Fin de l’accord de Vienne : les entreprises françaises fortement touchées

Le 8 mai, le président américain annonçait se retirer de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Une décision accompagnée de la reprise des sanctions économiques sur l’Iran qui seront effectives dès le 4 novembre. Les entreprises européennes et en particulier françaises seront les plus impactées.
Photo prise en 2015 lors de l'annonce de l'accord de Vienne réunissant les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, de l'Allemagne, de l'Union européenne ainsi que de l'Iran.

Le 8 mai, le président américain annonçait se retirer de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Une décision accompagnée de la reprise des sanctions économiques sur l’Iran qui seront effectives dès le 4 novembre. Les entreprises européennes et en particulier françaises seront les plus impactées.

En juillet 2015, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies avec l'Allemagne ainsi que l'Union européenne et l'Iran, signaient l’accord de Vienne, répondant à la volonté de contrôler le programme nucléaire iranien et de lever les sanctions économiques qui touchaient le pays. Trois ans plus tard, Donald Trump décide de se retirer de cette union, réel levier de coopération internationale sur les problèmes de sécurité au Moyen-Orient. Cette décision est récriminée par les différents signataires de l’alliance et suscite la furie du Parlement iranien puisqu’elle sera accompagnée du niveau « le plus élevé de sanctions économiques possibles ».

La question du pétrole

À l’heure où la scission entre le président Hassan Rohani et le guide suprême Ali Khamenei se creuse, et que le débat sur le maintien de l’accord avec les autres membres du Conseil de sécurité devient houleux, l’inquiétude quant aux conséquences économiques mondiales est grandissante. La première des préoccupations concerne la hausse du prix du pétrole. Alors qu’il a déjà triplé depuis un an et demi, atteignant les 70 dollars le baril, le phénomène risque de continuer en s’intensifiant. Le prix du pétrole exploserait si les exportations iraniennes étaient stoppées, ce qui risquerait de provoquer un choc pétrolier. Ce scénario représente un risque de ralentissement certain pour la croissance mondiale. Les États-Unis, eux, autosuffisants grâce à leur production de pétrole de schiste, semblent hors de portée.

Choc pour les entreprises

Les sanctions américaines réactivées en novembre prochain concerneront les secteurs pétrolier et aéronautique ainsi que le commerce de métaux et les transactions en dollar avec la banque centrale iranienne. Alors que l’accord de Vienne leur offrait un marché prometteur, la situation actuelle entraîne dans la tourmente les entreprises européennes telles que Total, Airbus, Siemens, PSA ou encore Renault. En effet, la Maison-Blanche a déclaré que « ceux qui font du business en Iran auront un délai pour pouvoir défaire leurs engagements » et que, dans le cas contraire, ils « s'exposeront à de graves conséquences ». Mauvais timing pour Airbus qui vient de recevoir une commande d’une centaine d’appareils de la part de l’Iran, un contrat de 19 milliards de dollars auquel l’avionneur va devoir renoncer. Il en va de même pour Total qui avait signé un contrat pour l’exploitation du gisement de gaz naturel du champ South Pars 11. Les entreprises concernées se voient accorder un délai de 90 à 180 jours pour cesser leurs activités avec l’Iran, avant l’activation des sanctions. Celles-ci sont d’ores et déjà effectives pour tout nouveau contrat.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Evaneos n’attire pas que les touristes

Evaneos n’attire pas que les touristes

Avec sa récente levée de 70 millions d’euros, Evaneos rêve d’explorer de nouveaux territoires. Après l’Europe, la plateforme de voyages sur mesure met...

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Ici la voix, le renouveau à marche forcée du marketing vocal

Les enceintes connectées se déploient rapidement dans les foyers au grand plaisir des Google, Amazon et consorts. Les enseignes de distribution, pour...

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Énergie : Neoen lève 628 M€ en Bourse

Le producteur d’énergie solaire et éolienne français a nettement dépassé son objectif d'IPO. Impala reste actionnaire majoritaire et Omnes Capital sou...

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Michelle Lamberti-Ceaux (Uber) : « Nous ne vendons aucune donnée »

Le champion des VTC doit mener plusieurs batailles de front. La concurrence tente de grignoter ses parts de marché, les taxis défendent les cendres de...

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Brice Anger (M&G) : « Les CGP disposent d’un important potentiel de développement »

Le millésime 2019 de Patrimonia fut l'occasion d'échanger à la fois sur l'avenir du métier de CGP et sur la pertinence des choix d'allocation à opérer...

Fintech : une régulation à ne pas manquer

Fintech : une régulation à ne pas manquer

L’avalanche de règles qui s’est abattue sur les banques depuis la crise de 2008 avait pour but de sécuriser les échanges financiers et de protéger les...

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

Yomoni : un gé(r)ant est né ?

À l’occasion de son troisième anniversaire, Yomoni présentait ses résultats dans le cadre privilégié de la joaillerie Courbet.

Robert Ophèle  (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Robert Ophèle (AMF) : « Le régulateur ne doit pas être suiveur »

Le régulateur a-t-il un rôle d’accompagnateur ou de contrôleur ? En matière d’innovation, l’Autorité des marchés financiers (AMF) se positionne ouvert...

Lire plus d'actualités
s'abonner

Nous ne commercialisons pas vos adresses mail à un tiers.
Nous conservons vos informations personnelles afin de vous adresser les contenus et services que vous avez demandés.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment, simplement et rapidement.

Ne plus afficher ce message