François de Senneville : « Notre offre permet de relever le défi des entreprises : gérer la complexité du continent»

Head du bureau parisien de l’Africa Group de Fieldfisher, où il est arrivé récemment, François de Senneville explique le nouveau business model du desk, une approche novatrice et intégrée héritée de sa culture des « Big Four » et adaptée grâce à son expertise sur les marchés africains. Explications.

© DR

François de Seneville

Head du bureau parisien de l’Africa Group de Fieldfisher, où il est arrivé récemment, François de Senneville explique le nouveau business model du desk, une approche novatrice et intégrée héritée de sa culture des « Big Four » et adaptée grâce à son expertise sur les marchés africains. Explications.

Décideurs. Vous êtes récemment arrivé chez Fieldfisher où vous dirigez le desk Afrique…

 

François de Senneville. Le cabinet Fieldfisher a la force de frappe d’un réseau international majeur. Cela nous permet, avec Cecily Davis, de mettre en place un business model unique avec l’implication de nos associés dans nos différents bureaux, chacun dans son domaine d’expertise. Nous coordonnons leurs interventions sur les projets africains de nos clients et nous gérons l’interface avec notre réseau d’experts indépendants sur le continent.

Notre offre nous permet d’assurer un service complet à nos clients, qui va au-delà de la simple expertise juridique et fiscale. Notre but est de les accompagner – à la fois au niveau des recherches de cibles, de la structuration des joint-ventures, des négociations et de la due diligence – et d’asseoir leur croissance sur le continent. Nous sollicitons l’intervention d’experts non avocats (conseils en stratégie, experts en big data, etc.) à chaque fois que leurs interventions s’avèrent nécessaires pour les projets de nos clients.

 

Décideurs. Vous avez des années d’expérience sur le continent.

 

F.d.S. Je suis en effet intervenu sur une grande variété d’opérations, ce qui permet aujourd’hui de structurer des offres de services à la fois pour des grands groupes et des PME. J’ai capitalisé sur ce savoir-faire acquis lors de longues années d’expérience dans les  « Big Four » pour l’adapter et créer un business model unique pour l’Afrique.

Par ailleurs, les aspects culturels sont éminemment importants et en tant qu’Africain de Maurice, j’ai une connaissance naturelle de la culture africaine, ce qui fait une véritable différence. Je veille à ce que notre offre de services soit adaptée aux besoins de nos clients sur le continent.

 

Décideurs. À quoi doit faire face une entreprise désireuse de s’implanter ou d’accélérer son développement sur le continent??

 

F.d.S. Le réel challenge des entreprises est de gérer la complexité du continent. Elles doivent en priorité compléter leur équipe interne en intégrant d’autres talents extérieurs, experts du continent. Les entreprises doivent ensuite être accompagnées pour que leur projet soit sécurisé et optimisé. Les taux d’imposition africains sont souvent très élevés et dépassent régulièrement les taux britanniques et/ou français. Le continent détient le record mondial de la fiscalité des PME. Évidemment, ce phénomène a des conséquences directes sur l’économie du continent. In fine, il amène les acteurs économiques à limiter leur présence sur le continent et l’île Maurice l’a bien compris?! Son ambition est d’être la porte d’entrée des investissements en Afrique et d’être ainsi le trait d’union entre le monde et le continent. Ce micro état africain met en avant sa stabilité politique, le niveau de ses infrastructures, sa fiscalité « raisonnée », entre autres, pour s’organiser et proposer aux groupes internationaux un cadre adéquat pour qu’ils y logent leurs quartiers généraux, holding intermédiaires et autres services hub dont ils ont besoin pour le développement de leurs activités en Afrique.

 

Décideurs. Comment voyez-vous les récentes évolutions en Afrique, notamment au regard des secteurs économiques??

 

F.d.S. Sur le continent, contrairement aux idées reçues, les revenus dérivés des services sont déjà supérieurs à ceux des matières premières. L’émergence des mégalopoles africaines et le développement de sa classe moyenne permettent à de nombreuses sociétés de services d’y prospérer. C’est d’ailleurs une grande chance pour les entreprises françaises qui voient dans ce phénomène une opportunité de croître en Afrique. Les savoir-faire spécifiques français notamment dans le domaine de la construction, le traitement des eaux et des déchets, entre autres, y trouvent nombre d’opportunités.

 

E.S.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

H. Lécuyer : "L’assurance joue un rôle structurant dans la vie économique et sociale d’un pays "

H. Lécuyer : "L’assurance joue un rôle structurant dans la vie économique et sociale d’un pays "

Professeur en droit privé à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas depuis de nombreuses années, Hervé Lecuyer est un spécialiste du droit des assurances....

Loi constitutionnelle sur l’environnement : référendum en danger

Loi constitutionnelle sur l’environnement : référendum en danger

Le projet de modification de l’article 1 de la Constitution issu des 149 propositions des 150 citoyens de la Convention climat a été adopté sans encom...

Sandro Pierri nommé à la tête de BNP Paribas AM

Sandro Pierri nommé à la tête de BNP Paribas AM

Succédant à Frédéric Janbon, Sandro Pierri devient directeur général de l’activité de gestion d’actifs du groupe bancaire. Une nomination effective au...

David Koubbi a un nouvel associé

David Koubbi a un nouvel associé

Arrivé au sein du Cabinet 28 octobre en novembre 2017 en tant que collaborateur puis nommé counsel en janvier 2019, Guillaume Jimenez accède à l’assoc...

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Coralie Oger et son équipe arrivent chez Scotto Partners

Grâce à l’arrivée de Coralie Oger, de Pierre Lumeau et de Caroline Vieren en provenance de FTPA, la boutique française spécialiste du management packa...

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Oui, l’État est bel et bien adepte du "quoi qu’il en coûte". Mais les prêts qu’il a garantis s’arrêteront bien un jour. Avec à la clé une hausse inévi...

Delcade renforce sa pratique sociale

Delcade renforce sa pratique sociale

Charlotte O’Leary et Ophélie Lazaro rejoignent Delcade, respectivement à Paris et à Bordeaux, en qualité d’associées.

Herbert Smith Freehills muscle sa pratique énergie et infrastructure

Herbert Smith Freehills muscle sa pratique énergie et infrastructure

Mathias Dantin accède à l’association dans le bureau parisien du cabinet d’avocats d’affaires international.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte