F. Hammouche (La Carac) : "Nous restons très sélectifs dans nos choix d’investissement"

L'arrivée imminente d'un vaccin contre la covid-19 semble avoir plongé les investisseurs dans une douce euphorie. Fabrice Hammouche, Directeur des investissements de La Carac, préfère quant à lui rester prudent et sélectif, et cela sur l'ensemble des classes d'actifs.
Fabrice Hammouche

L'arrivée imminente d'un vaccin contre la covid-19 semble avoir plongé les investisseurs dans une douce euphorie. Fabrice Hammouche, Directeur des investissements de La Carac, préfère quant à lui rester prudent et sélectif, et cela sur l'ensemble des classes d'actifs.

Décideurs. Après le trou d’air du début d’année, les marchés financiers ont repris des couleurs. Quelle analyse faites-vous de la situation ? Les valorisations sur les marchés actions vous semblent-elles attractives ?

Fabrice Hammouche. Les mesures de soutien mises en œuvre par les banques centrales et les différentes annonces de plans de relance dans les pays développés ont porté leurs fruits et rassuré les investisseurs. A cela s’ajoute des anticipations de reprise rapide de l’économie post-confinement et l’arrivée imminente d’un vaccin. À la sortie de l’été, ce profil de reprise s’annonce incertain et lent et de nombreuses incertitudes demeurent présentes. Tout d’abord, sur le plan sanitaire ; l’Europe fait d’ailleurs face à une seconde vague épidémique, avec des annonces de confinements localisés. Les incertitudes politiques pèsent également sur le moral des investisseurs. Ces derniers sont très attentifs au déroulement des élections aux États-Unis et aux discussions toujours difficiles entre le Royaume-Uni et l’Europe dans le cadre du Brexit. La remontée des marchés actions est d’ailleurs hétérogène. Certains secteurs d’activité aspirent l’ensemble des flux. Je pense notamment aux valeurs de la tech, de la santé, des thématiques énergétiques et ESG. D’autres secteurs sont complètement délaissés comme le secteur financier et l’immobilier. Aujourd’hui nous ne sommes pas dans une position confortable avec ces niveaux de valorisation et adoptons, en conséquence, une position prudente. Nous pouvons nous le permettre car préalablement à la crise nous avions réduit le niveau de risque de notre portefeuille action ; et courant mars et avril, nous avons pu nous repositionner sur des niveaux attractifs.

Comment sont actuellement positionnés vos portefeuilles ?

Notre portefeuille est investi à 75% sur des produits de taux, dont 2 % sur de la dette privée. Les actions, obligations convertibles et le private equity, représentent un peu plus de 10 % de nos positions. L’immobilier est à un niveau légèrement inférieur à ce chiffre, dont 70% d’investissement direct dans des immeubles. Les 5 % restants sont investis en produits monétaires.

"Nous ne sommes pas dans une position confortable avec ces niveaux de valorisation sur les marchés actions et adoptons une position prudente" 

Comment remédiez-vous à la faiblesse des taux obligataires ?

Notre actif général étant en légère décollecte nette sur le début de l’année, nous n’avons donc pas été forcés à investir. Notre gouvernance nous a, par ailleurs, apporté son soutien pour ajuster nos actions d’investissement et augmenter ponctuellement nos positions sur des produits monétaires, si le timing d’investissement n’était pas propice. De ce fait nous avons été prudents et sélectifs sur le début d’année 2020 et avons accéléré nos investissements à compter du mois de mars pour bénéficier de primes de risque attractives sur le marché du crédit. Depuis le début de l’année, nous avons investi sur des obligations offrant en moyenne des taux de rendement d’environ 2,4 %, en visant une duration proche de sept ans.

Le segment du private equity est par nature impacté en différé par les crises. Quelles seront les conséquences des difficultés économiques sur les marchés non cotés ?

