F.Richard (Kersus Avocats) ; "Ethique et utilité sociale deviennent des marqueurs incontournables"

Experte RSE au conseil des Barreaux européens depuis dix ans et fondatrice du cabinet d’avocats Kersus, Florence Richard a développé une pratique spécialisée sur les sujets de conformité  sociale, gouvernance responsable et éthique. Elle évoque l’évolution des demandes qui lui sont adressées par ses clients à cet égard et les enjeux juridiques que celles-ci soulèvent.

Experte RSE au conseil des Barreaux européens depuis dix ans et fondatrice du cabinet d’avocats Kersus, Florence Richard a développé une pratique spécialisée sur les sujets de conformité sociale, gouvernance responsable et éthique. Elle évoque l’évolution des demandes qui lui sont adressées par ses clients à cet égard et les enjeux juridiques que celles-ci soulèvent.

Décideurs. Quels sont les principaux apports de la loi Pacte en matière de structuration des politiques RSE ?

Florence Richard. Les réflexions autour de la finalité de l’entreprise ont toujours existé. La loi Pacte offre un nouveau champ de structuration de l’entreprise. Elle comporte trois mesures fortes : prise en considération des enjeux sociaux et environnementaux dans l’objet social de l’entreprise, reconnaissance de la possibilité de se doter d’une « raison d’être » dans ses statuts, et d’opter pour la qualité d’entreprise à mission, statut très répandu aux États-Unis (B Corp). En 2020, l’entreprise ne peut plus se définir par ce qu’elle fait mais pour quoi elle le fait. Raison d’être et capital humain deviennent de vrais actifs stratégiques.

En 2019, 14% des sociétés du SBF 120 ont défini leur raison d'être

Quels types d’entreprises vous sollicitent pour structurer leurs politiques RSE ou se doter d’une raison d’être?

Les profils et les tailles des structures qui s’y intéressent sont variés. Fin 2019, déjà 14% des sociétés du SBF120 ont défini leur raison d’être. Nos clients ont surtout un engagement très personnel et des valeurs fortes qu’ils cherchent à traduire dans leur stratégie. En présence d’un actionnariat familial, la voie de l’entreprise à mission peut être choisie pour ancrer durablement la vision du groupe. Les dirigeants restent les premiers leviers de réussite de cette transformation, qui va au-delà d’un outil de gouvernance ou de management, puisqu’il s’agit de définir la finalité même de l’entreprise.

Quelles problématiques juridiques cela soulève-t-il?

La responsabilité d’une entreprise ne doit pas être vécue comme un coût, une contrainte ou un risque mais bien comme une opportunité stratégique et diff érenciante. S’agissant de la raison d’être, l’une des principales problématiques soulevées a trait à la question de son insertion dans les statuts. Pour y répondre, il convient d’expliquer aux clients la portée juridique d’un tel choix. Nous sommes également interrogés par des membres de conseils d’administration sur l’articulation entre l’impératif de gestion avec la prise en considération des enjeux sociaux et environnementaux. On nous demande également de traduire de façon sécurisée la stratégie RSE par la définition d’indicateurs de performance juridiquement recevables. Notre rôle consiste à sécuriser ces démarches de transformation. Il s’agit pour nous d’éclairer sur la portée des dispositifs et de prévenir les risques, notamment sociaux. Cette démarche implique la mise en place de mesures en amont et de suivi en aval, en anticipant les éléments de contrôle du juge pour se prémunir en cas de contentieux.

Comment voyez-vous évoluer ces sujets dans les prochaines années ?

L’exigence d’éthique et l’utilité sociale deviennent des marqueurs incontournables. Beaucoup d’organisations expérimentent actuellement des schémas qui créeront par la suite un nouveau référentiel de valorisation de l’entreprise. De façon opérationnelle, les engagements pris se traduiront par une nouvelle forme de dialogue social. Les chartes éthiques et les accords d’entreprise assumeront une nouvelle responsabilité sociale, une conscience environnementale. Les processus de gouvernance avec les parties prenantes se développeront. En somme, l’entreprise deviendra plus que jamais connectée à son écosystème.

Propos recueillis par Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Raison d'être, la révolution est enclenchée

B Corp, raison d'être... Derrière les appellations et les labels promouvant un capitalisme responsable se trouvent des leaders visionnaires. Tous, par leurs actes, instillent dans le débat public une idée révolutionnaire : oui il est possible d'entreprendre en respectant environnement, consommateurs et salariés.
Sommaire P.Demurger (Maif) : "Une attente sociale croissante conduit à adapter notre modèle économique" Yvon Chouinard, premier de cordée Christian Kroll, le geek vert Ben&Jerry's, les pionniers américains Emery Jacquillat, le e-commerce à visage humain N.Notat : "La raison d'être a connu un accueil au delà de notre espérance" E.Laville (Utopies) : "Une entreprise peut être lucrative et servir l'intérêt général" Des racines et des ailes Hélène Valade (Orse) : "La raison d’être doit constituer l’objet de l’entreprise, pas celui de la direction de la communication"
L’Autorité de la concurrence publie un nouveau document-cadre sur les programmes de conformité

L’Autorité de la concurrence publie un nouveau document-cadre sur les programmes de conformité

Le document-cadre sur les programmes de conformité vient d’être mis à jour par l’Autorité de la concurrence. Le texte fournit aux entreprises et aux a...

L’AMF a connu une hausse de ses activités en 2021

L’AMF a connu une hausse de ses activités en 2021

En 2021, l’Autorité des marchés financiers a connu une forte hausse des valorisations et des entrées en Bourse et noté la montée en puissance de l’act...

Valmy Avocats s’ouvre au droit public et au droit de l’environnement

Valmy Avocats s’ouvre au droit public et au droit de l’environnement

Le cabinet, spécialiste des sujets de conseil et contentieux des entreprises, élargit son offre de services avec l’arrivée d’une nouvelle associée. Ma...

Squair se renforce en propriété intellectuelle

Squair se renforce en propriété intellectuelle

Quentin Renaud s’associe au sein du cabinet Squair. Habitué des dossiers de propriété littéraire et artistique, droit des marques et dessins et modèle...

B. Bourdon (Brafa) : "Faire ce qu’il y a de mieux pour le marché de l’art en Belgique"

B. Bourdon (Brafa) : "Faire ce qu’il y a de mieux pour le marché de l’art en Belgique"

La 67e édition de la Brussels Art Fair (Brafa), l’une des plus anciennes et prestigieuses foires d’art d’Europe, rassemblera 115 galeries du 19 au 26...

Alerion se renforce en droit de l’environnement

Alerion se renforce en droit de l’environnement

Fahima Gasmi est nommée associée du cabinet Alerion. Elle y pilotera la pratique droit de l’environnement.

DS Avocats se prépare à la mise en place de la juridiction unifiée du brevet

DS Avocats se prépare à la mise en place de la juridiction unifiée du brevet

Charles-Antoine Joly, nouvel associé de DS Avocats, vient étoffer l’offre propriété intellectuelle, technologies numériques et data du cabinet.

En 2021, les activités de contrôle de l’AFA ont rebondi

En 2021, les activités de contrôle de l’AFA ont rebondi

Dans son rapport d’activité 2021 tout juste publié, l’Agence française anticorruption revient sur les chiffres clés à retenir pour la préparation du p...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message