F. Jariel (Tikehau Capital) : "Nous allons poursuivre notre stratégie d’investissement en surveillant les évolutions du marché"

Tikehau Capital a toujours de l’appétit pour l’immobilier en dépit de la crise sanitaire. Frédéric Jariel, directeur des activités immobilières du groupe, détaille à Décideurs l’organisation qui a été mise en place pour passer cette période particulière et révèle sa lecture du marché.
Frédéric Jariel (©Tikehau Capital)

Tikehau Capital a toujours de l’appétit pour l’immobilier en dépit de la crise sanitaire. Frédéric Jariel, directeur des activités immobilières du groupe, détaille à Décideurs l’organisation qui a été mise en place pour passer cette période particulière et révèle sa lecture du marché.

Décideurs. Quel est l'impact à date de la crise sanitaire et du confinement sur votre activité ?

Frédéric Jariel. Les vingt collaborateurs de Tikehau Capital qui interviennent en immobilier ont travaillé à distance dès la mise en place des mesures de confinement, tout comme l’ensemble des collaborateurs concernés par de telles mesures dans les différentes villes en Europe et dans le monde où est implanté notre groupe. Nous sommes devenus des spécialistes de la visioconférence. En externe, cette crise sanitaire nous a amenés à étudier au cas par cas la situation de nos locataires et à trouver des solutions pour ceux qui étaient le plus impactés. Nous avons ainsi décalé des échéances, notamment pour ceux concernés par une fermeture administrative, et restons en contact étroit avec eux pour gérer au mieux cette situation difficile. Nous avons également renforcé le dialogue avec nos investisseurs. Ces derniers avaient besoin de reporting précis et réguliers afin d’évaluer les conséquences de la crise sanitaire sur leurs investissements. Au final, l’activité immobilière de Tikehau Capital ne s’est jamais arrêtée. Notre volume d’acquisitions a évidemment diminué en raison du contexte et de l’impossibilité de visiter les actifs mais nous avons continué à étudier des dossiers et avons fait des offres entre le 17 mars et le 11 mai. Nous avons d’ailleurs réalisé une transaction en profitant de la forte volatilité des marché cotés : Tikehau Capital s’est renforcé au capital de Ireit Global, le REIT Singapourien géré par Tikehau et dont le patrimoine est constitué d’actifs de bureau en Allemagne et en Espagne.  

Quel regard portez-vous sur l’action des gouvernements des pays où vous êtes investi ?

Les gouvernements ont été très réactifs et ont mis en place des mesures de soutien de l’économie adéquates. En ce qui concerne l’immobilier, cela permet d’aider les locataires à passer ce moment difficile, ce qui est bénéfique pour notre activité. 

Comment préparez-vous le déconfinement ?

Nous pouvons retourner au bureau sur la base du volontariat depuis l’annonce de la fin du confinement, en respectant les gestes barrières, les distances de sécurité et certaines conditions mises en place par Tikehau Capital, comme la présence d’effectifs très réduits par équipe. Nous étions déjà habitués à travailler à distance avec nos collègues basés à l’étranger, cette pratique est désormais généralisée à l’ensemble de l’équipe. Le retour dans les locaux se fera donc progressivement.

Quel pourrait être le rôle de l’immobilier dans la relance économique ?

L’immobilier est un secteur clé pour la France car il génère énormément d’emplois indirects, par exemple dans les secteurs de la construction et de la rénovation dans le cadre du redéveloppement des actifs. Il est vital que l’immobilier retrouve son rythme de croisière le plus rapidement possible, d’autant plus que cette activité contribue à l’atteinte d’objectifs essentiels en matière de développement durable, en améliorant notamment la performance énergétique des actifs.

Dans quelle mesure cette crise sanitaire pourrait faire évoluer à moyen terme votre stratégie ?