On observe traditionnellement un décalage entre le coté et le non coté. Toutefois, les gérants de fonds de capital-investissement ont commencé très tôt à répercuter sur les valorisations de leurs portefeuilles les conséquences de la crise. Globalement les gérants restent confiants sur la résilience de leurs portefeuilles. Ils disposent d’équipes capables d’accompagner sur le long terme les entreprises dans la gestion de leur business plan. Ces fonds devraient logiquement avoir besoin d’une période d’investissement plus longue. De ce fait, une dégradation des TRI est anticipée. Mais comme sur les marchés côtés, la situation est contrastée. Les entreprises de la tech et du secteur de la santé sortent renforcées par la crise. D’autres secteurs comme l’aéronautique, le tourisme ou l’événementiel souffrent davantage. Nous avons assez bien diversifié nos investissements pour relativiser l’impact de cette crise sur nos portefeuilles aujourd’hui. La Carac s’est également positionnée sur des stratégies opportunistes, notamment sur le marché secondaire où les décotes vont devenir plus importantes.

"Nous regardons avec attention des actifs dans le secteur de la santé" 

Les infrastructures seront-elles plus résilientes face à la crise ?

Par nature, les infrastructures semblent l’être car elles répondent à un besoin essentiel. Ce thème d’investissement profite également d’une certaine visibilité des cash-flows et d’une bonne solvabilité des contreparties. Mais là encore, on ne peut pas généraliser la situation. L’impact est bien réel sur certaines typologies d’actifs comme les autoroutes et les aéroports. Certains acteurs ont également utilisé des effets de levier élevés et peuvent rencontrer des problèmes de liquidité. Nous restons donc très sélectifs, même sur cette thématique.

Près de 75 % de vos investissements en immobilier sont dirigés vers le résidentiel à Paris et en première couronne. Les valorisations records vous incitent-elles à céder certains biens pour investir sur d’autres zones géographiques ou de l’immobilier tertiaire ?

Depuis deux ans, nous avons lancé une stratégie d’arbitrage qui vise à diversifier nos positions et augmenter la rentabilité de notre portefeuille. Nos équipes mettent ainsi en œuvre un programme d’arbitrage. Si le potentiel de hausse du résidentiel nous semble limité, nous n’hésiterons pas à réaliser des arbitrages au profit d’autres typologies d’actifs. Dans le secteur des bureaux, nous privilégions aujourd’hui les actifs bien localisés et attractifs pour les salariés, bénéficiant de commerces à proximité et de services dans les immeubles. En parallèle, nous regardons avec attention des actifs dans le secteur de la santé.

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurélien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

Gouvernement Borne : Éric Dupond-Moretti conserve le ministère de la Justice

De la salle des pas perdus à l’hôtel de Bourvallais, il n’y avait, pour Éric Dupond-Moretti, qu’un pas à sauter. L’ex-pénaliste, entré au gouvernement...

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’AFA annonce une enquête sur l’état des dispositifs anticorruption en entreprise

L’Agence française anticorruption a annoncé le lancement d’une nouvelle enquête. L’objectif de ce diagnostic : faire un état des lieux des dispositifs...

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Marc Mossé retrouve August Debouzy

Il y a deux décennies, Marc Mossé commençait sa carrière d’avocat chez August Debouzy. Un passage par le monde de l’entreprise et par l’AFJE plus tard...

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

Edgar Avocats : un an d’existence, des recrutements externes et de beaux dossiers

En décembre 2020, Guillaume Bredon quittait brl avocats, qu’il avait ouvert vingt ans plus tôt, pour fonder Edgar Avocats. Après une première année dy...

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Simon Associés se renforce en contentieux des affaires

Vanessa Ruffa rejoint Simon Associés. Elle intègre le département contentieux et arbitrage du cabinet d’affaires en qualité d’associée.

Squair crée un département droit public

Squair crée un département droit public

Quentin Maujeul s’associe au cabinet Squair. Il y animera le nouveau département consacré au droit public.

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

The Line, nouvelle boutique de droit des sociétés et fiscalité

Caroline Zimbris-Golleau et Alexandra Ménard s’associent et lancent The Line, un cabinet spécialisé en droit des sociétés et fiscalité, mais aussi com...

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

Lafarge en Syrie : la mise en examen pour complicité de crimes contre l’humanité confirmée

La cour d’appel de Paris, qui avait annulé la mise en examen du cimentier pour complicité de crimes contre l’humanité, a opéré hier un revirement. Laf...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message