Fin de l’accord de Vienne : les entreprises françaises fortement touchées

Le 8 mai, le président américain annonçait se retirer de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Une décision accompagnée de la reprise des sanctions économiques sur l’Iran qui seront effectives dès le 4 novembre. Les entreprises européennes et en particulier françaises seront les plus impactées.
Photo prise en 2015 lors de l'annonce de l'accord de Vienne réunissant les ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, de l'Allemagne, de l'Union européenne ainsi que de l'Iran.

Le 8 mai, le président américain annonçait se retirer de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. Une décision accompagnée de la reprise des sanctions économiques sur l’Iran qui seront effectives dès le 4 novembre. Les entreprises européennes et en particulier françaises seront les plus impactées.

En juillet 2015, les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies avec l'Allemagne ainsi que l'Union européenne et l'Iran, signaient l’accord de Vienne, répondant à la volonté de contrôler le programme nucléaire iranien et de lever les sanctions économiques qui touchaient le pays. Trois ans plus tard, Donald Trump décide de se retirer de cette union, réel levier de coopération internationale sur les problèmes de sécurité au Moyen-Orient. Cette décision est récriminée par les différents signataires de l’alliance et suscite la furie du Parlement iranien puisqu’elle sera accompagnée du niveau « le plus élevé de sanctions économiques possibles ».

La question du pétrole

À l’heure où la scission entre le président Hassan Rohani et le guide suprême Ali Khamenei se creuse, et que le débat sur le maintien de l’accord avec les autres membres du Conseil de sécurité devient houleux, l’inquiétude quant aux conséquences économiques mondiales est grandissante. La première des préoccupations concerne la hausse du prix du pétrole. Alors qu’il a déjà triplé depuis un an et demi, atteignant les 70 dollars le baril, le phénomène risque de continuer en s’intensifiant. Le prix du pétrole exploserait si les exportations iraniennes étaient stoppées, ce qui risquerait de provoquer un choc pétrolier. Ce scénario représente un risque de ralentissement certain pour la croissance mondiale. Les États-Unis, eux, autosuffisants grâce à leur production de pétrole de schiste, semblent hors de portée.

Choc pour les entreprises

Les sanctions américaines réactivées en novembre prochain concerneront les secteurs pétrolier et aéronautique ainsi que le commerce de métaux et les transactions en dollar avec la banque centrale iranienne. Alors que l’accord de Vienne leur offrait un marché prometteur, la situation actuelle entraîne dans la tourmente les entreprises européennes telles que Total, Airbus, Siemens, PSA ou encore Renault. En effet, la Maison-Blanche a déclaré que « ceux qui font du business en Iran auront un délai pour pouvoir défaire leurs engagements » et que, dans le cas contraire, ils « s'exposeront à de graves conséquences ». Mauvais timing pour Airbus qui vient de recevoir une commande d’une centaine d’appareils de la part de l’Iran, un contrat de 19 milliards de dollars auquel l’avionneur va devoir renoncer. Il en va de même pour Total qui avait signé un contrat pour l’exploitation du gisement de gaz naturel du champ South Pars 11. Les entreprises concernées se voient accorder un délai de 90 à 180 jours pour cesser leurs activités avec l’Iran, avant l’activation des sanctions. Celles-ci sont d’ores et déjà effectives pour tout nouveau contrat.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Sophie Henry (CMAP) : « Veiller à ce que la médiation ne soit pas victime de son succès »

Ancienne avocate au barreau de Paris et spécialiste du règlement des litiges pour les entreprises, Sophie Henry est déléguée générale du CMAP depuis 2...

Le M&A tire les performances de Lazard

Le M&A tire les performances de Lazard

Malgré une année difficile sur les marchés de la gestion d’actifs, la banque d’affaires garde le sourire grâce aux opérations de fusions-acquisitions....

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie  des universités doit s'inscrire dans une approche économique globale »

Simon Larger (Région Île-de-France) : « L’autonomie des universités doit s'inscrire dans une approc...

Plusieurs universités françaises ont enclenché la dévolution de leur patrimoine immobilier, comme le prévoit la LRU. Successivement consultant « finan...

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Télévision : M6 rachète le pôle TV de Lagardère

Le groupe audiovisuel renforce son offre destinée à la jeunesse alors que Lagardère continue de réduire son exposition aux médias.

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Valtus et Atreus acquièrent Alium Partners

Une acquisition à parité qui renforce les synergies au sein du groupe Globalise.

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

CPR AM : La croissance allemande navigue en eaux troubles

Les récents événements climatiques n’ont pas fait fondre que les glaciers de l'Antarctique. Les mauvais chiffres de la croissance allemande au second...

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Barclays et Rothschild pris dans l’imbroglio Covéa-Scor

Dans la cadre du projet d’OPA, les deux banques d’affaires sont attaquées au civil par la Scor. Et c’est une autre banque, Credit Suisse, qui a alimen...

M&A : l’Europe valide 2018 avec mention

M&A : l’Europe valide 2018 avec mention

Au niveau mondial, le M&A s’est davantage distingué par ses deals en hausse que par ses performances. Seule l’Europe a réussi une vraie belle anné...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message