Guillaume Bonneton : "90% des investisseurs du fonds IV ont réinvesti dans le fonds V"

La banque d’affaires GP Bullhound, spécialisée en conseil tech, a annoncé la clôture de son fonds V pour un montant de 300 millions d’euros. Guillaume Bonneton, Partner France au sein de la banque d’affaires, a accepté de répondre à nos questions sur cette opération.

La banque d’affaires GP Bullhound, spécialisée en conseil tech, a annoncé la clôture de son fonds V pour un montant de 300 millions d’euros. Guillaume Bonneton, Partner France au sein de la banque d’affaires, a accepté de répondre à nos questions sur cette opération.

Décideurs. GP Bullhound a annoncé la clôture de son fonds V pour un montant de 300 millions d’euros. Quel regard portez-vous sur cette opération ?

Guillaume Bonneton. GP Bullhound est très satisfait de cette clôture pour le fonds V. À cette occasion, le montant maximum de 300 millions d’euros qui pouvait être levé a été atteint. Lorsque le fonds a été lancé, pendant la pandémie, notre objectif était d’atteindre 150 millions d’euros. Finalement, nous avons même été contraints de refuser des investisseurs une fois ce seuil réalisé. Les performances du fonds d’investissement IV sont pour beaucoup dans la réussite de cette opération. Alors que celui-ci a été levé il y a deux ans et demi, la moitié a déjà été rendue. C’est quelque chose d’assez inhabituel sur ce secteur. Le fonds IV parvient ainsi à afficher une rentabilité d’un multiple de 2 avec quatre introductions en Bourse, dont celles de Slack, Unity, Definitive Healthcare et Believe [des opérations auxquelles le fonds V a également participé, Ndlr]. Au total, sur l’ensemble des fonds de GP Bullhound, du I au IV, on observe un retour annuel moyen de presque 39%.

De plus, 90% des investisseurs du fonds IV ont à nouveau investi dans le fond V. On note également plus d’investisseurs institutionnels dans le fonds V que dans le fonds précédent.

"Ce n'est pas un hasard si le fonds a été en mesure d'investir dans Slack quelques mois avant l'introduction en Bourse de cette pépite"

Quelle est la spécificité du fonds V ?

L’équipe du fonds, qui se concentre sur la tech, a développé une expertise forte dans le domaine des applications orientées consommateurs. Le fonds bénéficie également du relais de la banque d’affaires. En termes d’effectif, le fonds compte entre 8 et 10 personnes basées à Londres et Stockholm mais peut s’appuyer sur plus de 160 GP Bullhounders à travers dix bureaux répartis dans le monde, à Hong-Kong, New-York, San Francisco ou encore Stockholm. Le bureau de San Francisco est très important et ce n’est pas non plus un hasard si le fonds a été en mesure d’investir dans Slack quelques mois avant l’introduction en Bourse de cette pépite. Les différentes antennes de notre banque d’affaires, stratégiquement situées, représentent une réelle force. En tant que Partner France, je suis par exemple régulièrement amené à mettre en relation le fonds avec de potentielles cibles françaises de notre portefeuille.

Par ailleurs, tous les associés de GP Bullhound sont eux-mêmes investisseurs dans le fonds. La banque d’affaires GP Bullhound est elle-même investisseur dans le fonds V, ce qui permet une redistribution vers tous les employés qui reçoivent ainsi des bonus en lien avec la performance du fonds. De plus, tous ceux d’entre eux qui le souhaitent ont également la possibilité d’investir dans le fonds avec une micro-décote.

Le fonds ne réalise-t-il que des investissements late-stage, ou est-il possible d’intervenir à des stades de maturité plus précoces ?

Il peut arriver au fonds d’être sur des opérations de levées en seed, mais il est vrai que nous en réalisons assez peu. Les principales cibles du fonds sont les start-up dans la catégorie leader qui reconstruisent une industrie avec du logiciel. Comme Spotify ou Believe pour prendre un exemple hexagonal. Dans cette optique, le fonds préfère payer le prix qu’il faut pour aller chez le numéro 1, plutôt que d’investir le tiers de ce montant pour être chez le numéro 3.

À ce jour, le fonds V – qui est investi pour environ un tiers – a réalisé des opérations dans des start-up telles que Slack, Believe, Revolut, Klarna ou encore Glovo.

Propos recueillis par Laurier John-Pierce

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Une étude décode les impacts de l’IA en médecine

Des économies de plus d'un milliard d'euros par an, des procédures techniques réduites de 90%, des délais de dépistage divisés par deux ou encore une...

G. Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3 000 experts SAP sur les trois prochaines années"

G. Karsenti (SAP) : "Nous voulons recruter 3 000 experts SAP sur les trois prochaines années"

À la tête de la filiale française du géant allemand SAP, le spécialiste de l’ERP, Gérald Karsenti revient sur le plan d’investissement et de dépenses...

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cegid : le crack dont les Américains se toquent

Cet été, le fonds new-yorkais KKR prenait une participation dans l’éditeur de logiciels lyonnais, sur la base d’une valorisation de 5,5 milliards d’eu...

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l’IoT"

Y.Le Gélard (Engie) : "Ce qui tire le digital dans l’énergie aujourd’hui, c’est le temps réel donc l...

En charge du digital et des systèmes d’information du groupe Engie, Yves Le Gélard revient sur les effets de la crise sanitaire, la stratégie multi-cl...

Le jet d’encre zéro chaleur et la RSE

Le jet d’encre zéro chaleur et la RSE

Le fabricant japonais Epson propose des imprimantes et copieurs à jet d’encre capables de concurrencer les meilleurs systèmes laser, avec un impact en...

A.Dubey (L’Oréal ) : "La personnalisation est l'avenir de la beauté"

A.Dubey (L’Oréal ) : "La personnalisation est l'avenir de la beauté"

Chief Digital et Marketing Officer du groupe L’Oréal, Asmita Dubey porte, en tant que membre du comité exécutif, les enjeux de transformation digitale...

Televisa-Univision : le streaming prend l’accent latino

Televisa-Univision : le streaming prend l’accent latino

Pour les médias traditionnels, l’heure est plus que jamais à la concentration qui apparaît comme le seul moyen de faire face à l’offensive de Netflix...

M. Castanier (SNCF Gares & Connexions) : "Le digital doit être mis au service de l'expérience physique "

M. Castanier (SNCF Gares & Connexions) : "Le digital doit être mis au service de l'expérience physiq...

Directrice clients, marketing et technologies de SNCF Gares & Connexions, Morgane Castanier dirige la transformation digitale des gares. Un outil...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte