Family office : La relève (2/5)

Voici les présentations de trois nouveaux family-offices : Octave Family office, Aramis Finance et Keepers Family Office.
Aude Plus-Valard, Anthony Watine, Henri Grellois

Voici les présentations de trois nouveaux family-offices : Octave Family office, Aramis Finance et Keepers Family Office.

Entretien avec Anthony Watine, cofondateur, Keepers Family Office

Décideurs. Quel est votre parcours ?

Anthony Watine. Après une vingtaine d’années passées en banques privées, dont dix ans à travailler en binôme, Édouard Herbo et moi-même avons eu l’envie de s’engager dans une aventure plus entrepreneuriale et de fonder notre propre family office.

Pourquoi avoir choisi ce nom pour votr structure ? Que signifie-t-il ?

Le terme de « Keepers » a une double signification : nous nous plaçons à la fois en tant que gardien du patrimoine mais aussi comme les garants de valeurs humaines et familiales. Nous souhaitions aussi disposer d’un nom qui rappelle notre esprit « start-up ».

Quels sont vos éléments de différenciation ?

Nous avons créé notre propre méthode de travail en nous inspirant des échanges que nous avions avec nos clients et avec la volonté de proposer des outils digitaux à la pointe. Notre action est avant tout pédagogique. Il nous tient à coeur de mettre de la simplicité dans le relationnel avec les familles et d’apporter du sens à leurs investissements.

Quels sont vos ambitions et objectifs à cinq ans ?

Keepers a été fondé à Lille, une ville située au carrefour de l’Europe, entre Luxembourg, Bruxelles, Londres et Paris. Nos principaux projets de développement auront donc pour but d’étendre notre rayonnement géographique.

L’information « off the record »…

J’ai un temps rêvé de devenir footballeur professionnel. J’ai d’ailleurs eu l’occasion de jouer dans le club du Lille Olympique Sporting Club (LOSC) jusqu’à l’âge de 20 ans. J’y ai évolué avec des joueurs qui ont ensuite fait une très belle carrière professionnelle comme Bruno Cheyrou et Christophe Landrin.

                                         ---------------------

Entretien avec Aude Plus-Valard, associée, Aramis Finance

Décideurs Quel est votre parcours ?

Aude Plus-Valard. J’ai été directrice de l’ingénierie patrimoniale chez Merrill Lynch puis chez Julius Bär. En 2015, lorsque la banque suisse a fermé son bureau parisien, Edward Vitrey avec qui j’ai travaillé chez Merrill Lynch, et moi-même avons entamé une aventure entrepreneuriale en créant Aramis Finance.

Pourquoi avoir choisi ce nom pour votre structure ? Que signifie-t-il ?

Aramis, le célèbre mousquetaire créé par Alexandre Dumas, est un symbole d’union. La relation de confiance qui me lie à Edward Vitrey se matérialise par une approche transversale du suivi client, puisque nous mettons à disposition de chaque famille des compétences parfaitement complémentaires, juridiques et fiscales.

Quels sont vos éléments de différenciation ?

Nous cultivons une forte proximité avec les clients. Notre intervention à leur côté repose sur un savoir-faire technique et une grande agilité. « Small is beautiful » : les entrepreneurs et les familles qui s’adressent à nous bénéficient de réponses et de solutions sur mesure.

Quels sont vos ambitions et objectifs à cinq ans ?

Nous souhaitons pérenniser la relation que nous avons avec nos clients, inscrire notre intervention dans la durée. Notre ambition est également d’asseoir davantage notre expertise en immobilier et en philanthropie.

L’information « off the record »…

Je suis particulièrement passionnée de bijoux anciens.

                                         ---------------------

Entretien avec Henri Grellois, associé, Octave Family office

Décideurs. Quel est votre parcours ?

Henri Grellois. J’ai rencontré Fabienne Tokay et Damien Girard qui avaient des compétences très complémentaires et surtout la même approche puriste de l’intérêt du client. C’est sur cette base et en partant d’une page blanche que nous avons décidé de créer Octave Family Office.

Pourquoi avoir choisi ce nom pour votre structure ? Que signifie-t-il ?

