G. Duseaux (site La Sueur) : "En deux ans, nous sommes devenus un acteur incontournable du MMA français"

Désormais légal en France, le MMA – en anglais, mixed martial arts – gagne en popularité et de plus en plus d’amateurs de sports de combat délaissent la boxe anglaise au profit des championnats organisés par l’UFC, pour Ultimate fighting championship. Fondateur du site La Sueur, Guillaume Duseaux n’est pas étranger à cet engouement. Avec le rédacteur PolyDomso, il retrace pour Décideurs le succès d’un média pas comme les autres.

Désormais légal en France, le MMA – en anglais, mixed martial arts – gagne en popularité et de plus en plus d’amateurs de sports de combat délaissent la boxe anglaise au profit des championnats organisés par l’UFC, pour Ultimate fighting championship. Fondateur du site La Sueur, Guillaume Duseaux n’est pas étranger à cet engouement. Avec le rédacteur PolyDomso, il retrace pour Décideurs le succès d’un média pas comme les autres.

Décideurs. Pouvez-vous revenir sur votre parcours et la dynamique à l’origine du site La Sueur ?

Guillaume Duseaux. C’est avant tout l’histoire d’une passion partagée par une bande de copains. PolyDomso, Rust [pseudo du 3e journaliste de l’équipe, Ndlr] et moi-même, nous sommes rencontrés au lycée. J’ai toujours suivi le sport, en particulier le basketball. PolyDomso et Rust s’intéressaient davantage aux sports de combats, avec un intérêt notable pour le MMA. C’était il y a une dizaine d’années. À cette époque, ce sport était non seulement interdit en France, mais encore confidentiel dans la plupart des pays du monde. Pour autant, leur passion s’est révélée contagieuse. Plus tard, j’ai eu l’occasion de rejoindre une agence de communication spécialisée dans le sport. J’y ai fait mes gammes, avant de lancer le site La Sueur en 2015.

Cinq ans après sa création, La Sueur devient une société. Comment vous positionnez-vous au sein de l’écosystème des médias sportifs ?

G. D. C’est effectivement une fierté à plus d’un titre. Tout d’abord, j’ai la chance de pouvoir vivre du journalisme sportif, ma passion. Ensuite, je suis entouré de mes meilleurs amis, qui animent avec moi une communauté grandissante.

"Sur YouTube, nous enregistrons une croissance spectaculaire, avec pour objectif d’atteindre les 100 000 abonnés d’ici à la fin de l’année"

PolyDomso. Ça n’était pourtant pas gagné. Je m’étais engagé dans une voie complètement différente et beaucoup plus classique. Mais pas question pour moi de passer à côté de cette aventure. Chaque mois, nous produisons de plus en plus de contenus et faisons le maximum pour nous différencier de ce que proposent les médias traditionnels. De nouveaux formats seront d’ailleurs présentés dans les prochaines semaines, toujours avec cet esprit d’innovation et de valeur ajoutée au service de notre audience.

D’ailleurs, en termes d’audience, dans quelles perspectives La Sueur s’inscrit-elle ?

G. D. Jusqu’en 2018, La Sueur était un site réservé aux fans de sports de combat et notre chaîne YouTube enregistrait des scores somme toute anecdotiques. Si l’accélération a commencé il y a deux ans, c’est en 2020 que nous avons mis les bouchées doubles. Nos efforts se mesurent désormais en résultats : chaque mois, notre site accueille près de cinq millions de visiteurs et La Sueur figure parmi les dix premiers podcasts français dédiés au sport avec 1,8 million de vues. Sur YouTube, nous enregistrons également une croissance spectaculaire, avec pour objectif d’atteindre les 100 000 abonnés d’ici à la fin de l’année, ce qui représenterait une croissance de 100%. Être sur ces différents médias nous permet de nous adresser à des publics différents : des occasionnels aux passionnés, sur une tranche d’âge allant de 25 à 45 ans en majorité.

Le MMA est désormais légal en France et il attire de plus en plus d’acteurs, notamment dans les médias et auprès des promoteurs sportifs. Comment voyez-vous cette évolution et quelles seraient les retombées sur La Sueur ?

PolyDomso. Nous sommes à la croisée des chemins entre plusieurs catégories d’acteurs. De grands médias, comme RMC qui détient les droits de diffusion de l’UFC [l’organisation de MMA numéro un mondial, Ndlr] s’intéressent désormais au sport. D’autres opérateurs, à l’instar de la MMA Factory, interviennent sur le volet coaching / management des combattants, sans s’interdire de garder un œil sur la promotion de manifestations sportives. Pour exister, La Sueur doit préserver son ADN media.

"Nous sommes indépendants et entendons le rester grâce au soutien de nos partenaires"

G. D. Les prochains mois seront déterminants pour le MMA français. L’UFC prévoit l’organisation d’un événement à Paris et certains champions tricolores, comme le poids lourd Ciryl Gane, s’imposent progressivement comme des stars au niveau mondial. La Sueur doit s’appuyer sur cette dynamique et accélérer son développement au cours des prochains mois. Nous sommes indépendants et entendons le rester grâce au soutien de nos partenaires. En deux ans, nous sommes devenus un acteur incontournable du MMA français. Il nous appartient désormais de consolider cette position et de nous imposer durablement comme un des médias sur lesquels il faut désormais compter.

Décideurs. Comment envisagez-vous l’avenir ?

G. D. Nous sommes trois et des recrutements sont prévus cette année pour muscler notre capacité de production. J’ignore à quoi ressemblera La Sueur dans trois ou cinq ans. Mais un destin façon ESPN [une chaîne de télévision sportive américaine, Ndlr] à la française aurait de l’allure.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Jorge Moll Filho : l’hôpital mais pas la charité

Des services publics déficients et une classe moyenne supérieure nombreuse. Le Brésil présente la configuration idéale pour se lancer dans la santé pr...

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Le data protection officer : l’art de savoir négocier

Associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, Jérôme Deroulez se consacre aux problématiques de protection des données personnelles en France et en E...

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

D. Fleury (MACIF) : "La crise a accéléré notre transformation digitale"

Didier Fleury accompagne depuis deux ans la transformation numérique de la Macif, société d’assurance mutuelle française.  Un défi de taille pour cett...

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

RGPD : Adequacy bénéficie d’une levée de fonds de 1,2 million d’euros

Infhotep réalise une importante augmentation de capital pour le secteur de la legaltech, dont la finalité est de permettre à sa solution de mise en co...

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

La plateforme d’IA Bloom signe un partenariat avec Dassault Systèmes

Bloom poursuit son développement en réalisant une nouvelle levée de fonds de 11 millions d’euros et scelle un partenariat stratégique avec Dassault Sy...

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Quels espoirs de traitements contre la Covid-19 ?

Alors que la campagne de vaccination bat son plein, l’arsenal thérapeutique reste limité contre la Covid-19. Si aucun traitement n’a encore été valid...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

A. Guehennec (Saur) : "La cybersécurité, c’est un peu le jeu du gendarme et du voleur !"

Comment le digital peut-il répondre aux enjeux climatiques et, par exemple, participer à la protection de l’eau ? C’est le pari ambitieux du projet me...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte