Florian Philippot, la dérive complotiste

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lui permet d’acquérir une forte audience mais risque de l’enfermer dans un rôle de simple YouTubeur.

Depuis un an, le patron des Patriotes drague sans vergogne l’électorat complotiste en se basant sur les réseaux sociaux. Cette mutation idéologique lui permet d’acquérir une forte audience mais risque de l’enfermer dans un rôle de simple YouTubeur.

Un bide retentissant. Il n’y a pas d’autre terme pour qualifier la campagne européenne de Florian Philippot et de son mouvement Les Patriotes. Avec 0,65 % des suffrages le 26 mai 2019 au soir, le parti chantre du Frexit obtient un score anecdotique, inférieur au parti animaliste et ses 2,16 %. Quel désaveu pour l’ancien numéro 2 du Front national qui, depuis septembre 2017, date de création de sa boutique, roule pour son propre compte ! À l’issue du scrutin, de nombreux observateurs de la vie politique le jurent :  Florian Philippot ne s’en relèvera pas. Pourtant, en 2021, tel le phénix, il semble renaître de ses cendres. La clé de son renouveau ? Flatter l’électorat complotiste. Autant le dire d’emblée, l’énarque n’y va pas avec le dos de la cuillère.

En croisade contre la "coronafolie"

La crise sanitaire s’avère une aubaine pour l’ancien second de Marine Le Pen qui dénonce à tout-va la "tyrannie covidiste". Selon lui, la situation est plutôt simple : l’impact du coronavirus est sciemment exagéré. À qui profite le crime ? Aux laboratoires qui vendent des vaccins alors que des traitements moins onéreux existent, à l’Union européenne qui y voit un bon moyen de régenter davantage nos vies, voire aux membres du gouvernement qui, par sadisme, se plairaient à diriger les citoyens comme du bétail. Heureusement, Florian Philippot est là pour combattre ceux qu’il qualifie de "caste", "d’eurogagas" ou "d’oligarchie". Depuis plus d’un an, il semble se glisser avec délectation dans le rôle de chef de ce qu’il nomme "la résistance". Une ligne correspondant exactement à la notion de complotisme qu’Antoine Bristielle, chercheur en sciences politiques, qualifie "didéologie qui consiste à justifier une situation par le fait qu’il existe des gens, tapis dans l’ombre, tirant toutes les ficelles".

Concrètement, le chef des Patriotes remet en cause l’efficacité du confinement, des vaccins, prône la réouverture des commerces, la fin du couvre-feu et se risque même à critiquer les masques. Ainsi, dans un tweet en date du 19 janvier, il déclare crânement : "Qu’on ne s’avise pas à m’imposer un masque FFP2, j’en ferai un feu de joie immédiatement. À un moment, stop à tout ce délire ambiant. Que les névrosés masqués soignent leur névrose et laissent les gens vivre".

"Qu'on ne s'avise pas à m'imposer un masque FFP2, j'en ferai un feu de joie immédiatement"

Celui qui n’est plus que conseiller régional de la région Grand Est se retrouve également en première ligne pour combattre un possible passeport vaccinal élaboré par l’UE. Qu’importe si le projet relève de l’utopie, il dénonce avec ferveur cette mesure qu’il considère comme un "ausweis" qui transformera ceux qui refusent de "subir la tyrannie" en "citoyens de huitième zone". Désormais, Florian Philippot est même devenu organisateur de manifestations contre la "coronafolie". Depuis plusieurs semaines, lui et ses partisans battent le pavé dans plusieurs villes de l’Hexagone et crient leur colère sous les fenêtres du ministère de la Santé.

Florian Philippot est en première ligne pour organiser des manifestations contre la "coronafolie". Un pari électoralement gagnant ?

D’autres munitions en stock

L’ancien député européen varie les causes puisqu’il a dans sa besace de quoi amadouer toutes les catégories de complotistes qui, en l’écoutant, en ont pour leur argent. Durant le mois de février, l’activiste écolo Greta Thunberg est ainsi qualifiée "d’énorme coup de com mondial monté de toute pièce" tandis que les QR codes sont vus comme "un traçage généralisé de la population et la fin de la vie privée". Évidemment, durant l’élection présidentielle américaine, Florian Philippot est monté au créneau pour dénoncer une élection volée, un coup de force des juges ou une atteinte portée à la démocratie.

Pour Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch et auteur de l’ouvrage L’opium des imbéciles, essai sur la question complotiste, Florian Philippot est le premier responsable politique tricolore à s’aventurer aussi loin sur ce terrain : "Le complotisme d’autodéfense est assez généralisé et c’est parfois de bonne guerre. Ce fut notamment le cas de François Fillon qui, en 2017, a justifié ses soucis judiciaires par un complot des juges. À sa manière, François Bayrou a fait de même." Mais Florian Philippot passe à la vitesse supérieure. Et comme les plus grandes figures complotistes, Internet est devenu son terrain de jeu.

YouTube, Facebook, Twitter : le roi du buzz digital

Pour faire passer ses idées auprès du plus grand nombre, Florian Philippot est présent sur YouTube où sa chaîne tient plus de la webtélé complotiste que de la politique traditionnelle. Elle est abondamment alimentée de longues vidéos aux titres que l’on peut sans sourciller qualifier de putaclic. Les internautes se délectent ainsi de contenus intitulés "photo volée de Bayrou sans masque : ce que ça cache", "Raoult attaque très fort et fait des révélations", "nombre de malades hospitalisés, l’incroyable découverte".