Nous aimons restructurer la ville en créant des projets de développement mixtes à l’image de ce que nous faisons sur le site de Charenton Bercy en partenariat avec Bouygues Immobilier. La crise sanitaire va accélérer la modification des usages et des configurations des espaces, ce qui favorisera les projets de restructurations urbaines et élargira notre pipeline. Dans le cadre de cette approche, nous nous focalisons davantage sur les localisations que sur les immeubles. Nous veillerons à investir dans des quartiers qui continueront à attirer les locataires pour mener à bien notre mission de création de valeur. Concernant les classes d’actifs, nous croyons toujours fortement dans l’hôtellerie. Le commerce va continuer pour sa part à se transformer et certains formats sortiront gagnants de la période de turbulences actuelle. Quant au résidentiel et à la logistique, ce sont les deux secteurs les plus résilients actuellement. Nous gardons ainsi de l’intérêt pour les logements. Nous avons d’ailleurs acquis l’an passé un portefeuille dans cette classe d’actifs. A contrario, nous n’avons pas de biais logistique particulier mais nous pourrons nous positionner si nous identifions une belle opportunité. Nous allons donc poursuivre notre stratégie d’investissement tout en surveillant les évolutions du marché. Nous nous attendons notamment à un mouvement de repricing des actifs dans les 12/18 mois à venir et à une évolution des conditions de financement des acquisitions. Il y aura des opportunités d’acquisition et nous nous tenons prêts pour les étudier.

Propos recueillis par François Perrigault (@fperrigault)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
La veille urbaine du 25 novembre 2020

La veille urbaine du 25 novembre 2020

Ardian qui loue à Sanofi l’ensemble du 46-48 avenue de la Grande Armée à Paris 17e, Sébastien Nida qui rejoint Savills France, la SGP qui investira pl...

La France a trois mois pour attester de l’efficacité de sa stratégie climatique

La France a trois mois pour attester de l’efficacité de sa stratégie climatique

En acceptant de se saisir du cas de la commune de Grande-Synthe, le Conseil d’Etat est pour la première fois contraint de trancher dans une affaire po...

M. Magnifico : "L’incubateur Prop3rty constitue l’occasion d’attirer de nouveaux profils pour EuraTechnologies"

M. Magnifico : "L’incubateur Prop3rty constitue l’occasion d’attirer de nouveaux profils pour EuraTe...

EuraTechnologies vient de lancer un nouveau programme d’incubation de startups destiné à accompagner les porteurs de projets novateurs dans l’industri...

La veille urbaine du 24 novembre 2020

La veille urbaine du 24 novembre 2020

La liste des EPCI candidats à l'encadrement des loyers, le groupe Laurent Taïeb qui va créer un hôtel au sein de la tour Duo 2, Sogaris et la RATP qui...

P. Rosio (Foncière Inea) : "Les marchés régionaux montrent encore une fois leur résilience"

P. Rosio (Foncière Inea) : "Les marchés régionaux montrent encore une fois leur résilience"

Alors que Foncière Inea poursuit sa stratégie d’investissement dans des immeubles de bureaux neufs en régions comme le montre la récente acquisition d...

La veille urbaine du 23 novembre 2020

La veille urbaine du 23 novembre 2020

La Ville de Paris qui soutient finalement la modernisation de la gare du Nord après l'adaptation du projet, Ivanhoé Cambridge qui renforce son exposit...

Ville de Paris : que contient le manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne ?

Ville de Paris : que contient le manifeste pour une nouvelle esthétique parisienne ?

La question de la place de la nature en ville se pose par exemple. Tiraillée entre un héritage séculaire et des problématiques contemporaines, Paris s...

La Ville de Paris soutient finalement la modernisation de la gare du Nord après l'adaptation du projet

La Ville de Paris soutient finalement la modernisation de la gare du Nord après l'adaptation du proj...

Après un an d’appels répétés de la Ville de Paris à la révision du programme de réaménagement de la gare du Nord, la municipalité vient de ratifier un...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte