Infographie. Qui a peur du e-recrutement ?

Comme bien d’autres domaines, le recrutement ne peut échapper à sa digitalisation. Si des freins à son avènement existent encore, le e-recrutement ouvre la porte à des processus plus rapides, plus engageants, plus efficaces.

Comme bien d’autres domaines, le recrutement ne peut échapper à sa digitalisation. Si des freins à son avènement existent encore, le e-recrutement ouvre la porte à des processus plus rapides, plus engageants, plus efficaces.

 

Fut un temps, le processus de recrutement était assez simple : envoi de CV et lettre de motivation, entretiens téléphonique, RH puis opérationnel. Si ces étapes constituent encore des jalons pour les personnes à la recherche d’un emploi, les technologies digitales ont quelque peu bouleversé les codes du recrutement. 

Des outils comme les réseaux sociaux, utilisés par 87% des entreprises pour publier leurs offres d’emploi, ont rapproché plus que jamais candidats et recruteurs. Les pratiques se sont diversifiées pour s’inscrire dans une triple dynamique de visibilité, d’attractivité et de sélectivité. A l’origine, élément perturbateur des vieilles habitudes, le digital a permis d’accompagner le passage au recrutement à distance lors de la crise du covid-19 et cette dernière de confirmer l’essor du e-recrutement. 

Améliorer l’expérience

Le digital constitue un précieux allié dans l’amélioration de l’expérience candidat. En effet, plus de 3 candidats sur 5 considèrent que la partie la plus frustrante de la recherche d’emploi réside dans l’attente engendrée par des processus trop longs. Des délais parfois excessifs qui conduisent certains talents à regarder ailleurs ou, pour 72% d’entre eux, à partager leur mauvaise expérience en ligne ou directement avec quelqu’un. Or, la digitalisation du recrutement permet d’accélérer le processus mais aussi de le simplifier. Ainsi, 61% des candidats accèdent à leur CV depuis leur mobile, ce qui pousse 60% des recruteurs à proposer un site ou une appli mobile. 

72% des candidats partagent leur mauvaise expérience  de recrutement en ligne ou directement avec quelqu’un.

Veillant à rendre le processus plus attractif, les recruteurs ont majoritairement adopté les entretiens vidéo, un exercice salué par 80% des candidats même s’ils se montrent plus réticents face à l’usage des entretiens différés. L’opération séduction devient même un jeu d’enfant quand les candidats ont l’opportunité de tester leur poste via la technologie. Si elles ne sont que 4% à recourir à la réalité virtuelle ou à la simulation réaliste de poste, les entreprises ne sauraient les considérer comme de simples gadgets. Ils jouent, en effet, un rôle puisque 65% des candidats voient en eux des aides à la décision. 

Éclairer les décisions

Leurs choix, les entreprises peuvent compter sur les tests prédictifs pour les éclairer à condition seulement de tenir compte de l’impression, partagée par 1/3 des candidats, de ne pas parvenir à montrer pleinement leurs compétences. Plus largement, l’intelligence artificielle occupe une place grandissante dans les processus de recrutement que ce soit au travers d’outils de sourcing utilisés par 14% des recruteurs ou de chatbots. 

Ces nouvelles technologies soulèvent, néanmoins, de nouvelles inquiétudes autant chez les candidats que chez les recruteurs. Manque de personnalisation, risque de déshumanisation, doute sur la protection des données et de la vie privée, etc : autant d’enjeux auxquels les entreprises devront, dans les prochaines années, s’affronter pour que digitalisation du recrutement rime avec amélioration de l’expérience. Car, les recruteurs ne pourront pas se cacher derrière la technologie. Il leur faudra plus que jamais expliquer leurs décisions et peut-être en finir avec les mails automatiques de réponse. Une véritable révolution ? 

Marianne Fougère, Anaïs Le Bomin

 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sarah El Haïry : "Les jeunes ont une bonne image de l’entreprise"

Sarah El Haïry : "Les jeunes ont une bonne image de l’entreprise"

La secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement fait le point sur les mesures destinées à stimuler l’emploi de la jeune génération qu’e...

Négociations sur le télétravail, bientôt la fin du suspense ?

Négociations sur le télétravail, bientôt la fin du suspense ?

Depuis trois semaines, syndicats et patronat s’entretiennent par visioconférence pour actualiser le cadre du travail à distance. Le point sur l’avancé...

O.Cortyl (Celio): "Ne pas tomber dans le piège d’une marque employeur autocentrée"

O.Cortyl (Celio): "Ne pas tomber dans le piège d’une marque employeur autocentrée"

Leader du marché du prêt-à-porter en France, Celio cherche sans cesse de nouveaux talents. L’occasion de revenir avec Olivier Cortyl, le directeur du...

Nouvel épisode dans le feuilleton Veolia Suez

Nouvel épisode dans le feuilleton Veolia Suez

La Cour d’appel de Paris a confirmé, jeudi 19 novembre, l’ordonnance de référé qui avait conditionné l’opération de rachat Veolia-Suez à l’information...

J.Lamadon (Norma Avocats) : " Négocier sur la qualité de vie au travail pour relever le défi millennials "

J.Lamadon (Norma Avocats) : " Négocier sur la qualité de vie au travail pour relever le défi millenn...

En 2025, 75 % des effectifs seront composés de « Millennials ». Cette statistique hante les DRH qui s’interrogent sur l’organisation digne d’attirer c...

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Inégalités de genre : imposer les femmes à la table des discussions

Les femmes paient le prix fort de la pandémie. Pour limiter le recul déjà constaté en matière d’égalité, le Women’s Forum plaide pour une inclusion pl...

Entreprises : Concilier santé économique et santé mentale des salariés

Entreprises : Concilier santé économique et santé mentale des salariés

Alors qu’un numéro vert vient d’être mis en place pour venir en aide aux salariés en détresse psychologique, le dernier Baromètre Empreinte Humaine-Op...

L.Valot (First Group Learning): "La crise sanitaire fait évoluer les pratiques d’apprentissage "

L.Valot (First Group Learning): "La crise sanitaire fait évoluer les pratiques d’apprentissage "

La formation professionnelle faisait déjà beaucoup parler d’elle avant la crise. Les situations de confinement et les nouvelles règles sanitaires ont...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte