G. Métifeux (Alter Egale) : "Nous privilégions des produits structurés dédiés de type Phoenix"

G. Métifeux (Alter Egale) : "Nous privilégions des produits structurés dédiés de type Phoenix"
Géraldine Métifeux

Contrairement aux précédentes crises financières, la chute des marchés financiers, aussi soudaine qu’imprévisible, ne semble pas créer de vents de panique chez les épargnants. Un constat partagé par Géraldine Métifeux, associée fondatrice du cabinet de gestion de patrimoine Alter Egale, qui rappelle d’ailleurs que toute crise est source d’opportunité.

Décideurs. Comment vos clients appréhendent-ils cette période ?

Géraldine Métifeux. C’est la troisième crise fondamentale que je vis depuis mes débuts dans le métier. Les personnes que nous conseillons disposent d’une certaine éducation financière et d’une approche rationnelle. Le fait qu’il y ait eu un premier rebond très violent après la chute des marchés leur a fait comprendre qu’il fallait être investi pour profiter de la remontée. Cet environnement est donc globalement bien appréhendé. Nous recevons davantage de questions concernant les SCPI. Les dirigeants des principales sociétés de gestion immobilière ont rapidement annoncé des franchises de loyers pour leurs locataires. Les détenteurs de parts se sont alors interrogés sur les conséquences de ces décisions sur les rendements. Ces dernières années, le taux de distribution sur valeur de marché des SCPI furent souvent supérieurs à 5 %. Certains ont donc pu constater qu’un rendement sans risque n’existait pas. De telles performances avec des taux aussi bas pourraient apparaître en quelque sorte comme une anomalie. Nous verrons dans quelques mois quelles seront les conséquences de cette crise sur la valorisation des actifs détenus.

« Nous recevons davantage de questions concernant les SCPI »

La chute des marchés financiers vous a-t-elle amenée à faire des changements dans vos portefeuilles ?

Nous avons arbitré en partie les fonds diversifiés prudents ayant joué le rôle d’amortisseur à la baisse durant cette période vers des fonds pleinement investis en actions. Aujourd’hui, nos clients sont, en moyenne, positionnés à 30% sur des fonds en euros, à 20 % sur des fonds diversifiés, à 18 % sur des produits structurés, à 12 % sur des fonds immobiliers (cotés, SCPI, OPCI), à 7 % sur des fonds actions, à 5 % en gestion alternative, à 2,5 % en fonds obligataires et à 1 % sur des métaux précieux. Parmi les fonds que nous apprécions figurent ceux de la gamme de Carmignac, notamment Carmignac Patrimoine et Carmignac investissement. Nous sommes aussi positionnés sur les fonds JPMorgan Global Macro Opportunities et Swiss Life Defensive. Nous maintenons également une certaine confiance aux gérants de H2O, considérant que l’on ne peut pas brûler un jour ceux que l’on a apprécié hier.

Les produits structurés représentent en moyenne 18 % des encours de vos clients. La période est-elle propice à cette classe d’actifs ? 

Oui. Nous privilégions des produits structurés dédiés de type Phoenix pour lesquels les coupons sont détachés périodiquement et dont le sous-jacent repose sur de grands indices boursiers. Nous négocions également de fortes protections en maximisant les chances de voir le coupon (rendement) payé au client. En automne dernier, nous avions lancé un phoénix sur indice CAC 40, lorsque celui-ci était à 5 729 points. La barrière de protection du coupon est à - 40%, ce qui placerait le niveau de l’indice phare de la place parisienne à 3 437 points. Un coupon de 5 % est donc distribué tous les ans, à chaque date d’anniversaire tant qu’on reste dans cette fourchette. Par ailleurs, la protection du capital est à terme de 50%. Un autre produit structuré a été lancé en début d’année, dans une période de faible volatilité avec une constatation le 27 mars. Ce qui s’est avéré être une date intéressante. Au moment du strike (constatation), le CAC 40 était à 4 351 points. Là aussi, une garantie de protection du coupon a été intégrée. Celle-ci fonctionne jusqu’à 30 % de baisse, soit 3 046 points. Un coupon de 2,8 % étant distribué à chaque date anniversaire sous réserve que le CAC 40 ne soit pas en dessous de ce niveau. La protection du capital à terme est également de 50%.

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurélien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Nicomatic : focus sur une entreprise libérée

Le fabricant haut-savoyard de connecteurs Nicomatic est un exemple concret d'entreprise libérée en France. Olivier Nicollin, actuel PDG de cette entre...

Maison Henriot, chai d’œuvre

Maison Henriot, chai d’œuvre

Depuis plus de deux siècles, la maison Henriot cultive sa passion de la vigne et sa fierté du produit. Plus soucieuse de qualité que de volumes, elle...

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Oui, le salaire des PDG du CAC 40 dépend (un peu) du climat

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis d’inciter les grands groupes à davantage lier la rémunération de leurs dirigeants à des c...

Advens, success story de la cybersécurité française

Advens, success story de la cybersécurité française

Alexandre Fayeulle président et fondateur d’Advens, success story française dans l’univers de la cybersécurité, revient sur ses initiatives RSE et la...

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Nathaniel Scher : "La réalité virtuelle et le métavers auront une incidence considérable en santé"

Alors que les nouvelles technologies s’invitent plus que jamais dans le secteur de la santé, la médecine intégrative fait de plus en plus d’adeptes. D...

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Leonardo Del Vecchio, décès d'un visionnaire

Le milliardaire italien, président du conseil d’administration d’EssilorLuxottica s’est éteint à Milan à l’âge de 87 ans. Retour sur la success story...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

Safran devance Stellantis de justesse en nombre de brevets

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) dévoile son palmarès 2021 des déposants de brevets. Cette année encore, cette compilation soul...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message