F. Le Saché (Aera Group) : "C’est en Afrique que se joue la lutte contre le réchauffement planétaire"

Chaque année depuis cinq ans, Aera, leader du trading de certificats environnementaux en Afrique, double son chiffre d’affaires. En mars dernier, l’entreprise ouvrait son capital. Alors que cette opération lui permet d’accroître son stock d’actifs environnementaux, les prix de ces derniers continuent d’augmenter. Son président et fondateur Fabrice Le Saché revient sur ces courbes ascendantes qui lui assurent un beau succès.

Chaque année depuis cinq ans, Aera, leader du trading de certificats environnementaux en Afrique, double son chiffre d’affaires. En mars dernier, l’entreprise ouvrait son capital. Alors que cette opération lui permet d’accroître son stock d’actifs environnementaux, les prix de ces derniers continuent d’augmenter. Son président et fondateur Fabrice Le Saché revient sur ces courbes ascendantes qui lui assurent un beau succès.

Décideurs. Vous intervenez sur le marché de la finance climat. De quelle manière ?

Fabrice Le Saché. La finance climat consiste à valoriser les tonnes de CO2 évitées grâce au développement de projets bas carbone. Une fois certifiées, elles possèdent une valeur financière puisque les pays, les entreprises et les citoyens sont soit contraints soit enclins à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Il y a donc une demande croissante à l’achat pour des certificats qui assurent et tracent la réduction d’émissions CO2 . Notre métier consiste à valoriser les attributs environnementaux des projets ; nous le faisons pour les émissions CO2 mais également pour l’accès à l’eau, la réhabilitation de la biodiversité ou la production d’énergies renouvelables.

Comment le prix de la tonne de CO2 évitée est-il calculé ?

Chaque région du monde dispose de son propre système. La dynamique d’offre et de demande est différente d’un endroit à un autre. En Europe, le prix de la tonne de CO2 est aujourd’hui d’environ 40  euros, là où en Afrique du Sud elle est de 8 euros. Cet écart est lié aux différentes réglementations. En Europe, les industriels se sont vu attribuer des quotas d’émissions de CO2 en quantité limitée pour stimuler les prix et favoriser l’innovation en matière de transition écologique. Les prix varient en fonction du degré de contrainte ainsi que de la loi de l’offre et de la demande. Aujourd’hui, l’ensemble des échanges sur les marchés mondiaux représentent à peu près 60 milliards d’euros. Pour sa part, Aera Group intervient sur le segment spécifique des crédits de carbone, un marché plus petit mais appelé à croître fortement  ; aujourd’hui de l’ordre de 300 millions d’euros

En quoi consiste exactement votre activité ?

Aera négocie à l’achat et à la vente des certificats environnementaux issus de projets en Afrique. Nous valorisons financièrement les performances environnementales comme les réductions d’émissions CO2 , la production d’énergies renouvelables, la réhabilitation de la biodiversité, la création d’accès à l’eau, etc. Nous obtenons les certifications adéquates et nous monétisons ensuite les certificats liés. Cela permet de générer des compléments de revenus pour les projets. Depuis le démarrage de nos activités en 2015, nous avons rapporté plus de 20 millions d’euros à des projets environnementaux en Afrique.

Pourquoi avez-vous choisi de vous développer sur ce continent ?

Pour des raisons historiques. Notre premier projet était en Côte d’Ivoire. De fil en aiguille, notre portefeuille s’est développé au Sénégal, en Afrique de l’Ouest, en Afrique centrale, etc. C’est un continent où se joue l'avenir de la lutte contre le réchauffement planétaire. Il y aura quatre milliards d’habitants en 2100 et la croissance y est très forte. Si l’on veut que l’Afrique se dote de technologies vertes et bas carbone, il faut absolument que la finance climat joue son rôle pour que la rentabilité des projets verts soit plus élevée. Concrètement, planter une forêt doit rapporter plus que l’exploiter, construire une centrale d’énergies renouvelables doit rapporter plus qu’une centrale charbon.

"Notre portefeuille se compose d'une quarantaine de projets répartis dans vingt pays africains"

Auriez-vous des exemples de projets sur lesquels vous êtes intervenus ?

Notre portefeuille se compose d’une quarantaine de projets, tels que des fermes éoliennes ou des centrales solaires, répartis dans vingt pays sur le continent. Nous accompagnons par exemple le groupe Meridiam qui fabrique et exploite quatre centrales solaires photovoltaïques au Sénégal. Nous travaillons également aux côtés de CI-Énergie sur la centrale de Soubré, plus grand barrage d’hydroélectricité récemment mis en service en Côte d’Ivoire. Autre exemple avec Hysacam au Cameroun que nous avons accompagné pour valoriser le captage et le torchage de biogaz de la décharge de Douala.

En mars dernier vous ouvriez le capital d’Aera Group à Arise IS. Quel est le but poursuivi par cette opération ?

