Facebook face au scandale Cambridge Analytica

Après la diffusion de fausses informations durant l’élection américaine de 2016, le célèbre réseau social est de nouveau dans la tourmente avec le scandale de Cambridge Analytica. Si le jeune P-DG présente ses excuses au nom de Facebook, les mesures prises par Marck Zuckerberg sont peu convaincantes.

Après la diffusion de fausses informations durant l’élection américaine de 2016, le célèbre réseau social est de nouveau dans la tourmente avec le scandale de Cambridge Analytica. Si le jeune P-DG présente ses excuses au nom de Facebook, les mesures prises par Marck Zuckerberg sont peu convaincantes.

Accusé d’avoir exploité les données de cinquante millions d’abonnés Facebook à leur insu et de les avoir utilisées pour influencer les dernières élections présidentielles américaines, la société de conseil Cambridge Analytica entraîne le deuxième site Web le plus visité au monde dans une crise majeure. De plus en plus inquiets quant à l’utilisation de leurs données privées, les utilisateurs menacent pour la première fois de boycotter la société américaine. Près de deux semaines après le début du scandale, le hashtag delete facebook n’a toujours pas disparu. Plus inquiétant, les annonceurs menacent de revoir leurs investissements à la baisse si rien n’est fait. L’organisme britannique Incorporated society of British Advertisers (ISBA) réclame de vraies garanties, sans lesquelles le nombre d’investissements publicitaires risquerait de dégringoler. Résultat, le cours de l’action est passé de 185 dollars à 165 dollars en seulement dix jours, soit une chute de près de 11 %.

Un modèle économique sur la sellette ?

Dans la tourmente, Mark Zuckerberg préfère jouer la carte de l’honnêteté et admet ses erreurs. Des mesures correctives ont également été annoncées. Le réseau social promet notamment de passer au crible les sociétés ayant eu accès aux données des utilisateurs avant les restrictions de 2014. Ces dernières consistaient à restreindre l’étendue des informations auxquelles les développeurs avaient accès jusque-là, en fermant l’accès aux profils des amis. Depuis, si un développeur refuse de coopérer ou est concerné par de telles accusations, il sera « banni ». Enfin, l’accès aux données personnelles leur sera supprimé lorsque l’utilisateur ne s’est pas connecté depuis trois mois et dans ce cas, elles seront dorénavant limitées au nom, à la photo et à l’adresse mail.

Cela sera-t-il suffisant ? Facebook n’en est pas à son premier scandale. La diffusion de messages politiques et de fausses informations par des agents russes qui auraient utilisé le réseau durant l’élection présidentielle américaine de 2016 avait déjà fait polémique. Cette succession d’affaires suscite des doutes quant à la capacité du réseau social à préserver la confiance de ses abonnés. Pourtant, pour Mark Zuckerberg, pas question de changer son modèle, basé sur un service gratuit en échange d’un ciblage publicitaire. D’après le P-DG, la société est bien trop implantée dans les habitudes des usagers pour que ces événements aient un impact durable sur le nombre d’abonnés.

Morgane Al Mardini 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fournitures de bureau, Adveo

Dominique Bernard prend la présidence de l’un des leaders européens de la distribution de fourniture...

Adveo, un des principaux grossistes européens de la distribution de fournitures de bureau, annonce la nomination de Dominique Bernard au poste de prés...

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Microsoft met 69 milliards sur la table pour le rachat du géant des jeux vidéo, Activision Blizzard

Coup de force dans l’univers du gaming ! Microsoft annonce le projet d’acquisition de l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard pour 68,7 milliards...

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Immobilier : où investissent les hauts revenus ?

Établi par Barnes sur la base de critères pratiques, émotionnels et financiers constatés chaque année, le Barnes City Index hiérarchise les villes du...

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Comment cet ancien négociateur du Raid aide les dirigeants à gérer l'insécurité

Fondateur de la branche négociation du Raid, Laurent Combalbert est négociateur de crise professionnel. Aujourd’hui, à travers son entreprise The Trus...

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Ces start-up françaises qui ont tout pour devenir (encore) plus grandes

Petit à petit, la France rattrape son retard en matière de licornes. La Javaness, Woonoz, e-attestations, laboutiqueofficielle.com : voici quatre star...

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robotisés"

Romain Moulin (Exotec) : "Pour l’instant, nous avons à peine égratigné le marché des entrepôts robot...

En bouclant une levée de fonds de 335 millions d’euros, Exotec, concepteur de robots préparateurs de commandes depuis 2015, devient la 25e licorne fra...

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Alliance stratégique entre Montefiore Investment et Starquest Capital

Alliance stratégique entre Montefiore Investment et Starquest Capital

Bonne nouvelle pour le secteur de la greentech, ce lundi 17 janvier, Montefiore Investment spécialiste de l’investissement dans les PME de services en...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte