F. Johner (Aldi) : "Nous assumons notre modèle de discounter et cherchons à le réinventer chaque jour"

Le secteur de la distribution connaît de grands remaniements. Le directeur général adjoint d’Aldi France, Franck Johner, revient sur la reprise de plus de 500 magasins de l’enseigne française de hard-discount Leader Price et ses conséquences.

Le secteur de la distribution connaît de grands remaniements. Le directeur général adjoint d’Aldi France, Franck Johner, revient sur la reprise de plus de 500 magasins de l’enseigne française de hard-discount Leader Price et ses conséquences.

Décideurs. Le rachat par Aldi France de 545 magasins Leader Price, deux supermarchés Casino et trois entrepôts a été officialisé le 30 novembre. Quelle stratégie sous-jacente a motivé cette opération ? 

Franck Johner. Notre ambition est simple : offrir à chaque français un magasin Aldi à quinze minutes de chez lui. Cette acquisition s’inscrit donc dans une stratégie globale destinée à développer notre présence de proximité sur l’ensemble du territoire. Nous sommes présents depuis plus de 30 ans en France et nous restons fidèles à notre modèle de discounter qui parle plus que jamais aux consommateurs d’aujourd’hui, en leur offrant un accès quotidien à des produits de qualité, bio, frais, éthiques, responsables, régionaux, au meilleur prix. 

Comment s’est déroulée cette reprise ? Quels freins avez-vous rencontrés ? 

L’histoire a commencé il y a maintenant un an. Nous avons signé une promesse d’achat pour acquérir des magasins et entrepôts au groupe Casino. Courant novembre, cette opération a été validée par l’Autorité de la concurrence et la finalisation du rachat annoncée début décembre.  Cela s’est finalement fait en toute logique car nos deux enseignes sont très complémentaires géographiquement et humainement. Nous sommes tous des épiciers, chacun avec des magasins à taille humaine. Leader Price est plutôt présent en zone urbaine, en Île-de-France, dans le sud et sur la côte atlantique tandis que nous sommes davantage présents en zones rurales, dans le nord et l’est de la France. Le plan de transformation élaboré commence vraiment maintenant. Il s’agit de relever le défi d’intégrer et former 6 000 nouveaux collaborateurs que nous sommes heureux d’accueillir. C’est la preuve que notre enseigne investit et croit au marché français.

"Nos deux enseignes sont très complémentaires géographiquement et humainement"

Vous avez récemment annoncé la fermeture de plusieurs supermarchés Leader Price. Pour quelles raisons ? Comment les deux marques s’articuleront-elles en France au sein d’un même groupe ? 

Les premiers magasins Leader Price transformés en Aldi ont vu le jour en janvier et cela continuera progressivement d'ici la fin 2021. Ceux qui ne le seront pas, pour des raisons de concurrence ou de trop grande proximité avec notre réseau, seront cédés. Bien entendu, les collaborateurs seront accompagnés et bénéficieront de mobilités internes. C’est un impondérable. Chaque salarié qui le souhaite trouvera sa place au sein de notre enseigne. Nous avons racheté une partie du parc des magasins Leader Price mais en aucun cas la marque. Les magasins acquis seront exploités sous l’enseigne Aldi. 

Comment le paysage du discount se présente-t-il aujourd’hui ? 

Nos concurrents ne sont pas notre boussole. Nous voulons rester forts sur notre modèle, le discount, dont nous sommes d’ailleurs les inventeurs. Aujourd’hui, notre offre vient bouleverser les stéréotypes les plus ancrés : nos clients, tous âges confondus, réunissent familles, célibataires, couples, urbains comme ruraux… ils sont ce que nous appelons les « nouveaux consommateurs » et leurs attentes ont beaucoup évolué ces dernières années. Ce à quoi notre modèle répond plus que jamais puisqu’il leur permet de manger des produits sains, équitables, bio, responsables, frais et locaux, tout en composant avec leur pouvoir d’achat. Nous assumons notre modèle de discounter et cherchons à le réinventer chaque jour. C’est notre plus grande force. 

Dans quelle mesure intégrez-vous les critères ESG à votre stratégie financière ? 

Pour le confort optimal de nos clients et de nos collaborateurs, nous investissons et réaménageons le parc de magasins aux meilleurs standards d’accueil, de qualité environnementale et d’empreinte énergétique des bâtiments à travers notre dernier concept de magasin. Celui-ci offrira aux visiteurs beaucoup de lumière naturelle avec un agencement moderne des rayons, composé d’une présentation claire des produits, d’une mise en valeur des univers avec des allées spacieuses et lumineuses. Ce projet répond à un cahier des charges environnemental interne plus exigeant que le cadre légal, notamment avec des panneaux photovoltaïques installés sur le toit pour alimenter le magasin en énergie verte, un éclairage intérieur et extérieur 100 % LED, ainsi qu’un système de récupération de chaleur de nos groupes froid. 

Propos recueillis par Anne-Gabrielle Mangeret 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Fusions & acquisitions 2020-2021

Retrouvez notre dossier issu du guide-annuaire Fusions & acquisitions 2020-2021
Sommaire
Les recettes du succès de ManoMano

Les recettes du succès de ManoMano

Après une levée de fonds de 110 millions d’euros en 2019 puis de 125 millions l’année suivante, la start-up ManoMano, une marketplace spécialisée dans...

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

L. Soubeyrand (Swile) : "Depuis 2018, nous avons conquis 10 % du marché français"

La start-up spécialisée dans les titres restaurants étend son offre. Elle vise désormais les comités d’entreprise en proposant des chèques cadeaux et...

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Pour Deliveroo, la crise sanitaire est un jackpot

Entre les confinements et le télétravail, la livraison de repas à domicile connaît un succès sans précédent depuis maintenant un an. Melvina Sarfati e...

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

M. Trabbia (Orange) : "Consommateurs et entreprises doivent se saisir de la 5G"

Alors que la 5G se déploie en France, Orange lance des laboratoires où les entreprises peuvent expérimenter et s’approprier cette nouvelle technologie...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Accord de principe pour Veolia et Suez en vue d'un rapprochement

Les deux géants français, Veolia et Suez, en pourparlers depuis de nombreux mois, sont arrivés à un accord de principe sur le projet de fusion des deu...

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific acquiert le français IESPM

Eurofins Scientific, un des leaders mondiaux de services bio-analytiques, a annoncé ce jeudi l’acquisition du groupe IESPM, acteur majeur de l’analyse...

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

P. Soullier (Valtus) : "Nous sommes devenus des acteurs de missions à impact"

Spécialiste du management de transition Valtus accompagne des entreprises en pleine croissance ou lorsque celles-ci font face à une problématique spéc...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte