Fiscalité internationale, l'Europe maintient la pression

Les ministres des Finances français, italien, allemand et espagnol ont conjointement exprimé leur détermination à réformer la fiscalité internationale d’ici à la fin de l’année. Sans surprise, les géants du numériques sont expressément pointés du doigt. Mais pas seulement : le dumping fiscal est également dans leur viseur.

Les ministres des Finances français, italien, allemand et espagnol ont conjointement exprimé leur détermination à réformer la fiscalité internationale d’ici à la fin de l’année. Sans surprise, les géants du numériques sont expressément pointés du doigt. Mais pas seulement : le dumping fiscal est également dans leur viseur.

C’est dans une tribune commune publiée le 22 février dans Le Monde que Bruno Le Maire et trois de ses homologues européens – l’espagnole Nadia Calviño, l’italien Roberto Gualtieri et l’allemand Olaf Scholz – ont réaffirmé leur volonté de refondre la fiscalité internationale. Et le plus tôt sera le mieux. Les quatre politiques visent en effet un accord avant la fin de l’année, dans le cadre des travaux de l'OCDE. Un objectif ambitieux tant le sujet est politique, les sensibilités diverses et les intérêts divergeants.

Le numérique dans le viseur

À en croire les signataires de la tribune – et comment leur donner tort ? –, le système fiscal actuel est dépassé. « Créer une nouvelle fiscalité internationale adaptée aux réalités du XXIe siècle est un des grands défis de notre temps », affirment-ils. Pour ce faire, deux chantiers prioritaires ont été identifiés. Le premier concerne expressément la taxation des firmes du Net. En effet, elles parviennent aujourd’hui à échapper largement à l’impôt dans les lieux où elles créent de la valeur en exploitant les données de leurs utilisateurs tout en y disposant d’une présence physique limitée. Une injustice fiscale injustifiable vis-à-vis des autres entreprises. Ce point de vue est d’ailleurs partagé par plusieurs acteurs de premier ordre du secteur comme Facebook qui, par la voix de son patron, s’est dit prêt à payer plus d’impôts dans le cadre du lancement des travaux de l’OCDE devant aboutir à l’adoption d’une taxe Gafa.

« Légitime colère »

Le second point d’attention mis en exergue par les quatre ministres est le dumping fiscal. En transférant leurs bénéfices d’un État vers un autre fiscalement plus avantageux, les multinationales de tous secteurs d’activité créent des distorsions de concurrence qui « nourri[ssen]t une colère légitime ». Pour y remédier, Bruno Le Maire et ses homologues préconisent l’instauration d’un impôt plancher pour décourager ce type de montages. « L’impôt minimum est la seule solution efficace contre l’optimisation fiscale agressive exercée par une poignée de grandes multinationales », font-ils valoir.

Avec cette prise de position, la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne veulent envoyer un signal politique fort. En faisant montre d’avoir entendu le mécontentement de leurs administrés, ils se posent en chantre de l’égalité fiscale. En réaffirmant leur volonté d’agir rapidement, ils espèrent maintenir la pression sur les États-Unis, malgré l’échéance proche des élections présidentielles. Mais surtout, ils savent la manne financière qu’une taxation plus équilibrée peut représenter pour eux. Estimées à 100 milliards de dollars par an par l’OCDE, ces recettes sont « nécessaires pour la construction d’écoles, d’hôpitaux et pour l’investissement dans la transition écologique » avancent-ils. Un appel d’air salutaire en cette période de disette budgétaire.

Sybille Vié

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

La rémunération des patrons de la finance scrutée par les superviseurs

Après les dividendes, c’est au tour des rémunérations des patrons des plus grandes banques d’être passées au crible par les superviseurs. En pleine cr...

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

La Financière DV devient DLCM Finances Paris

Le cabinet de gestion de patrimoine DLCM Finances renforce sa présence à Paris en finalisant son rapprochement avec La Financière DV.

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Les affaires de la famille Trump dans la tourmente

Le coronavirus n’épargne rien ni personne. La holding qui gère les affaires de la famille du président des États-Unis, la Trump Organization, en fait...

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

L'Eurogroupe met 240 milliards d’euros sur la table pour aider les pays en difficulté

Selon le président de l’Eurogroupe Mario Centeno une ligne de crédit de 240 milliards d’euros ouverte à tous les pays va prochainement être activitée...

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

M. Azogui (Cyrus) : "Bridgepoint a une grande expérience sur les opérations d’acquisition"

Le groupe Cyrus gère près de 3,8 Mds€ d’encours financiers et 1,5 Mds d’investissements immobiliers pour le compte de 4 500 familles. Pour accélérer s...

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

D. Mahé (Human & Work): "L'État n'est pas le père Noël"

Les dirigeants doivent prendre des décisions financières stratégiques et accompagner leurs équipes dans un environnement incertain. David Mahé, fondat...

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en euros"

Jean-Philippe Taslé D’héliand (Oddo BHF) : "La crise sanitaire rabat les cartes sur les fonds en eur...

Pour Jean-Philippe Tasle d'Heliand, président de ODDO BHF Banque Privée France, la chute des marchés actions remet en perspective la rémunération des...

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

USA : 10 millions d'inscriptions au chômage en deux semaines

Les chiffres du chômage explosent aux États-Unis. On compte plus 6,6 millions de nouveaux demandeurs d'emploi en l’espace d’une semaine.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message