 Arise IS – qui est une société détenue conjointement par Africa Finance Corporation (AFC) et Olam International, un groupe agroindustriel singapourien très présent en Afrique – a pris une participation minoritaire de 35 % dans notre capital. Nous souhaitons nous appuyer sur ce nouvel actionnaire pour accroître notre exposition asiatique et augmenter nos débouchés de vente pour notre portefeuille d’actifs environnementaux. L’Asie est stratégique  pour nous. Cette région représente 55% du PIB mondial. Cela diversifie aussi nos acheteurs qui sont aujourd’hui à 80% européens. Enfin, c’est l’opportunité d’accompagner Olam sur les sujets de finance climat et biodiversité en Afrique.

"Planter une forêt doit rapporter plus que de l'exploiter"

Quelle est la valorisation de votre entreprise ?

La transaction avec Arise IS nous valorise à 28,5 millions d’euros. Nous allons mobiliser une ligne de financement de plusieurs millions d’euros pour acheter encore plus activement des actifs environnementaux en prépayant. C’est un énorme avantage car usuellement les projets doivent attendre plus d’une année après la mise en service pour percevoir de l’argent des ventes de certificats environnementaux. Nous paierons bien avant dès la signature du contrat en amont et contribuerons ainsi au financement.

L’année 2020 a-t-elle été bonne pour vous et comment voyez-vous votre entreprise évoluer dans les prochaines années ?

En 2020, pour notre cinquième exercice, notre chiffre d’affaires s’est établi à 5,9 millions d’euros pour à peu près 1,3 million de résultat courant avant impôts. C’est le double du CA de 2019. En 2021, nous anticipons une croissance forte continue et nous espérons entre 10 et 15 millions d’euros de CA. Cette trajectoire devrait s’amplifier dans les prochaines années pour de nombreuses raisons.

Quelles sont-elles ?

 Tout d’abord nos stocks sont en train d’augmenter rapidement grâce aux lignes de financement que nous mobilisons et qui nous permettent d’acheter de grandes quantités de crédits carbone. Nous avons donc un effet volume. Ensuite, les prix du carbone augmentent régulièrement et significativement. Il y a donc un effet valeur. Nous vendons principalement des crédits carbone africains à des entreprises qui n’en ont pas l’obligation mais qui souhaitent avoir une stratégie de compensation de leurs émissions. Sur ce marché, le prix varie entre 2 et 5 euros, contre moins de 2 euros il y a deux ans. Notre objectif est de dépasser ces seuils à l'horizon 24 mois.

Envisagez-vous de vous introduire en Bourse ?

Notre dernière valorisation est un premier marqueur de confrontation au marché sur la valorisation de notre modèle. Il est possible que d’ici deux trois ans, nous souhaitions valoriser à nouveau notre développement sous une forme ou sous une autre. Le moment sera optimal car nous aurons constitué un volume de stocks très important et les prix auront eux-mêmes probablement augmenté.

Propos recueillis par Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 24 juin 2021

La veille urbaine du 24 juin 2021

Un fonds conseillé par J.P. Morgan Asset Management acquiert un immeuble de bureaux de 4 650 m² à Paris 7, AXA IM lance une stratégie crédit dédiée au...

La veille urbaine du 23 juin 2021

La veille urbaine du 23 juin 2021

Paris La Défense lance la première compétition visant à diminuer l’impact carbone des entreprises de son territoire, Gecina lève avec succès un Green...

J. Azan (Novaxia) : "Concilier le sens et la rentabilité"

J. Azan (Novaxia) : "Concilier le sens et la rentabilité"

Comme en prévision de la crise sanitaire et de la démocratisation du télétravail, Novaxia s’est récemment illustré dans la transformation de bureaux e...

La veille urbaine du 22 avril juin 2021

La veille urbaine du 22 avril juin 2021

Zaka Investments, Eternam et Inter Invest Capital s’associent pour développer le futur hôtel Brach à Rome, Édouard Mateos rejoint le Groupe Panhard en...

La veille urbaine du 21 juin 2021

La veille urbaine du 21 juin 2021

Segro construit un premier bâtiment de 28 000 m² à Saint-Quentin-en-Fallavier pour le compte du Groupe LDLC, le Groupe Gambetta livre "Les Terrasses...

Résidentiel : demande active, offre chétive

Résidentiel : demande active, offre chétive

Dans un contexte incertain qui a vu bureaux et commerces souffrir conjoncturellement des différents confinements, le résidentiel s’est distingué en en...

La veille urbaine du 18 juin 2021

La veille urbaine du 18 juin 2021

Alderan acquiert un entrepôt logistique à Libercourt, Foncière Magellan acquiert, en VEFA, un ensemble mixte de 7 800 m² à Nantes, Gecina signe un con...

K. Habra (Ivanhoé Cambridge) : "L’immobilier durable a une place importante dans notre stratégie"

K. Habra (Ivanhoé Cambridge) : "L’immobilier durable a une place importante dans notre stratégie"

Karim Habra, fort d’une expérience importante dans le secteur de l’immobilier, a intégré Ivanhoé Cambridge en 2018 et fait de la neutralité carbone de...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte