Zoom sur la médiation conventionnelle chez Air France

Dans un groupe comme Air France, l’attention portée à la qualité du climat social revêt une importance cruciale. L’initiative de la direction juridique, qui a mis en place un dispositif de médiation conventionnelle de résolution des contentieux prud’homaux, répond à cet enjeu de façon innovante.

Dans un groupe comme Air France, l’attention portée à la qualité du climat social revêt une importance cruciale. L’initiative de la direction juridique, qui a mis en place un dispositif de médiation conventionnelle de résolution des contentieux prud’homaux, répond à cet enjeu de façon innovante.

Décideurs. Quels éléments vous ont conduits à envisager la médiation conventionnelle ?

Franck Raimbault.  Le plan stratégique d’Air France fixait comme cap RH l’instauration d’une « relation raisonnée et attentionnée vis-à-vis des collaborateurs ».  Le groupe travaillait déjà depuis longtemps sur la diminution de la conflictualité collective, et le recours à la grève, mais moins sur les contentieux individuels. Or leur impact reste important dans une industrie de service, d’autant que 80% d’entre eux concernent des salariés présents dans l’entreprise. Cela s’explique par le fait que la plupart des collaborateurs font toute leur carrière chez Air France, le taux de turn-over étant très faible.

Quelles ont été les étapes de mise en place de ce projet ? Comment a-t-il été accueilli ?

F. R. Nous avons recruté une doctorante qui préparait une thèse sur le développement de la médiation et qui nous a aidés à concevoir le dispositif. Cela a pris à peu près un an. Nous avons dû sélectionner des médiateurs. Le choix s’est porté sur six professionnels aux profils très différents : un ancien avocat général auprès de la Cour de cassation, d’anciens avocats ou dirigeants d’entreprise… Ensuite, nous avons présenté le projet aux organisations syndicales. Elles ont été assez surprises car ce système s’avère très innovant. Certaines ont pu avoir la sensation d’être un peu dépossédées de leur propre rôle de « médiateurs » entre l’entreprise et les salariés mais elles y ont finalement toutes été favorables. Il nous a également fallu convaincre le réseau RH qui redoutait que le processus conduise à déjuger certaines de leurs décisions, mais ces craintes ont été levées en proposant aux RH et aux managers de participer aux médiations.

Justement, comment fonctionne le dispositif ?

Marie-Lucie Dubois-Galliez. Il ne peut intervenir qu’en cas de litige de nature individuelle. Les contentieux de principe ou de remise en question d’un accord collectif ne peuvent être résolus par cette voie. Lorsqu’une personne souhaite utiliser le dispositif, il lui suffit de former une demande d’entretien depuis l’intranet et de choisir son médiateur. Air France prenant en charge les honoraires, le système est entièrement gratuit pour le collaborateur. Ensuite, le processus suit les règles traditionnelles de la médiation et le respect de la confidentialité. Enfin, le salarié peut être assisté dans les mêmes conditions que devant un conseil de prud’hommes.

Quels ont été les résultats des premières médiations ?

M-L. D-G. Au 1er avril 2019, trente-six accords ont été signés et seules deux procédures de médiation ont échoué. Le système fonctionne donc beaucoup mieux que ce que nous avions anticipé. Les salariés se sentent écoutés et cela crée une dynamique favorable à l’émergence d’une solution. La discussion conduit à explorer des sujets qui ne sont pas directement en corrélation avec le point de départ du conflit. La médiation conduit ainsi à adopter des décisions très originales, et qu’un conseil de prud’hommes n’aurait pas pu ordonner : changer un salarié d’affectation, organiser une reconversion, décider d’une promotion, etc. La solution purement indemnitaire est loin d’être la règle.

Quel est l’impact du dispositif ?

F. R. Le système a déjà donné lieu à une baisse du nombre de contentieux prud’homaux d’environ 30%, sachant que nous pensons que d’ici à la fin de l’année, les chiffres tourneront plutôt autour de 40% de diminution… La solution est très convaincante et ne présente que des avantages. Nous commençons d’ailleurs à réfléchir à une manière d’intégrer la médiation au traitement de certains litiges collectifs.

Marie-Hélène Brissot

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Budget du ministère de la Justice : le Sénat monte au créneau

Budget du ministère de la Justice : le Sénat monte au créneau

Les parlementaires ont reçu en fin de semaine dernière les plafonds de dépenses pour les différents ministères en 2020. Le Palais du Luxembourg souhai...

A. Latrive (Astoria Finance) : "Nous n’avons pas de raison d’arrêter nos acquisitions"

A. Latrive (Astoria Finance) : "Nous n’avons pas de raison d’arrêter nos acquisitions"

En multipliant les opérations de croissance externe, Astoria Finance s’impose comme un acteur majeur de la gestion de patrimoine. Antoine Latrive, Pré...

Une juriste à la tête d’Accenture

Une juriste à la tête d’Accenture

Julie Sweet prendra les rênes du groupe en septembre. Ancienne avocate associée chez Cravath, Swaine & Moore, elle est actuellement à la tête de l...

Norton Rose Fulbright se lance dans le conseil en opérations juridiques

Norton Rose Fulbright se lance dans le conseil en opérations juridiques

Stéphanie Hamon rejoint le cabinet d’avocats pour diriger cette activité. La nouvelle offre s’adressera aux services juridiques des grandes entreprise...

Bernard Arnault devient la seconde fortune mondiale

Bernard Arnault devient la seconde fortune mondiale

Notre-Dame, femme, salaire... Voici l'essentiel à savoir sur Bernard Arnault . A la tête de LVMH, il est désormais la seconde fortune mondiale. Retour...

France Digitale met en avant la legaltech

France Digitale met en avant la legaltech

L’association hexagonale crée un groupe dédié aux entreprises numériques spécialistes du droit. Le but ? Faire émerger les champions français.

Le monde des avocats se prépare au G7

Le monde des avocats se prépare au G7

Le 11 et 12 juillet dernier, les représentants des barreaux français, canadien, allemand, italien, américain et britannique se réunissaient pour élabo...

C. Boulanger et A. Hezez (Richelieu Gestion) : "Donner un esprit thématique à notre gamme de fonds"

C. Boulanger et A. Hezez (Richelieu Gestion) : "Donner un esprit thématique à notre gamme de fonds"

Richelieu Gestion dispose aujourd’hui d’une gamme de fonds ciblés avec une expertise reconnue en obligations à court terme et les small et mid-caps eu...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message