François Patriat (LREM) « Les syndicats ont perdu la bataille de l’opinion publique »

Alors que les mouvements de blocages se multiplient à travers l’Hexagone, François Patriat, ex-socialiste aujourd’hui président du groupe LREM au Sénat, convaincu que le gouvernement porte des réformes indispensables pour le pays, refuse de croire à la convergence des luttes.

Alors que les mouvements de blocages se multiplient à travers l’Hexagone, François Patriat, ex-socialiste aujourd’hui président du groupe LREM au Sénat, convaincu que le gouvernement porte des réformes indispensables pour le pays, refuse de croire à la convergence des luttes.

Décideurs. Comprenez-vous le mouvement de grève porté par les cheminots ? 

François Patriat. J’entends la grève, mais je ne la comprends pas forcément. Les cheminots disent vouloir sauver le service public. Mais ce n’est, à mon sens, pas le réel motif de ces blocages. Car la réforme vise justement à investir pour donner des moyens juridiques, techniques et administratifs à la SNCF et à en faire ainsi une entreprise plus performante et ouverte à la concurrence.

Quel serait donc le motif de cette grève, selon vous ? 

Je crois qu’il s’agit d’un blocage politique contre le gouvernement et avec l’espoir d'immobiliser le pays, comme en 1996. Mais les temps ont changé. La preuve : 60 % des Français pensent que le gouvernement doit aller jusqu’au bout de cette réforme. Les syndicats ont perdu la bataille de l’opinion publique. La méthode qu’emploie le gouvernement en prévoyant un certain nombre de mesures comme le maintien du statut des cheminots ou le « sac à dos social »  ̶  garanties pour ceux qui rejoindront la concurrence  ̶  devrait permettre d’aboutir à un accord.

La SNCF, les universités, Notre-Dame-des-Landes, la fonction publique... La tension monte à plusieurs niveaux. Craignez-vous une convergence des luttes ? 

Non. Je crois qu’il n’y a pas de désordre, mais plutôt une image de désordre. Difficile de faire croire que la lutte des étudiants est de même nature que celle du personnel soignant. Une minorité seulement d’étudiants manifeste. Je ne pense pas que, à l’heure où la France connaît une éclaircie sur le plan économique, les Français soient enclins à mettre à mal les fruits de ce processus. 

«  J’entends la grève, mais je ne la comprends pas forcément »

La situation est toutefois particulièrement délicate à Notre-Dame-des-Landes… 

Le gouvernement a pris des décisions et les applique dans la légalité, en faisant en sorte qu’aucun dérapage grave ne survienne. Il a affiché sa fermeté. Il aurait pu se montrer plus fort et aller plus vite encore, mais au risque de créer des débordements. Je trouve qu’il se comporte avec une sorte de force tranquille remarquable. 

« Le PS est devenu un parti de bastions locaux. Il n’est plus un parti de gouvernement. 

Quel regard portez-vous sur le projet de loi asile-immigration ? 

Je crois que Gérard Collomb est réellement prêt à faire des concessions pour mieux accueillir ceux qui doivent l’être et renvoyer ceux qui doivent être renvoyés. Ce sont des mesures fortes. 

La plupart des socialistes jugent ce texte liberticide. Comprenez-vous pourquoi, en tant qu’ancien membre du parti ? 

Ils se cherchent un positionnement et veulent clairement se positionner dans l’opposition. Ils tentent en quelque sorte de retrouver une virginité. Mais si l’on regarde ce qu’on a voté dans les années précédentes, notamment sous le gouvernement de Manuel Valls, on voit bien que la gauche a su se montrer ferme. Elle tente aujourd’hui de retrouver une partie de son électorat. Je pense que le PS est devenu un parti de bastions locaux. Il n’est plus un parti de gouvernement. 

Vous considérez-vous toujours comme un homme de gauche ? 

Bien sûr. Je suis plus que jamais déterminé à soutenir les réformes que le chef de l’État a annoncées. Pour l’heure, nous sommes impopulaires parce que nous voulons réformer. Je crois qu’il faut se projeter à la fin de ce quinquennat. Si, dans quatre ans, le taux de chômage diminue, le budget est à l’équilibre, le travail paye mieux et si les jeunes retrouvent un ascenseur social, alors le gouvernement aura sauvé le pays. 

 

Propos recueillis par Capucine Coquand 

@CapucineCoquand

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Les entreprises déploient de nombreux dispositifs afin de réduire les inégalités hommes-femmes. Pourtant, certains secteurs restent hermétiques à cett...

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Quel est le point commun entre Emmanuel Macron, Kim Jong-un, Vladimir Poutine ou Joe Biden ? Tous utilisent une puissante technique de manipulation de...

LGBT, un vote convoité

LGBT, un vote convoité

Une gauche qui reste dominante mais déclinante, une droite classique à la peine. Et une extrême droite en pleine ascension qui surfe sur les agression...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Ces deux défenseurs de la liberté d’expression succèdent au programme alimentaire mondial (PAM). Un sacre qui déjoue les pronostics.

Qui vote Éric Zemmour ? Ce que révèlent les sondages

Qui vote Éric Zemmour ? Ce que révèlent les sondages

Le presque candidat se rêve en représentant de la jeunesse et des catégories populaires. Pour le moment, son électorat est plutôt âgé, masculin et ais...

Sondage. Qui vote quoi à la présidentielle ?

Sondage. Qui vote quoi à la présidentielle ?

Un président qui dispose d’un socle solide, une gauche moribonde et divisée, une droite qui ne parle plus qu’aux personnes âgées, un RN en perte de vi...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte