Fraude fiscale internationale : les modalités du droit d’audition de l’administration

Depuis janvier 2017, les agents de la DGFiP ont obtenu le droit d’auditionner toute personne susceptible de fournir des informations utiles en matière de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale internationale. Décryptage de la nouvelle arme de l’administration fiscale.

© france culture

Depuis janvier 2017, les agents de la DGFiP ont obtenu le droit d’auditionner toute personne susceptible de fournir des informations utiles en matière de lutte contre la fraude et l’évasion fiscale internationale. Décryptage de la nouvelle arme de l’administration fiscale.

Tout d’abord il convient de préciser que le droit d’audition ne requiert aucune autorisation judicaire et le refus d’être auditionné n’entraîne aucune sanction fiscale ou pénale. La liste des manquements permettant la recherche est limitative, exclusive donc de toute autre finalité.

Ce droit d’audition peut être exercé auprès de toute personnes susceptibles de détenir des éléments sur l’existence d’un dispositif frauduleux. De ce fait, la seule limite semble être le secret professionnel, et le refus d’être auditionné. Par précaution de ne pas perturber le débat oral et contradictoire lors d’un éventuel contrôle, ou encore d’assimiler l’audition à un début de vérification de comptabilité ou d’ESFP, le droit d’audition exclut expressément le contribuable, et le cas échéant les dirigeants et conjoint de l’exploitant individuel.

L’audition fait l’objet d’une demande au contribuable, formulée au minimum huit jours précédant l’audition. Cette demande doit comporter toutes les informations nécessaires (lieu, date et motif), y compris le caractère non contraignant de la demande. Les questions posées doivent être précises et ciblées afin d’appréhender la fraude fiscale internationale et ses mécanismes.

Un procès-verbal doit suivre l’audition, mais le contribuable peut refuser de signer l’acte. Néanmoins aucune indication sur les modalités de contestation du document n’a été donnée.

Les éléments recueillis lors de l’audition ne constituent pas une preuve

Les propos recueillis peuvent être opposés au contribuable, mais doivent d’abord être corroboré par d’autres sources d’information et s’inscrire dans un faisceau d’indice. Les seules informations recueillies lors de l’audition ne suffisent pas. Cependant, l’administration souligne que les éléments recueillis peuvent appuyer une demande de procédure de visite et de saisie. Cette procédure doit être autorisée par le juge de la liberté et de la détention.

Pour conclure : le droit d’audition est une procédure d’investigation dont le contribuable vérifié est exclu. La procédure demeure orale et la rédaction d’un procès-verbal ne suffit pas pour utiliser son contenu dans le cadre d’une procédure coercitive. En effet, d’autres sources d’informations doivent permettre de corroborer les informations recueillies.

Mardochée Heymann

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Deux nouveaux associés chez Hadengue Avocats

Deux nouveaux associés chez Hadengue Avocats

Arnaud Ginoux et Antoine Monteillet rejoignent Hadengue Avocats en qualité d’associés. Le cabinet d’affaires renforce ainsi ses compétences en droit d...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Le français Yousign lève 30 millions d’euros

Le français Yousign lève 30 millions d’euros

En pleine croissance, l’entreprise de signature électronique Yousign obtient un financement en série A de 30 millions d’euros, de quoi s’engouffrer da...

Faith, la nouvelle boutique de droit immobilier

Faith, la nouvelle boutique de droit immobilier

Maroun Abinader, Jessica Soussan et Isabelle Maîtrejean unissent leurs savoir-faire respectifs pour créer Faith, un cabinet entièrement consacré au dr...

GlobE : des agences nationales anticorruption s’organisent en réseau

GlobE : des agences nationales anticorruption s’organisent en réseau

L’Arabie saoudite est à l’origine de la création de GlobE Network, un réseau international d’échange d’informations réunissant différentes autorités n...

L'Autorité de la concurrence dématérialise ses échanges de documents

L'Autorité de la concurrence dématérialise ses échanges de documents

Ne déposez plus vos pièces et documents imprimés sur le bureau de l'Autorité de la concurrence. Dans le but de simplifier, accélérer et sécuriser les...

Choisez coopte deux associés

Choisez coopte deux associés

Anciennement avocats of counsels, Benjamin Cabagno et Pierre Craponne accèdent à l’association au sein du cabinet Choisez & Associés.

Adna, le nouveau cabinet panafricain indépendant

Adna, le nouveau cabinet panafricain indépendant

Salimatou Diallo, Safia Fassi-Fihri, Sydney Domoraud et Foued Bourabiat s’associent pour fonder Adna, une structure panafricaine intégrée sur l’ensemb...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte