Facebook, Google, Le Monde : à la chasse aux « infaux »

À quelques semaines de l’élection présidentielle et des législatives, Facebook et Google annoncent se lancer dans la course contre les « fake news » en France. Une manière de ne pas reproduire les erreurs commises aux États-Unis.

À quelques semaines de l’élection présidentielle et des législatives, Facebook et Google annoncent se lancer dans la course contre les « fake news » en France. Une manière de ne pas reproduire les erreurs commises aux États-Unis.

Cela fait déjà plusieurs années que Youtube et d’autres se sont engagés dans la lutte contre les contenus terroristes. C’est désormais la désinformation dans tous ses aspects qui est dans le collimateur des géants de la tech. Le 6 février 2017, Facebook et Google ont annoncé une alliance avec des médias français comme l’AFP, BFMTV, L’Express ou encore Libération, Le Monde et 20 minutes, pour mener la guerre aux contenus erronés. Un sujet dont ils se sont déjà saisis aux États-Unis et en Allemagne et dont ils ont étendu l'action à la France à l’approche des élections présidentielles et législatives. Aux États-Unis, Facebook et d’autres réseaux sociaux avaient été accusés de laisser circuler de fausses informations sur leurs services et ainsi de favoriser l’élection de Donald Trump à la tête du pays à coup de désinformation. Pas question que cela se reproduise !

 

« L’astroturfing »

Si les réseaux sociaux et les forums sont connus pour favoriser la circulation de fausses informations, chacun pouvant y aller de son avis, ils sont également la cible de véritables campagnes destinées à manipuler l’opinion publique. Appelée « astroturfing », cette technique consiste à simuler ou amplifier une initiative issue de la population en réalité montée de toute pièce par un influenceur (marques, groupes politiques, États…). Le contexte électoral dans lequel se trouve la France appelle donc à redoubler de vigilance. Certains candidats à la présidence en ont déjà fait les frais. Alain Juppé et François Fillon ont été la cible de la fachosphère les accusant d’entente secrète avec des organisations islamistes radicales. Différents contenus ont été diffusés sur YouTube et sur les réseaux sociaux les caricaturant en "Ali Juppé" et "Farid Fillon". La gauche n’y a pas non plus échappé. Benoît Hamon et Emmanuel Macron ont été affublés des sunoms de "Bilal Hamon" et "Djamel Macron". C’est pour éviter ce genre de manipulations et de désinformation que Google, Facebook et Le Monde ont développé des outils permettant de vérifier la véracité des informations.

 

La quête de la vérité

Cible privilégiée des fausses informations en ligne, Facebook s’est allié à huit médias français pour faire barrage. Chaque publication signalée par un internaute fera l’objet d’une vérification. Si plus de deux médias confirment un problème, la publication sera accompagnée d’un drapeau informatif. De plus, une petite fenêtre signalant le problème jaillira sur l’écran en cas de partage de l’information par l’internaute. Dans le même esprit, Google collabore désormais avec un réseau de différents médias appelé First Draft. Ensemble ils vont lancer le 27 février 2016 un site internet qui offrira la possibilité à plusieurs magazines comme Le Monde, BuzzFeed ou Ouest-France de les aider dans la démarche en faisant du « crosscheck » des informations, c’est-à-dire plusieurs vérifications croisées. Pour Jenni Sargant, directrice générale de First Draft, « face à un défi de cette ampleur, c’est vraiment l’union qui fait la force ». Le Monde lui-même a décidé de faire de la lutte contre la désinformation son cheval de bataille en créant « Décodex », un outil de classification des sites selon leur fiabilité. Un terrain plutôt glissant… Gare à la concurrence déloyale ! Mais comme l’indique Le Monde lui-même, c’est « un premier pas vers la vérification de masse de l’information ». Le meilleur est à venir.

 

Marion Robert

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

J.-M. Noe (Korian) : "Le M&A est un instrument de transformation du business model d’une entreprise"

Korian, leader européen du bien-vieillir et du soin aux personnes fragiles n’a pas cessé de multiplier les transactions ces dernières années. Jean-Mic...

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Primonial rachète la fintech Net-investissement

Dans le contexte pandémique actuel, Primonial a décidé de s’associer avec Net-investissement, une marketplace de l’investissement immobilier et financ...

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

Thales-Gemalto : chronique d’une fusion réussie

En avril 2019, le groupe de défense et d’électronique, Thales, rachetait le spécialiste des cartes à puces. Si depuis, la crise est passée par là, l’i...

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour nous en ces temps troublés"

F.Fernandez (Groupe PSA) : "Le maintien du lien avec les créateurs et inventeurs est capital pour no...

Le groupe PSA a retrouvé sa place de 1er déposant de brevets en 2019 dans le célèbre palmarès de l’INPI, devant Valéo, Safran, le CEA et Renault, pour...

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Steve Ballmer, le milliardaire qui aime le show

Personnage atypique et haut en couleur, Steve Ballmer fait carrière et fortune à la tête de Microsoft de 2000 à 2014. Sixième milliardaire mondial du...

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

L.Levy (Freelance.com) : "Le CDI ne fait plus nécessairement rêver"

Entreprises comme freelances sont souvent à la recherche d’un accompagnement pour sécuriser leurs collaborations. Un soutien que propose Freelance.com...

Dossier spécial Fortunes 100. Les chemins de la réussite

Dossier spécial Fortunes 100. Les chemins de la réussite

"J’ai commencé par vendre une pomme, puis deux. Un jour, j’ai hérité et je suis devenu milliardaire." Si la blague est connue, elle possède un fond de...

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total poursuit ses acquisitions dans le gaz renouvelable et rachète Fonroche Biogaz

Total annonce le rachat du français Fonroche Biogaz, qui détient 10 % de la méthanisation agricole avec une capacité installée de 500 GWh, et poursuit...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte