F. Rech (McAfee) : "Je recherche des personnes avec des capacités d’innovation"

Fondée en 1987 à San Jose, McAfee enregistrait en 2020 un
chiffre d’affaires de 2,9 milliards de dollars, en hausse de 10 %
sur un an. L’éditeur de logiciels, connu notamment pour ses
solutions en matière de cybersécurité, met en place en interne
un climat propice à l’innovation. Fabien Rech, Vice President Emea
major accounts de McAfee, nous parle de cette capacité d’adaptation perpétuelle.

Fondée en 1987 à San Jose, McAfee enregistrait en 2020 un chiffre d’affaires de 2,9 milliards de dollars, en hausse de 10 % sur un an. L’éditeur de logiciels, connu notamment pour ses solutions en matière de cybersécurité, met en place en interne un climat propice à l’innovation. Fabien Rech, Vice President Emea major accounts de McAfee, nous parle de cette capacité d’adaptation perpétuelle.

Décideurs. Sur quels sujets les équipes de McAfee travaillent-elles ?

Fabien Rech. Nous avons deux grands groupes de personnes, celles qui travaillent sur la partie ingénierie et développent des solutions pour prévenir les menaces et celles qui œuvrent en laboratoire de recherche où elles traquent ces menaces, sur le Dark Web mais pas uniquement. Pour expliquer leur fonctionnement, on peut prendre l’exemple du hockey : dans ce sport, les joueurs suivent la trajectoire du palet mais ils doivent être aussi capables de se projeter plus loin pour savoir où celui-ci va aller. Pour ce faire, nous utilisons des systèmes liés à l’intelligence artificielle et nos sondes, positionnées sur Internet, nous donnent une vision de ce qui est en train de s’y passer. Ce qui nous permet d’analyser les risques.

Le sujet de la cybersécurité est actuellement brûlant ? Devez-vous encore évangéliser ?

Pour ma part, je m’occupe des clients entreprises. Historiquement, ces dernières ont leurs datas hébergées chez elles. Les corporates utilisent de plus en plus le cloud, stratégie renforcée en période de Covid où il est pratique d’avoir accès à ses données de l’extérieur. Nous disposons d’un certain nombre de solutions pensées pour le cloud ou adaptées à des environnements physiques, voire hybrides. Il ne se passe pas une semaine sans que l’on n’entende parler d’une faille majeure au sein d’un système. Même si, dans certains secteurs, les entreprises sont plus armées sur le sujet que d’autres, les dirigeants ne peuvent plus dire qu’ils ne sont pas au courant des risques. L’État les accompagne aussi. D’ailleurs, Emmanuel Macron annonçait cette semaine un plan d’un milliard d’investissements dans la cybersécurité.

Comment recrutez-vous ?

Nous recrutons beaucoup les gens en fonction de leurs valeurs et de ce qui les inspire. Nous sommes là pour protéger nos clients. Quand des collaborateurs nous rejoignent, ils doivent signer cet engagement. Leur mission consiste à contribuer à la sécurité sur Internet. Pour ma part, je suis en charge des forces commerciales et, même sur ce volet, je recherche des personnes avec des capacités d’innovation. Souvent, on pense que celle-ci est réservée aux développeurs mais, quand on est au contact des clients, on sent ce dont ils ont besoin et les commerciaux doivent faire partie du processus.

"L’une des clés de notre succès est notre capacité à nous adapter rapidement et à anticiper"

Comment êtes-vous organisés ?

Nous menons des entretiens réguliers, à différents niveaux, afin de rester connectés à la réalité du terrain. Nous utilisons également la méthode agile à travers laquelle tout le monde est réellement contributeur. Sont aussi proposés des challenges en interne afin d’améliorer les process. Tous les trimestres, des employés sont récompensés pour ce qu’ils ont apporté en termes de performance. Toutes ces actions convergent vers nos cinq valeurs, telles que la vitesse et l’agilité, qui sont affichées à l’entrée de la société. Mais il ne s’agit pas que d’un panneau. Lors des entretiens annuels, nos collaborateurs doivent, par exemple, montrer cinq de leurs réalisations en ce sens.

La période actuelle met-elle à mal ce mode de fonctionnement ?

La priorité, donnée par le groupe dans le contexte que l’on connaît, est de vérifier que tout le monde va bien. Cela s’avère d’autant plus nécessaire en ce moment que les journées sont courtes, que le beau temps n’est pas toujours au rendez-vous et que, contrairement aux États-Unis, le télétravail n’était pas encore ancré dans les mœurs d’un pays comme la France. Par exemple, nous organisons des cafés virtuels. On met en place des périodes portes ouvertes pendant lesquelles on peut toquer virtuellement au sein d’un service pour discuter avec les gens de manière plus spontanée. Je m’efforce aussi de ne pas prévoir de réunions avant 10 heures et après 18 heures par respect pour la vie privée de chacun. Ensuite, il s’agit encore une fois d’être innovant et de regarder ce qui marche chez les autres. L’une des clés de notre succès est notre capacité à nous adapter rapidement et à anticiper. Même si, dans le cas du Covid, il était difficile de prévoir l’ampleur de la crise, il faut toujours regarder attentivement les données et les analyser.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Leadership : ces stratèges qui disruptent leur secteur

Entrepreneurs visionnaires, ils sont à l’origine de ruptures technologiques profondes. Comment les patrons de Netflix, d’Alan ou encore de Tesla ont-ils réussi à mettre leurs idées en musique, mais aussi à fédérer des équipes autour de projets qui, au départ, pouvaient paraître fous ?
Sommaire Netflix, les clés du succès Emmanuel Macron, la stratégie de l’océan bleu E.Salobir : "Les dirigeants de la Silicon Valley fonctionnent comme des chefs de clan" P. de Passorio (Adyen) : "Il ne faut jamais se couper du marché" F. Mazzella (BlaBlaCar) : "Si je n’apprends pas, je me fane" F. Arata (LinkedIn) : "Nous sommes incités à nous comporter comme des entrepreneurs" Voici comment Microsoft a failli se faire disrupter A. Loesekrug-Pietri (JEDI) : "Ce qui importe c’est de se projeter dans le coup d’après" F. Dupré (Medtronic) : "Nous nous attachons à insuffler une culture de l’essai" Sartorius Stedim Biotech, la pépite franco-allemande de la santé
Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte