Fabrice Revol (Kirao AM) : « Le Brexit a provoqué une baisse exagérée du cours de certaines sociétés »

À l’aide d’une analyse stratégique et financière très poussée, le fondateur et responsable de la gestion de Kirao Asset Management fait la lumière sur les zones d’ombres qui entourent les marchés financiers.
Fabrice Revol

À l’aide d’une analyse stratégique et financière très poussée, le fondateur et responsable de la gestion de Kirao Asset Management fait la lumière sur les zones d’ombres qui entourent les marchés financiers.

Décideurs. Quel bilan faites-vous de l’année boursière ?

Fabrice Revol. Nous sommes confrontés à une situation de marché où les taux d’intérêt sont proches de zéro. Sur les actions, il est par conséquent difficile d’apprécier à sa juste valeur le risque. Cet environnement a largement profité aux Blue chip, c’est-à-dire aux sociétés générant une croissance régulière et visible. Cette année, nous sommes toujours dans la phase de diffusion de la politique monétaire des banques centrales et de l’abaissement du coût de financement. Le marché commence cependant à se poser des questions sur le fait de valoriser sans cesse les mêmes sociétés et les sanctions boursières sont fortes en cas de déception. En parallèle, en début d’année, les entreprises ont développé un syndrome de guidances prudentes. Pour certaines, cette prudence est justifiée. Mais pour d’autres, elle n’est que de façade. La première sélection que nous avons faite s’est rapidement révélée payante. Nous avons ainsi renforcé nos positions dans Seb, Sopra Steria et De' Longhi.

 

L’année fut aussi marquée par le Brexit. Cette secousse politique a-t-elle eu des conséquences sur vos choix d’investissement ?

Le vote du « Leave » a provoqué une baisse exagérée du cours de certaines sociétés, à mon sens très facile à caractériser. Deux exemples viennent appuyer mes propos. Sopra et Capgemini réalisent respectivement 25 % et 15 % de leur chiffre d’affaires au Royaume-Uni. Ce sont des industries de service. Les coûts sont par conséquent locaux. Le Brexit n’a donc pas eu d’incidence sur leur marge. Le seul impact négatif sera lié à la dépréciation de la livre, mais il sera assez marginal. Le deuxième risque est relatif à la décélération de la croissance au Royaume-Uni. Or, Sopra y réalise deux tiers de son activité sur de l’infogérance, un secteur où les contrats sont pluriannuels et dont la moitié du chiffres d’affaires est réalisée avec  l’administration publique. Ces revenus sont donc parfaitement sécurisés et ne justifient pas la baisse de 29 % du cours de l’action.

 

L’un de vos investissements les plus emblématiques concerne l’éditeur de logiciel Cegid. Le changement actionnarial a-t-il bouleversé votre stratégie ?

Le consortium mené par deux fonds d'investissement, Silver Lake et Altaone, a permis à Groupama de se retirer avec une valorisation intéressante. Cette valorisation laisse d’ailleurs un potentiel de hausse très intéressant pour les nouveaux entrants. Ce n’est pas la fin de l’histoire, bien au contraire. En tant qu’actionnaire minoritaire, j’estime que la société n’a pas encore atteint sa pleine valorisation. J’ai simplement cédé, à un cours de 62 euros, une partie des titres que j’avais acquis, il y a deux ans, à un cours inférieur à 30 euros. Mais au regard du potentiel de Cegid, j’ai fait le choix de garder une majorité des titres.

 

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurelien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité »

Anne d'Anselme (Cogefi Gestion) : « Protéger l’investissement dans des périodes de pic de volatilité...

Cogefi Gestion a tiré les conclusions de l’année passée – qualifiée d’ « annus horribilis » par les spécialistes, et ce, sur tous les marchés, et tout...

Promotion interne chez Nabarro & Hinge

Promotion interne chez Nabarro & Hinge

Le cabinet coopte Magali Beraud en qualité de counsel.

Cornet Vincent Ségurel se développe à Paris et Lille

Cornet Vincent Ségurel se développe à Paris et Lille

Le cabinet indépendant Cornet Vincent Ségurel nomme un nouvel avocat directeur à Paris et accueille une nouvelle associée à Lille.

Neuf nominations chez Gide

Neuf nominations chez Gide

Gide élève au rang de counsel neuf avocats de ses bureaux de Paris, Casablanca et Varsovie.

Affaire Fillon : le juge Serge Tournaire, la force de l’ombre

Affaire Fillon : le juge Serge Tournaire, la force de l’ombre

Serge Tournaire est en charge de l'instruction du dossier visant François Fillon. Alors que l'ancien premier ministre et Pénélope Fillon sont renvoyés...

Incendie de Notre-Dame de Paris : qui paiera la facture ?

Incendie de Notre-Dame de Paris : qui paiera la facture ?

Un incendie ravageait en avril 2019 une partie de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dépourvue d’assurance, la charge de la reconstruction reviendra à...

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des financements complexes »

Guillaume Lucchini (Scala Patrimoine) : « Peu d’établissements bancaires se positionnent sur des fin...

Un investisseur ayant un taux d’endettement élevé aura très souvent des difficultés à recourir à l’emprunt pour financer ses opérations immobilières,...

Une femme à la tête de Dentons

Une femme à la tête de Dentons

Mary Wilson dirige désormais l’ensemble des bureaux américains du cabinet.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message