En musique, une octave sert de base à la construction des gammes. Ce nom matérialise donc notre volonté de jouer le rôle de chef d’orchestre et de centraliser les intérêts de nos clients. Octave est aussi un prénom dont l’utilisation humanise notre activité de family officer.

Quels sont vos éléments de différenciation ?

Nous sommes rémunérés uniquement pour nos conseils et nos services et à 100 % en honoraires. Nous sommes une équipe de techniciens ce qui permet d’apporter à nos clients en direct un panel d’expertises large. Par exemple, nos clients apprécient d’échanger directement avec Fabienne qui est une ex-gérante d’OPCVM et connaît les coulisses de la gestion d’actifs.

Quels sont vos ambitions et objectifs à cinq ans ?

Basés à Aix-en-Provence, nous avons la volonté d’asseoir notre notoriété sur le plan local. Il nous tient à coeur de promouvoir le métier de multi-family officer dans le sud-est, notamment auprès des entrepreneurs.

L’information « off the record »…

Un aspect passionnant de notre métier est aussi l’internationalisation des patrimoines. Épicurien, je garde un souvenir ému d’un séjour en Afrique du Sud et de dégustations dans la vallée de Stellenbosch. Pour le palais d’un bordelais, les Cape Blend sont des vins étonnants !

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family office : La relève

Un vent nouveau souffle dans le monde des multi-family offices. De nombreux professionnels reconnus du patrimoine, principalement issus de grands établissements bancaires, ont choisi ces dernières années d’exercer leur activité en tant qu’indépendants. Une décision motivée par leur envie de conseiller leurs clients avec un maximum de liberté et d’objectivité.
Sommaire Multi-family-offices : la nouvelle vague Les family offices misent sur l’alternatif et le durable Family offices : la profession s’organise par-delà les frontières L. de Swarte (Club MFO) : "Nous invitons les nouveaux family offices à bien réfléchir à leur business model" Family office : La relève (1/5) Family office : La relève (3/5) Family office : La relève (4/5) Family office : La relève (5/5)
Legaltech : la Chambre des huissiers de justice de Paris lance Legide

Legaltech : la Chambre des huissiers de justice de Paris lance Legide

La Chambre des huissiers de justice de Paris s'associe à IBM pour concevoir une solution blockchain de protection des créations et des innovations.

Bredin Prat étoffe ses équipes financement et concurrence

Bredin Prat étoffe ses équipes financement et concurrence

Delphine Guillotte et Yohann Chevalier rejoignent Bredin Prat en qualité de counsels. Ils intègrent respectivement les départements financement et ant...

Richelieu Avocats s’ouvre au droit public de l’immobilier

Richelieu Avocats s’ouvre au droit public de l’immobilier

Arthur de Dieuleveult rejoint Richelieu Avocats et en devient le septième associé. L’enseigne ajoute ainsi le droit public, de l’urbanisme et de l’amé...

Paulo Cezar Aragão : "N’ayez pas peur de tenter ce qui n’a jamais été fait"

Paulo Cezar Aragão : "N’ayez pas peur de tenter ce qui n’a jamais été fait"

Paulo Cezar Aragão, associé fondateur du cabinet d'avocats brésilien BMA-Barbosa Müssnich Aragão, a joué un rôle de premier plan en tant que conseille...

Solutions climatiques : un devoir de citoyen et une thématique d’investissement porteuse

Solutions climatiques : un devoir de citoyen et une thématique d’investissement porteuse

L’actualité est dominée par les engagements en faveur de la transition climatique. Après avoir suivi le sillon creusé par l’Europe, les États-Unis et...

CLP-Cliperton accueille une experte du droit de la transition écologique

CLP-Cliperton accueille une experte du droit de la transition écologique

L’avocate Fanny Vellin rejoint CLP-Cliperton et en devient la troisième associée. Le cabinet de niche spécialiste des opérations de corporate/M&A...

Promotions chez Fieldfisher

Promotions chez Fieldfisher

À Paris, le cabinet Fieldfisher élève au rang de counsels Mathilde Cazé au sein du département marchés de capitaux ainsi que l'expert du droit public...

Veil Jourde se renforce en contentieux

Veil Jourde se renforce en contentieux

Exerçant chez Veil Jourde depuis presque sept ans, Caroline Gérault est promue counsel au sein du département contentieux et arbitrage.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte