Finsbury, la réussite atypique

Le succès de certaines enseignes relève parfois d’entrepreneurs à la 
trajectoire hors du commun. Arnaud Bruillon, P-DG de Finsbury, en fait 
partie. Savoir-faire et fabrication traditionnelle sont les maîtres-mots 
de cette maison spécialisée dans le soulier élégant pour homme.  
Rencontre avec un patron visionnaire.
Arnaud Bruillon, P-DG

Le succès de certaines enseignes relève parfois d’entrepreneurs à la trajectoire hors du commun. Arnaud Bruillon, P-DG de Finsbury, en fait partie. Savoir-faire et fabrication traditionnelle sont les maîtres-mots de cette maison spécialisée dans le soulier élégant pour homme. Rencontre avec un patron visionnaire.

En quelle année a ouvert la première boutique Finsbury  en France ?

Finsbury était autrefois une fabrique de chaussures de luxe dans le nord de l’Angleterre, petite marque d'une petite usine. La première boutique en France a ouvert en 1986 dans le quartier de l’Opéra à Paris. La promesse de la marque était de proposer des chaussures de fabrication artisanale, de grande qualité, mais à prix accessibles. Le succès fut immédiat.

Quelle a été votre stratégie, à titre personnel, pour faire évoluer cette société ?

Mon histoire entrepreneuriale est celle d’un vendeur « self-made-man  » ayant évolué au poste de responsable de magasin. Après un parcours de salarié modèle, j’ai proposé aux propriétaires de la marque d’ouvrir ma première franchise exclusive. Non sans diffi-culté, ma banque personnelle m’a finalement fait confiance grâce à ma pugnacité. J’ai ainsi créé sept franchises Finsbury entre 2001 et 2010. Devenu un acteur important de l’entreprise, j’ai naturelle-ment proposé de racheter la marque et les magasins aux fondateurs à un prix qu’ils ne pouvaient pas refuser. Grâce à la confiance de ma banque et de Bpifrance, auprès de qui j'ai levé une dette LBO, en réinvestissant tout ce que j’avais gagné en tant que franchisé, j’ai pu bâtir un groupe solide avec pour ambition d’ouvrir 50 magasins à l’horizon 2017. Finsbury en a finalement ouvert 60 ! De ce fait, j’ai amorcé un second cycle de croissance orienté vers l’international.

Combien de salariés emploie l’entreprise aujourd’hui ?

Environ 200 personnes travaillent pour Finsbury à ce jour, franchisés inclus. Je me suis aussi entouré d’un top management pour accompagner la croissance et en 2017 j’ai fait construire le nouveau siège social Finsbury d’une superficie de 4 000 mètres carrés.

Qui sont vos clients ?

Finsbury est plébiscité par une clientèle « business », mais tout homme sensible à l’élégance et soucieux de son confort peut devenir un client. Grâce au positionnement « premium accessible » de la marque, le panel est très large et la clientèle est extrêmement fidèle.

Qui dessine les collections ?

Le « collectionning » est effectué au siège de la société, à Paris. Le directeur de la création s’appuie sur les bureaux de style de nos usines. Nous proposons beaucoup de matières exclusives et de couleurs, notamment des patines réalisées à la main. Le modèle Consul constitue notre modèle iconique, écoulé à plus de 100 000 exemplaires depuis sa création.

De la coupe à l’emballage, combien d’étapes sont nécessaires, en moyenne, pour fabriquer une chaussure Finsbury ?

Le processus est entièrement artisanal : 180 à 220 opérations manuelles sont nécessaires à la fabrication d’une paire de souliers. Notre savoir-faire repose sur l'utilisation de peausseries issues des meilleures tanneries françaises et de deux techniques de montage, le « cousu Goodyear » et le « cousu Blake ». De la coupe des peaux, à la couture des semelles au fil de lin poissé pour une solidité optimale, une chaussure peut parfois passer entre les mains de 26 compagnons différents. 

Quels sont vos projets pour la marque à l’horizon 2018-2020 ?

Mon business plan projette à moyen terme de doubler notre parc de boutiques pour atteindre les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2023-2024. Avec 72 magasins, un flagship store qui vient d’ouvrir à Bruxelles et l’inauguration prochaine de deux succursales au Luxembourg, nous recherchons activement des partenaires retail au Moyen-Orient, en Chine, à Singapour, en Corée du sud, au Japon, en Amérique du Nord, au Royaume-Uni et en Europe.

PROPOS RECUEILLIS PAR PASCAL MARTINEZ-MAXIMA

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Essai auto : la mini Cooper S Cabrio

Essai auto : la mini Cooper S Cabrio

Intemporelle, la Mini Cooper fait partie de l’histoire automobile. La troisième génération, sous l’ère BMW, de ce cabriolet évolue avec un modèle simp...

Tour de tables : les meilleures terrasses pour profiter des derniers rayons

Tour de tables : les meilleures terrasses pour profiter des derniers rayons

Le grand retour en salle s’opérant dès les premiers frimas, le choix d’un cadre élégant et chaleureux prévaut pour garantir le succès d’un déjeuner d’...

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Le site Leaders League fait peau neuve et s’étoffe

Quelques mois après une mise à jour de son interface, le site leader dans la recherche de classements et de sociétés poursuit son développement.

Les SUV prennent le pouvoir

Les SUV prennent le pouvoir

Plus lourds, plus massifs et souvent moins aérodynamiques, s’ils suscitent toujours la polémique, les Sport Utility Vehicles (SUV) représentent près d...

Livres : les immanquables du mois d’octobre

Livres : les immanquables du mois d’octobre

De la bande dessinée, de la politique, des récits qui font rêver : voici les quatre ouvrages du mois sélectionnés par la Rédaction.

Livres : la sélection de la rentrée

Livres : la sélection de la rentrée

Romans, BD, politique… En cette période de rentrée scolaire et littéraire, découvrez la sélection de Décideurs Magazine.

Essai auto : BMW iX XDrive50 100% vert

Essai auto : BMW iX XDrive50 100% vert

Attendu en novembre, ce nouveau modèle 100 % électrique signé du constructeur allemand s’annonce comme un véritable bijou conjuguant performances, lux...

Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques

Bandes dessinées : un investissement pour les nostalgiques

Alors que le marché de la bande dessinée semble arriver à maturité, les ventes se multiplient. Pour dénicher la perle rare, la stratégie est simple :...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte