Financement : quelle part pour les femmes ?

D’après une étude menée par BCG, les entrepreneures récoltent deux fois moins de fonds que leurs homologues masculins et génèrent deux fois plus de revenus pour un même montant levé. L’accès aux fonds d’investissement s’avère donc profondément inégalitaire.
D’après une étude menée par BCG, les entrepreneures récoltent deux fois moins de fonds que leurs homologues masculins et génèrent deux fois plus de revenus pour un même montant levé. L’accès aux fonds d’investissement s’avère donc profondément inégalitair

D’après une étude menée par BCG, les entrepreneures récoltent deux fois moins de fonds que leurs homologues masculins et génèrent deux fois plus de revenus pour un même montant levé. L’accès aux fonds d’investissement s’avère donc profondément inégalitaire.

« Sur les dix plus grosses sociétés de gestion, 97 % des fonds sont décernés à des hommes alors que 15 à 20 % des entrepreneurs sont des femmes », avance Tatiana Jama, serial entrepreneuse et membre du collectif Sista – pour imposer la mixité dans l’économie numérique. C’est ainsi que s’est ouverte la table ronde, organisée par Mirova et ONU Femmes, sur l’accès des femmes au financement. La question de l’inégalité placée au centre du débat a donné la parole à des femmes entrepreneures et à des acteurs du financement.

Olivier Millet, membre du directoire d’Eurazeo, estime que le non-coté a fait des pas de géant en extra-financier ces dix dernières années. Les femmes représentent 30 % des effectifs du private equity en moyenne, 14 % dans les équipes d’investissement et 6 % en senior management. Il ajoute : « Pour que la profession se féminise, et pour le bien de tous, il faut sortir des horaires de nuit. Le plus grand progrès serait d’arrêter de penser qu’un deal de private equity c’est la guerre. »

Compter pour dresser un constat fiable et objectif

« Le gène de l’entrepreneuriat n’existe pas », explique Tatiana Jama. L’argument selon lequel les femmes ressentiraient plus d’aversion au risque n’est pas recevable, autant que ne l’est pas celui d’une ambition moins forte que chez les hommes, mais qui s’exprime différemment. Le manque de fonds accordés aux femmes est issu d’un biais inconscient qui consiste à n’interagir ou à n’investir qu’avec des personnes qui nous ressemblent. Ajoutons à cela, qu’aujourd’hui, les fonds d’investissement n’ont pas conscience de la répartition de leurs investissements entre les start-up pilotées par des femmes et celles dirigées par des hommes. « Il faut donc compter, car sinon l’égalité n’existe pas », renchérit celle qui a déjà fondé deux entreprises.

Olivier Millet abonde et insiste sur la nécessité de produire des données sur ces sujets, qui sont fondamentaux, et d’établir des objectifs quantitatifs. « Chez Eurazeo, les boards des sociétés en portefeuille comptent 40 % de femmes. » Il y a un réel besoin d’introduire un aspect positif de mixité, d’autant plus que le private equity fait face à une pénurie de main-d’œuvre.

Les banques ne sont pas en reste

En ce qui concerne l’accès au financement bancaire, le bilan est plus mitigé selon Hélène Madar, directrice du développement marchés spécialisés de Banques Populaires : « Dans le fonds de commerce des Banques Populaires, 10 % des entreprises sont dirigées par des femmes, ». Or, 72 % de ces sociétés sont des TPE, contre 64 % chez les hommes. Aucune autre différence n’est à relever, si ce n’est un taux de sinistres légèrement plus faible chez les femmes. La filiale du groupe BPCE commence tout juste à en effectuer un recensement et à prendre conscience de l’ampleur du phénomène.

Fabienne Lichentin, directrice générale de Câblerie Daumesnil, confirme : « Pour les entreprises matures, il n’y a pas de différence d’accès au financement ». Pour elle, la gestion féminine est même plus sûre. En revanche, une entreprise qui démarre, et qui est dirigée par une femme, rencontre beaucoup plus de difficultés que si un homme en est à la tête. Le poids de l’histoire n’est sans doute pas étranger à ce constat.

Anne-Gabrielle Mangeret

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Ariane de Rothschild, de baronne à patronne

Avec une fortune avoisinant les 5 milliards d’euros, Ariane de Rothschild est désormais seule à la tête du groupe Edmond de Rothschild, après la mort...

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La plateforme d’apprentissage 360Learning lève 200 millions de dollars

La start-up 360Learning, qui développe une plateforme SaaS de formation collaborative en entreprise, vient de boucler un financement de 200 millions d...

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Paul Boudre, le fil conducteur de Soitec

Directeur général de Soitec depuis 2015, il a remis le fabricant de semi-conducteurs sur les rails et compte tripler le chiffre d’affaires du groupe d...

Olivier Larrat (Signadile) : "C’est notre travail d’aider la nouvelle génération à trouver les axes de développement de valeur"

Olivier Larrat (Signadile) : "C’est notre travail d’aider la nouvelle génération à trouver les axes...

À la suite d’une période fortement marquée par la crise sanitaire, le nombre de managers se lançant dans la reprise de leur entreprise s’est accru. An...

La fintech N26 lève 900 millions de dollars

La fintech N26 lève 900 millions de dollars

La néobanque allemande N26 vient de boucler un financement de 900 millions de dollars. Grâce à cette opération, la licorne d’outre-Rhin atteint une va...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Introduction en Bourse convaincante pour OVHcloud

Introduction en Bourse convaincante pour OVHcloud

OVHcloud, leader européen des services informatiques dématérialisés, vient de faire son entrée à la Bourse de Paris ce vendredi 15 octobre. L’action,...

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Équipementiers télécoms : la guerre des trônes

Avec le déploiement de la 5G, la bataille pour la souveraineté s’est accentuée entre Européens, Américains et Chinois autour de Nokia, Ericsson et Hua...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte