François Patriat (LREM) « Les syndicats ont perdu la bataille de l’opinion publique »

Alors que les mouvements de blocages se multiplient à travers l’Hexagone, François Patriat, ex-socialiste aujourd’hui président du groupe LREM au Sénat, convaincu que le gouvernement porte des réformes indispensables pour le pays, refuse de croire à la convergence des luttes.

Alors que les mouvements de blocages se multiplient à travers l’Hexagone, François Patriat, ex-socialiste aujourd’hui président du groupe LREM au Sénat, convaincu que le gouvernement porte des réformes indispensables pour le pays, refuse de croire à la convergence des luttes.

Décideurs. Comprenez-vous le mouvement de grève porté par les cheminots ? 

François Patriat. J’entends la grève, mais je ne la comprends pas forcément. Les cheminots disent vouloir sauver le service public. Mais ce n’est, à mon sens, pas le réel motif de ces blocages. Car la réforme vise justement à investir pour donner des moyens juridiques, techniques et administratifs à la SNCF et à en faire ainsi une entreprise plus performante et ouverte à la concurrence.

Quel serait donc le motif de cette grève, selon vous ? 

Je crois qu’il s’agit d’un blocage politique contre le gouvernement et avec l’espoir d'immobiliser le pays, comme en 1996. Mais les temps ont changé. La preuve : 60 % des Français pensent que le gouvernement doit aller jusqu’au bout de cette réforme. Les syndicats ont perdu la bataille de l’opinion publique. La méthode qu’emploie le gouvernement en prévoyant un certain nombre de mesures comme le maintien du statut des cheminots ou le « sac à dos social »  ̶  garanties pour ceux qui rejoindront la concurrence  ̶  devrait permettre d’aboutir à un accord.

La SNCF, les universités, Notre-Dame-des-Landes, la fonction publique... La tension monte à plusieurs niveaux. Craignez-vous une convergence des luttes ? 

Non. Je crois qu’il n’y a pas de désordre, mais plutôt une image de désordre. Difficile de faire croire que la lutte des étudiants est de même nature que celle du personnel soignant. Une minorité seulement d’étudiants manifeste. Je ne pense pas que, à l’heure où la France connaît une éclaircie sur le plan économique, les Français soient enclins à mettre à mal les fruits de ce processus. 

«  J’entends la grève, mais je ne la comprends pas forcément »

La situation est toutefois particulièrement délicate à Notre-Dame-des-Landes… 

Le gouvernement a pris des décisions et les applique dans la légalité, en faisant en sorte qu’aucun dérapage grave ne survienne. Il a affiché sa fermeté. Il aurait pu se montrer plus fort et aller plus vite encore, mais au risque de créer des débordements. Je trouve qu’il se comporte avec une sorte de force tranquille remarquable. 

« Le PS est devenu un parti de bastions locaux. Il n’est plus un parti de gouvernement. 

Quel regard portez-vous sur le projet de loi asile-immigration ? 

Je crois que Gérard Collomb est réellement prêt à faire des concessions pour mieux accueillir ceux qui doivent l’être et renvoyer ceux qui doivent être renvoyés. Ce sont des mesures fortes. 

La plupart des socialistes jugent ce texte liberticide. Comprenez-vous pourquoi, en tant qu’ancien membre du parti ? 

Ils se cherchent un positionnement et veulent clairement se positionner dans l’opposition. Ils tentent en quelque sorte de retrouver une virginité. Mais si l’on regarde ce qu’on a voté dans les années précédentes, notamment sous le gouvernement de Manuel Valls, on voit bien que la gauche a su se montrer ferme. Elle tente aujourd’hui de retrouver une partie de son électorat. Je pense que le PS est devenu un parti de bastions locaux. Il n’est plus un parti de gouvernement. 

Vous considérez-vous toujours comme un homme de gauche ? 

Bien sûr. Je suis plus que jamais déterminé à soutenir les réformes que le chef de l’État a annoncées. Pour l’heure, nous sommes impopulaires parce que nous voulons réformer. Je crois qu’il faut se projeter à la fin de ce quinquennat. Si, dans quatre ans, le taux de chômage diminue, le budget est à l’équilibre, le travail paye mieux et si les jeunes retrouvent un ascenseur social, alors le gouvernement aura sauvé le pays. 

 

Propos recueillis par Capucine Coquand 

@CapucineCoquand

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Le millésime 2019 de Patrimonia fut l'occasion d'échanger à la fois sur l'avenir du métier de CGP et sur la pertinence des choix d'allocation à opérer...

Fintech : une régulation à ne pas manquer

Fintech : une régulation à ne pas manquer

L’avalanche de règles qui s’est abattue sur les banques depuis la crise de 2008 avait pour but de sécuriser les échanges financiers et de protéger les...

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

À l’occasion de son troisième anniversaire, Yomoni présentait ses résultats dans le cadre privilégié de la joaillerie Courbet.

Robert Ophèle  (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Robert Ophèle (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Le régulateur a-t-il un rôle d’accompagnateur ou de contrôleur ? En matière d’innovation, l’Autorité des marchés financiers (AMF) se positionne ouvert...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message