À l’instar des gourous du XXIe siècle, il s’adresse directement au public face à une webcam et en profite pour vanter son analyse "sans langue de bois" ou encore sa capacité à montrer "des vérités cachées". Enfin, business is business, il invite régulièrement les spectateurs à rejoindre les rangs de "la résistance" en adhérant aux Patriotes. À l’occasion, Florian Philippot se mue parfois en commercial puisqu’il met à profit ses allocutions pour écouler des "kits" comprenant des autocollants, des panneaux et des sacs à l’effigie de son parti.

En une année la chaîne YouTube de Florian Philippot est passée de 16 000 à 144 000 abonnés, une hausse de 800% !

Reconnaissons-le, cette stratégie paie. En une année, sa chaîne est passée de 16 000 à 144 000 abonnés, soit une hausse de de 800 %. À titre de comparaison, celle de Marine Le Pen culmine à 44 000 abonnés, celle de l’Élysée 47 800. Sur la scène politique, seules deux personnes le dépassent : Emmanuel Macron (200 000) et Jean-Luc Mélenchon, leader incontesté avec ses 500 000 abonnés.

Pour augmenter son audience, Florian Philippot est également extrêmement actif sur Twitter, réseau sur lequel il est probablement le responsable politique français le plus bavard. Autre atout dans sa poche, l’ancien frontiste a massivement investi Facebook où il compte 255 000 followers.

Stratégie digitale mûrement réfléchie

Une stratégie digitale qui ne doit rien au hasard puisque, comme le note Antoine Bristielle, "les complotistes s’informent beaucoup sur YouTube et n’hésitent pas à viraliser les contenus par des groupes Facebook ainsi que par des boucles d’e-mails ou WhatsApp". Parmi eux, "essentiellement des jeunes non diplômés qui n’ont pas confiance dans les institutions, mais aussi des quinquagénaires peu diplômés mais plutôt insérés socialement", souligne l'expert.

Si 20 % des Français sont sensibles aux thèses complotistes, c’est dans l’électorat RN et LFI qu’ils sont le plus nombreux. S’adaptant à son nouveau marché, Florian Philippot, qui a pourtant fait une grande partie de sa carrière auprès de Marine Le Pen, met désormais en sourdine les questions d’islam, de voile, d’immigration ou d’insécurité dans ses harangues digitales ou ses posts sur les réseaux sociaux.

Futur incertain

En passant de l’extrême droite au complotisme, Florian Philippot fait un pari habile décrit par Antoine Bristielle : "Si l’épidémie s’éternise et que le ras-le-bol monte, certains élus tiendront des propos comme lui et il dira qu’il a eu raison avant tout le monde. Dans le pire des cas, il a gagné un nouvel électorat potentiel". Selon le chercheur, cette stratégie montre le flair politique de l’ancien frontiste qui a "compris qu’il était impossible de siphonner les voix du RN ou de tout miser sur le Frexit". Le complotisme serait donc la martingale de Florian Philippot, plutôt seul sur ce terrain-là puisque, Insoumis comme Lepénistes cherchent à se présidentialiser. Restent les écolos anti-vax, mais ils sont moins bien structurés et peu audibles.

"Attention à ne pas confondre popularité sur les réseaux sociaux et votes réels"

Rudy Reichstadt, de son côté, est plutôt circonspect sur l’efficacité de cette mutation idéologique. D’après lui, "Attention à ne pas confondre popularité sur les réseaux sociaux et votes réels, d’autant plus que Les Patriotes s’adressent à un public globalement abstentionniste". Mais, après tout, Florian Philippot rêve-t-il de voir son parti détenir des mandats ? Lui que son ancienne alliée Sophie Montel accuse de vivre dans une « divine solitude » ou d’être incapable de travailler collectivement a peut-être trouvé un rôle à sa mesure. Celui d’influenceur complotiste. Une situation qui permet de satisfaire un responsable politique accusé d’avoir un ego développé.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Pour qui votent les catholiques ?

Pour qui votent les catholiques ?

De moins en moins nombreux, historiquement à droite, convertis au macronisme mais allergiques à Marine Le Pen. Alors que l'Ascension et les régionales...

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Exclu Décideurs. Entreprises en difficulté, ce qui se prépare

Oui, l’État est bel et bien adepte du "quoi qu’il en coûte". Mais les prêts qu’il a garantis s’arrêteront bien un jour. Avec à la clé une hausse inévi...

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

O.Nasrou : "Valérie Pécresse incarne le vote utile"

Lycées, sécurité, transports, dette… Selon le premier vice-président du conseil régional d’Ile-de-France, Valérie Pécresse peut se reposer sur un bila...

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Sophie Cluzel : "La France consacre 2,2% de son PIB aux personnes en situation de handicap"

Aides aux entreprises, baromètre, mentorat… Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées revient sur les initiatives destinées à...

Édito. Haro sur les déviants

Édito. Haro sur les déviants

De nombreuses personnalités "issues de la diversité" prennent position pour défendre l’universalisme, combattre le communautarisme et l’essentialisati...

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

T.Lentz (Fondation Napoléon) : "L'UE ne bâtit pas son unité autour de personnages historiques"

Historien et directeur de la Fondation Napoléon, Thierry Lentz revient sur les célébrations du bicentenaire de la mort de l’Empereur à l’échelle europ...

Quand l’UE enterre Napoléon

Quand l’UE enterre Napoléon

Le bicentenaire de la mort de l’Empereur ne sera pas célébré par l’Union européenne malgré une vraie popularité du personnage dans de nombreux États m...

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

UE vs Astra Zeneca : tout savoir sur les enjeux juridiques

La Commission européenne a saisi la justice belge vendredi 23 avril dans le cadre de son contrat conclu avec Astra Zeneca. L’Europe proteste contre le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte