Family office : La relève (5/5)

Voici les présentations de trois nouveaux family-offices : Fair/e, Marquis Family Office, My Family Officer
Julien Magitteri, Yuna Marquis, Pierre-Loïc Besse

Voici les présentations de trois nouveaux family-offices : Fair/e, Marquis Family Office, My Family Officer

Entretien avec Julien Magitteri, associé-gérant et fondateur, Fair/e

Décideurs. Quel est votre parcours ?

Julien Magitteri. Mon parcours est une trajectoire faite de rencontres et de fidélité, qu’il s’agisse de personnes ou de valeurs. J’ai également passé quinze ans comme gestionnaire de fortune chez HSBC avant de rejoindre en 2011 la banque privée genevoise Bordier & Cie puis de créer Fair/e en 2016.

Pourquoi avoir choisi ce nom pour votre structure ? Que signifie-t-il ?

Il entend réconcilier l’énergie de l’entrepreneur avec la pertinence des choix et la responsabilité des actes. Outre l’action, je suis viscéralement attaché à la notion de justesse. L’homophonie entre le verbe faire et l’adjectif anglais fair est parfaite.

Quels sont vos éléments de différenciation ?

Notre distinction essentielle tient dans notre tropisme pour le private equity. Fair/e dispose d’un réseau unique d’entrepreneurs, de fonds et de business angels qui lui permet de réaliser des investissements en direct dans les PME hexagonales en forte croissance.

Quelles sont vos ambitions à cinq ans ?

J’aimerais poursuivre notre implantation en région et ouvrir à Bordeaux et en Bretagne tout en promouvant une finance durable. Pour y parvenir, la sélection des thématiques et des sous-jacents d’investissement est centrale.

L’information « off the record »...

Issu d’un milieu modeste, je suis animé par l’entraide et la solidarité. C’est pour aider les étudiants qui intègrent difficilement les grandes écoles que j’ai créé un fonds de dotation consacré à l’égalité des chances.

                                  --------------------------

Entretien avec Yuna Marquis, président-fondateur, Marquis Family Office

Décideurs. Quel est votre parcours ?

Yuna Marquis. Juriste de formation, j’ai commencé ma carrière professionnelle comme ingénieur patrimonial auprès de groupes familiaux. Mon parcours m’a ensuite amené à travailler au sein d’un cabinet indépendant. J’ai ensuite choisi la voie de l’indépendance en créant mon propre family office.

Pourquoi avoir choisi ce nom pour votre structure ? Que signifie-t-il ?

J’ai souhaité un nom simple et discret car je suis le garant de la confidentialité des familles avec lesquelles je collabore. Ma démarche se veut également empreinte d’écoute et de bienveillance, avec l’idée d’apprendre des autres et de protéger les familles qui me font confiance.

Quels sont vos éléments de différenciation ?

Je mets l’accent sur l’interprofessionnalité, en bâtissant des relations de confiance avec les professionnels du chiffre et du droit. Mon accompagnement s’inscrit au-delà des matières juridiques et fiscales, avec une disponibilité permanente auprès des familles.

Quelles sont vos ambitions à cinq ans ?

Je n’ai pas de plan de carrière. J’aime me challenger en poussant ma curiosité dans tous les domaines, que ce soit en gestion d’actifs, domaine pour lequel je pourrais envisager une association, ou en philanthropie. La médiation est un autre domaine qui m’intéresse.

L’information « off the record »...

J’ai deux passions : l’équitation et la voile. Deux activités qui m’apportent un véritable équilibre. J’aime également découvrir de nouveaux pays, pas seulement sous l’angle purement touristique mais pour la rencontre avec l’environnement local.

                                  --------------------------

Entretien avec Pierre-Loïc Besse, fondateur, My Family Officer

Décideurs. Quel est votre parcours ?

Pierre-Loic Besse. Après des études de droit et un master en gestion de patrimoine, j’ai travaillé dans l’une des principales banques privées françaises. J’ai ensuite voulu créer une structure indépendante de toute politique commerciale. Ce sont mes clients entrepreneurs qui m’ont donné le virus de l’entreprenariat.

Pourquoi avoir choisi ce nom pour votre structure ? Que signifie-t-il ?

