G. Lallier Gollet (Groupe Elsan) : "Après chaque acquisition, il faut réinventer  une culture juridique"

Directrice juridique du groupe Elsan, acteur de référence en matière d’offre de soins en France, Geneviève Lallier Gollet, également membre du Comex, a suivi les grandes phases de rachat du groupe, jonglant avec maîtrise avec les problématiques M&A, réglementaires et managériales.
Geneviève Lallier Gollet, directrice juridique, Groupe Elsan

Directrice juridique du groupe Elsan, acteur de référence en matière d’offre de soins en France, Geneviève Lallier Gollet, également membre du Comex, a suivi les grandes phases de rachat du groupe, jonglant avec maîtrise avec les problématiques M&A, réglementaires et managériales.

Décideurs. Quel est votre parcours ? 

Geneviève Lallier Gollet. Je suis titulaire d’un DESS en droit des entreprises. J’ai commencé ma carrière à Paris dans un groupe d’ingénierie industrielle, Segula Technologies, en tant que juriste puis responsable juridique spécialisé en droit des affaires et droit des sociétés. Cinq ans plus tard, en 2009, j’ai intégré le groupe Vitalia comme responsable juridique avec, pour objectif premier, le suivi de la réorganisation et de la restructuration d’un groupe spécialisé en santé fondé en 2007 à la suite d’une quarantaine d’acquisitions d’établissements de santé, avec Blackstone comme actionnaire. Ma mission consistait à manier M&A et réorganisation juridique. Et c’est au fil du temps que j’ai pu consolider la profession de juriste au sein de ce groupe et internaliser le droit des sociétés avec une juriste.  

Je me suis également intéressée de près au droit de la santé et droit des autorisations sanitaires pour exercer l’activité de médecin. En 2015, le groupe Vitalia s’est rapproché du groupe Vedici pour donner naissance à Elsan. Il fallait tout réinventer puisque nous passions de 40 à 80 établissements, devenant ainsi un acteur important dans ce domaine au côté du groupe Ramsay Santé, leader du secteur.  

"Le groupe Elsan compte désormais 137 établissements" 

En 2017, Elsan a acquis un autre protagoniste qui regroupait 45 établissements, le groupe MediPôle Partenaires. À nouveau, il a fallu réécrire l’histoire de cette nouvelle entité et définir une culture juridique commune sans imposer l’une par rapport aux autres, et surtout se réinventer. Nous sommes actuellement en train d’en intégrer un nouveau avec C2S, groupe spécialisé en MCO [médecine chirurgie obstétrique, ndlr] composé d’une vingtaine de structures de santé. Le groupe Elsan compte désormais 137 établissements de MCO, dialyse, SSR [soins de suite et de réadaptation, ndlr] et imagerie médicale. 

À la suite de toutes ces opérations, comment avez-vous structuré la filière juridique au sein du groupe ? 

Avec l’arrivée de MédiPôle en 2017, j’ai dû étoffer et structurer le service. Trois pôles ont été créés : un pôle Affaires (droit des sociétés, droit immobilier, droit commercial, propriété intellectuelle) ; un pôle Santé pour les relations avec les praticiens (pré-contentieux, contentieux, contractuelles, litiges patients, tarification T2A, entre autres), et un pôle Régulation (droit des autorisations, analyse des différents schémas régionaux de santé, notamment). Le droit des autorisations est primordial pour nous car sans autorisation nous ne pouvons pas travailler. Nous sommes très actifs sur cette veille d’opportunités et nous nous positionnons massivement pour gagner de nouvelles parts de marché. Par ailleurs, en avril 2021 une juriste spécialisée en Compliance a été intégrée pour m’épauler sur le déploiement des différents programmes de conformité. 

Pour accompagner la création de ces pôles, avez-vous déployé des outils informatiques spécifiques pour fluidifier les processus juridiques ? 

Notre direction juridique est en effet très high tech ! Un certain nombre d’outils ont été mis en place au sein des différents pôles : le logiciel "Impalact" pour le droit des sociétés permet de réaliser les PV car tout a été internalisé ; "DiliTrust" est un outil transverse de reporting de gestion de la fonction juridique qui donne une vision globale sur nos contrats, l’immobilier, la propriété intellectuelle ou encore les contentieux.

"Notre direction juridique est très high tech !"

Enfin, pour le pôle Régulation, un outil a été créé qui répertorie toutes les autorisations. À ce jour, plus de 1 600 lignes d’autorisations sont suivies au quotidien. Et à l’heure de la réforme du droit des autorisations, celle-ci est suivie de très près car elle va changer beaucoup de choses dans notre secteur en affectant les délais, la contractualisation au sein des établissements dans les régions, en plus d’une incidence sur les tarifs.  

Propos recueillis par Anne-Sophie David 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Guide Santé, Pharmacie & biotechnologies 2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Santé, pharmacie et biotechnologies 2021.
Sommaire
V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise avec les projets du salarié"

V. Decaux (La Poste) : "Croiser la data permettrait de faire coïncider les besoins de l’entreprise a...

Présidente du jury du prix du DRH numérique 2020, Valérie Decaux, DRH du Groupe La Poste envisage la transformation digitale à la fois comme complémen...

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Zhong Shanshan, l’empereur de l’eau minérale

Première fortune chinoise, Zhong Shanshan est le patron à la fois du géant de l’eau en bouteille Nongfu Spring et de l’entreprise pharmaceutique Beiji...

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

A.F Laime (John Cockerill) : "Le soutien de l’État est nécessaire pour développer l’hydrogène"

Le fournisseur de services et d’équipements aux entreprises et collectivités John Cockerill ouvrira en 2022 une usine d’électrolyseurs en Alsace. Un a...

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

J.-E. Daubresse (DS France) : "En 2024, DS ne produira que des modèles électriques"

La présentation de la nouvelle DS4 début septembre s’est accompagnée de l’annonce d’un passage au 100 % électrique à partir de 2024 de la marque DS. J...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte