S. Hmich (Future Positive Capital) : Finances très humaines

Nouvel entrant dans le venture capital, Future Positive Capital cultive une approche originale pour relever un défi de taille : débusquer les innovations à fort impact social avant tout le monde.
Finance Positive Capital

Nouvel entrant dans le venture capital, Future Positive Capital cultive une approche originale pour relever un défi de taille : débusquer les innovations à fort impact social avant tout le monde.

Faire rimer la finance avec les grands enjeux contemporains. Tel est l’objectif de Sofia Hmich à la tête de Future Positive Capital. Après une première levée bouclée à 51 millions d’euros, cette ancienne d’Index Ventures et Responsable stratégie internationale chez Deezer a lancé le fonds d’investissement dont elle rêvait. Basé à Londres et à Paris, Future Positive Capital injecte ainsi des capitaux dans des entreprises où les technologies de rupture sont synonymes d’amélioration de la condition humaine ou de la protection de la biodiversité. « En tant qu’asset manager, mon travail consiste à créer et à maximiser la valeur dégagée par les entreprises. Mais ma définition ne se résume pas à la spéculation financière, insiste la jeune femme. Elle est aussi innovante, sociale ou environnementale. Elle doit être en phase avec les besoins de nos économies et les aspirations de nos sociétés. »

De l’originalité avant toute chose

Sofia Hmich et son équipe réduite – quatre experts – visent des secteurs que le capital-risque européen délaisse trop souvent pour des valeurs plus sûres (la Fintech, la grande consommation, etc.). Un positionnement original qui cible des opportunités économiques assez inédites. « L’identification de nouvelles entreprises disruptives, c’est notre valeur ajoutée. Les sociétés les plus intéressantes ne sont pas forcément les plus visibles ou les plus communicantes », martèle celle qui cherche avant tout « un changement de paradigme décisif » en économie. Chez Index Ventures, la femme d’affaires avait pour mission d’identifier les pépites de demain, en « early stage », qu’un fonds peut aider à faire croître. C’est donc à dessein que Future Positive Capital choisit d’investir en seed et en série A avec des investissements de l’ordre de 300 000 euros à 5 millions d’euros. Des mises modestes, mais adaptées aux entreprises en devenir.

Cercle vertueux

Si ce fonds a pu voir le jour, c’est grâce à une conjoncture macroéconomique au beau fixe. « Nous arrivons à la fin d'un cycle où l'innovation a été tirée par les outils internet et mobile pour entrer dans une nouvelle phase où ce sont les innovations de rupture, l’intelligence artificielle, la robotique, la biologie synthétique, qui créeront le plus de valeur. L’asset management s’adapte à ces changements structurels profonds. » Autre facteur majeur : le rôle des États souverains. « Les gouvernements sont décisifs pour accélérer certains segments innovants, poursuit-elle. Nous avons investi dans Ynsect, une foodtech qui transforme des insectes en protéines pour l’aquaculture. Si la régulation européenne n’avait pas changé pour autoriser la commercialisation de la protéase, ce marché n’existerait pas. »

Être là où la finance ne s’aventure guère d’habitude pourrait bien résumer son approche, quitte à botter en touche avec les positionnements usuels préconisés par les investisseurs. « L’Afrique reste le continent oublié par le venture capitalisme européen, malgré une croissance démographique qui sera, dans un futur proche, un levier décisif de performance. Peu s’y aventurent, car elle n’offre pas de perspectives fortes d’exit. » Pour l’instant… Mais parions que Sofia Hmich saura les débusquer avant tout le monde, quand elles auront éclos.

Nicolas Bauche

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Start-up : une nouvelle pépite spécialisée dans le stockage de biens ?

Start-up : une nouvelle pépite spécialisée dans le stockage de biens ?

Installée à Station F, l’un des plus grands incubateurs de start-up au monde, la société Gilbert a pour objectif de rendre le stockage de biens plus h...

Karim Carmoun prend les rênes de Robeco France

Karim Carmoun prend les rênes de Robeco France

Il succède à Frédéric Lejeune.

Thierry Breton, le super commissaire

Thierry Breton, le super commissaire

Pour rattraper son retard en matière de défense et de recherche, l’Union européenne fait confiance à Thierry Breton, nouveau commissaire européen aux...

Aramco sort du noir

Aramco sort du noir

Avec l’entrée en Bourse d’Aramco, l’Arabie saoudite compte impulser des changements économiques et sociaux profonds sur son territoire. Mais quel est...

Affacturage et Private equity

Affacturage et Private equity

Les fonds de Private Equity s’intéressent de plus en plus à l’affacturage pour leurs participations actuelles ou futures. Bâtir un programme d’affactu...

Deuxième cotation au programme du géant Alibaba

Deuxième cotation au programme du géant Alibaba

Déjà introduite à la Bourse de New York, la société chinoise Alibaba a obtenu l’autorisation des autorités de Hong Kong pour une cotation sur ce marc...

S. de Vaulx (SGPB) : "Sécuriser la mise en œuvre d’opérations à forte valeur ajoutée qu’ils entreprennent avec leurs clients"

S. de Vaulx (SGPB) : "Sécuriser la mise en œuvre d’opérations à forte valeur ajoutée qu’ils entrepre...

La banque privée se réinvente, elle tend à s’ouvrir. Non plus seulement aux clients finaux, mais aussi aux conseils indépendants auxquels ces derniers...

Forum de Paris pour la paix : pour une régulation diplomatique du numérique ?

Forum de Paris pour la paix : pour une régulation diplomatique du numérique ?

L’Europe est pointée du doigt face à son manque d’attractivité dans le secteur des technologies et du digital. Un sujet abordé lors de l’édition 2019...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message