Le family officer est celui qui s’occupe des « dossiers » et fait primer les intérêts du groupe familial sur les intérêts individuels. Le pronom possessif « my » souligne le caractère intuitu personæ, l’anglicisme traduisant la dimension internationale de nos activités.

Quels sont vos éléments de différenciation ?

Notre family office développe une approche sur le long terme. Seules des entités indépendantes comme les nôtres peuvent se targuer d’avoir une approche transgénérationnelle. Nous proposons aussi une offre sur mesure avec des solutions « best in class » du marché ainsi qu’une totale transparence sur notre mode de rémunération.

Quels sont vos ambitions et objectifs à cinq ans ?

Faire de My Family Officer une marque reconnue sur le segment des multi-family offices et le numéro un sur la clientèle des Millennials. Cela passera par le développement du bureau historique de Lyon et de nouveaux bureaux à Paris, et en région avec l’accueil d’anciens banquiers privés.

L’information « off the record »…
Je vous recommande de visiter une région du Brésil aux paysages éblouissants : Les Lençóis Maranhenses !

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family office : La relève

Un vent nouveau souffle dans le monde des multi-family offices. De nombreux professionnels reconnus du patrimoine, principalement issus de grands établissements bancaires, ont choisi ces dernières années d’exercer leur activité en tant qu’indépendants. Une décision motivée par leur envie de conseiller leurs clients avec un maximum de liberté et d’objectivité.
Sommaire Multi-family-offices : la nouvelle vague Les family offices misent sur l’alternatif et le durable Family offices : la profession s’organise par-delà les frontières L. de Swarte (Club MFO) : "Nous invitons les nouveaux family offices à bien réfléchir à leur business model" Family office : La relève (1/5) Family office : La relève (2/5) Family office : La relève (3/5) Family office : La relève (4/5)
Legaltech : la Chambre des huissiers de justice de Paris lance Legide

Legaltech : la Chambre des huissiers de justice de Paris lance Legide

La Chambre des huissiers de justice de Paris s'associe à IBM pour concevoir une solution blockchain de protection des créations et des innovations.

Bredin Prat étoffe ses équipes financement et concurrence

Bredin Prat étoffe ses équipes financement et concurrence

Delphine Guillotte et Yohann Chevalier rejoignent Bredin Prat en qualité de counsels. Ils intègrent respectivement les départements financement et ant...

Richelieu Avocats s’ouvre au droit public de l’immobilier

Richelieu Avocats s’ouvre au droit public de l’immobilier

Arthur de Dieuleveult rejoint Richelieu Avocats et en devient le septième associé. L’enseigne ajoute ainsi le droit public, de l’urbanisme et de l’amé...

Paulo Cezar Aragão : "N’ayez pas peur de tenter ce qui n’a jamais été fait"

Paulo Cezar Aragão : "N’ayez pas peur de tenter ce qui n’a jamais été fait"

Paulo Cezar Aragão, associé fondateur du cabinet d'avocats brésilien BMA-Barbosa Müssnich Aragão, a joué un rôle de premier plan en tant que conseille...

Solutions climatiques : un devoir de citoyen et une thématique d’investissement porteuse

Solutions climatiques : un devoir de citoyen et une thématique d’investissement porteuse

L’actualité est dominée par les engagements en faveur de la transition climatique. Après avoir suivi le sillon creusé par l’Europe, les États-Unis et...

CLP-Cliperton accueille une experte du droit de la transition écologique

CLP-Cliperton accueille une experte du droit de la transition écologique

L’avocate Fanny Vellin rejoint CLP-Cliperton et en devient la troisième associée. Le cabinet de niche spécialiste des opérations de corporate/M&A...

Promotions chez Fieldfisher

Promotions chez Fieldfisher

À Paris, le cabinet Fieldfisher élève au rang de counsels Mathilde Cazé au sein du département marchés de capitaux ainsi que l'expert du droit public...

Veil Jourde se renforce en contentieux

Veil Jourde se renforce en contentieux

Exerçant chez Veil Jourde depuis presque sept ans, Caroline Gérault est promue counsel au sein du département contentieux et arbitrage.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte