des business angels régresse en France », résume M. Chamboredon. Aucune IPO dans la tech n’est d’ailleurs à signaler sur le Vieux Continent.

Pire, l’épargne des Français ne profite toujours pas à l’innovation. Ils jettent volontiers leur dévolu sur les bons du Trésor ou la pierre. « Dans l’Hexagone, le nombre et la qualité des candidats à lever de l’argent dans le secteur de la tech n’a cessé de croître mais l’argent disponible n’a pas beaucoup augmenté », regrette le fondateur d’IsaiI. Une frilosité envers l’investissement dans l’amorçage qui nuit au développement de l’innovation made in France.

S. V.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Positionnées sur les secteurs porteurs de la Santé, des Biotechs et des Medtechs, voici les 10 pépites qui montent en France et en Europe.

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte