Fort ralentissement pour les marchés de bureaux en régions

Même s’ils accusent un peu moins le coup que l’Île-de-France, les marchés de bureaux régionaux souffrent également de la situation sanitaire et de ses conséquences économiques. Diagnostic avec BNP Paribas Real Estate après neuf mois d’activité.

Même s’ils accusent un peu moins le coup que l’Île-de-France, les marchés de bureaux régionaux souffrent également de la situation sanitaire et de ses conséquences économiques. Diagnostic avec BNP Paribas Real Estate après neuf mois d’activité.

-42 %. C’est la baisse de la demande placée au cours des neuf premiers mois de 2020 dans les six principaux marchés (Aix/Marseille, Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Toulouse) de bureaux en régions selon BNP Paribas Real Estate. Elle s’élève ainsi à 530 000 m². Si 2019 avait été une année exceptionnelle pour le marché des bureaux en régions, la baisse enregistrée sur les 9 premiers mois de 2020 est plus limitée par rapport à la moyenne des 10 dernières années : -19 %.

"Sans surprise, c’est le deuxième trimestre qui a été le plus impacté par la crise sanitaire avec une chute de -67 % des transactions, analyse Jean-Laurent de La Prade, directeur général adjoint de BNP Paribas Real Estate Transaction France. Au troisième trimestre, nous avons constaté un certain retour à la normale, mais avec tout de même un retrait de 25 % par rapport au T3 2019." Sur la même période en Île-de-France, la baisse est de 46 %.

Les grandes transactions en chute libre


En termes de secteurs d’activité, ce sont les services aux entreprises qui ont tiré la demande placée avec près de 40 % des surfaces commercialisées, suivis par le secteur public et les technologies de l’information et de la communication. À l’inverse, les secteurs de la banque et de l’industrie, qui représentaient une part significative en 2019, se sont montrés en net retrait depuis le début de l’année.

Ce sont les grandes transactions supérieures à 5 000 m² qui ont été les plus touchées, avec une chute de 54 % de la demande placée. Dans ce contexte d’incertitude, les grandes entreprises sont les plus attentistes dans leurs projets immobiliers. Les transactions de moyenne surface connaissent une baisse de 43%, tandis que celles de petite surface (inférieures à 1 000 m²) résistent mieux : avec -33 %, elles représentent près de la moitié des surfaces commercialisées.

Lyon reste en pôle position mais…


À l’échelle des villes, Lyon est toujours en tête des métropoles régionales avec 162 000 m² commercialisés, suivie par Lille et Bordeaux. Les dynamiques régionales sont toutefois bousculées. Ainsi, trois villes ont connu une chute de 50 % de leur demande placée depuis le début de l’année : il s’agit de Lyon, Lille et Toulouse. La baisse est plus limitée sur les métropoles de la façade atlantique : - 35% pour Bordeaux et Nantes. C’est Aix/Marseille qui résiste le mieux cette année, avec 4 % de baisse par rapport à 2019.

"Sur l’ensemble de l’année 2020, nous prévoyons, avec nos équipes, une demande placée de 710 000 m² dans les six principales métropoles, soit une baisse de 27 % par rapport à la moyenne des 10 dernières années", anticipe Jean-Laurent de La Prade. Un nouveau confinement national pourrait tirer encore davantage vers le bas ce volume annuel.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Le groupe Panhard devient producteur d'énergies renouvelables

Le groupe Panhard devient producteur d'énergies renouvelables

Leader depuis plus de 25 ans dans le développement de plateformes logistiques, le groupe Panhard devient producteur d'énergies renouvelables via le dé...

Hesus : terres promises

Hesus : terres promises

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la Tech française. Aujourd’hui : Hesus.

N. Bendefa (REIM Partners) : "L’immobilier locatif est un secteur encore récent au Maroc mais en forte croissance"

N. Bendefa (REIM Partners) : "L’immobilier locatif est un secteur encore récent au Maroc mais en for...

Fondée en 2013 par Nawfal Bendefa et Mehdi Tahiri Joutei Hassani et adossée à CFG Bank en tant qu’actionnaire depuis 2020, la société de gestion REIM...

Cédric Borel (Ifpeb) : "Les freins vers la sobriété carbone ne sont pas techniques mais psychologiques et organisationnels"

Cédric Borel (Ifpeb) : "Les freins vers la sobriété carbone ne sont pas techniques mais psychologiqu...

Cédric Borel est le président de l’Institut français pour la performance énergétique du bâtiment et l’un des initiateurs du Booster du réemploi. Dans...

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

N. Charles (BNP Paribas Real Estate) : "Si je devais résumer 2022 en un mot, ce serait la stabilisation"

N. Charles (BNP Paribas Real Estate) : "Si je devais résumer 2022 en un mot, ce serait la stabilisat...

BNP Paribas Real Estate, société de gestion d’actifs immobiliers, ne cesse de se développer grâce à une dynamique en phase avec les marchés et leurs c...

M. Cheval (Carmila) : “Nos centres commerciaux sont des créateurs de liens sociaux”

M. Cheval (Carmila) : “Nos centres commerciaux sont des créateurs de liens sociaux”

Dans un contexte toujours incertain et suspendu aux imprévus sanitaires, le secteur du commerce poursuit son chemin de croix, au gré des contraintes q...

Dracula Technologies : la start-up qui a les dents longues

Dracula Technologies : la start-up qui a les dents longues

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la Tech française. Aujourd’hui : Dracula T...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte