F.G. Vaissier (White & Case) : "L’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de projets miniers majeurs"

Malgré les conditions sanitaires actuelles et une conjoncture économique morose pour les matières premières, les 122 millions de dollars de dette bancaire du projet minier Tri-K en République de Guinée ont été levés et le bouclage financier a été atteint mi-février 2021. François-Guilhem Vaissier, partner, Paule Biensan, partner of counsel, Louis-Jérôme Laisney et Olivier Le Bars, collaborateurs seniors, reviennent sur cette opération complexe.
François-Guilhem Vaissier, Paule Biensan, Louis-Jérôme Laisney, Olivier Le Bars

Malgré les conditions sanitaires actuelles et une conjoncture économique morose pour les matières premières, les 122 millions de dollars de dette bancaire du projet minier Tri-K en République de Guinée ont été levés et le bouclage financier a été atteint mi-février 2021. François-Guilhem Vaissier, partner, Paule Biensan, partner of counsel, Louis-Jérôme Laisney et Olivier Le Bars, collaborateurs seniors, reviennent sur cette opération complexe.

Décideurs. Pouvez-vous brièvement nous décrire le projet Tri-K et votre implication ?

Olivier Le Bars. Le projet Tri-K est un projet de construction et d'exploitation d'une mine d'or située au nord-est de la République de Guinée. La mine aura une capacité annuelle d'extraction de 2,8 millions de tonnes d'or.

Ce projet est développé par la société guinéenne SMM (Sociétés des mines de Mandiana), détenue à 85 % par le groupe minier marocain Managem. Seul actionnaire privé de la société de projet depuis l’augmentation de sa participation en 2019, Managem a manifesté un grand dynamisme dans le développement de ce projet.

Compte tenu de la conjoncture mondiale actuelle, le bouclage financier du projet Tri-K est un signal fort de confiance à l’égard du secteur minier guinéen et des valeurs aurifères de la part des autorités publiques, des investisseurs, des banques et des acteurs industriels impliqués.

Louis-Jérôme Laisney. Dans ce contexte, nous avons assisté les banques Chaabi International Bank Offshore appartenant au groupe Banque centrale populaire, Société générale et Attijariwafa Bank Europe, qui financeront les coûts de conception et de construction du projet à hauteur de 122 millions de dollars avec une maturité de 7 ans.

Plus largement, nous sommes également intervenus pour le compte des autres parties financières, en particulier Banque centrale populaire Morocco, Attijariwafa Bank et Société générale Guinée, en leurs diverses qualités.

Nous avons accompagné les banques du démarrage de la phase d’audit, début 2019, à la réalisation du tirage de la dette bancaire intervenu en février 2021.

Quelles ont été les principales difficultés rencontrées par votre équipe ?

O. L.B. Au-delà des difficultés inhérentes à la structuration d’un projet minier de cette envergure et au risque de souligner des évidences, la pandémie de Covid-19 a été un défi majeur. Un défi qui a mis à l’épreuve la solidité des acteurs industriels et financiers impliqués – le décalage du calendrier ayant notamment incité SMM à démarrer les travaux de construction plusieurs mois avant le bouclage financier du projet – tout en stimulant la créativité de leurs conseils.

La crise sanitaire a évidemment soulevé des difficultés industrielles et contractuelles, en particulier la gestion de l’impact de la pandémie sur le calendrier et les coûts de réalisation du projet.

L.-J. L. Sur le plan logistique, la nécessité d'enregistrer ou d'inscrire plusieurs contrats auprès des autorités publiques guinéennes nous a empêché de recourir aux solutions de signature électronique développées ces derniers mois.

Les nombreux signataires étant confinés dans différents pays, il a donc parfois fallu finaliser certains contrats très en amont avant de leur faire parcourir une véritable odyssée pour qu'ils parviennent à bon port !

Rien de tout cela n'aurait été possible sans une coordination minutieuse avec les nombreux conseils impliqués, ni sans le concours indispensable de nos correspondants marocains, FIGES, et guinéen, SD Avocats, avec lesquels nous avons travaillé main dans la main pendant deux ans.

Paule Biensan. Notre expérience acquise ces dernières années en qualité de conseils de prêteurs ou de sponsors sur d'autres projets miniers, en particulier en Guinée, nous a évidemment permis d'anticiper au mieux les difficultés usuelles dans des opérations de cette ampleur, ce qui a sans doute facilité le travail de négociation et de structuration dans ces circonstances inédites.

"Le bouclage financier du projet Tri-K est un signal fort de confiance à l’égard du secteur minier guinéen et des valeurs aurifères" O. Le Bars

Comment qualifieriez-vous la résistance à la pandémie du secteur minier en Afrique ?

François-Guilhem Vaissier. Même si la situation sanitaire et les mesures restrictives imposées par les États ont nécessairement eu un impact sur le secteur minier en Afrique, il est impossible de tirer un bilan global de l’année 2020 sans distinguer, d'une part, les effets de la pandémie de Covid-19 sur le développement de nouveaux projets et, d'autre part, ceux sur les mines déjà en exploitation.

Quant au développement de nouveaux projets, l’année 2020 est restée très dynamique avec le développement de projets miniers majeurs, notamment en Afrique de l’Ouest.

Au-delà du projet Tri-K, citons notamment la nouvelle mine d’or de Yaouré en Côte d’Ivoire qui a produit son premier lingot fin 2020 ou encore le projet Simandou en Guinée dont les 4 blocs d’extraction de minerai de fer ont franchi des étapes décisives courant 2020.

Pour leur part, les mines en exploitation ont globalement eu une année difficile dans la mesure où elles ont dû faire face à la diminution plus ou moins importante de leur production et à la chute du cours des matières premières.

L'or fait néanmoins figure d'exception dans ce contexte. Dès le mois de janvier 2020, le cours de l’or a entamé une évolution à la hausse qui s’est accentuée avec le développement malheureusement exponentiel de la pandémie en Europe, puis en Amérique dès le mois de mars 2020. Le secteur aurifère s’en sort donc plutôt mieux que les autres minerais.

Toujours d’actualité, cette tendance haussière rappelle une nouvelle fois que l’or demeure une valeur refuge en temps de crise, démontrant ainsi toute la dimension stratégique du projet Tri-K.

Que pouvons-nous désormais attendre de 2021 ?

P. B. Les incertitudes de la période actuelle nous imposent naturellement une certaine humilité. Mais notre équipe ne constate pas, à ce stade, de réduction de l’activité concernant le développement de nouveaux projets miniers en Afrique de l’Ouest ou encore notre implication sur le marché minier secondaire.

Pour revenir au secteur aurifère, la grande incertitude de 2021 tient naturellement à l’impact de l’amélioration – espérée ! – de la situation sanitaire sur la production et le cours de l’or.

F.-G. V. Une des évolutions majeures à suivre en 2021 est l’appétit des différents acteurs pour les matières premières indispensables à la production de véhicules de nouvelle génération. La forte augmentation de la vente de voitures électriques ou hybrides – principalement stimulée par l’adoption de nouvelles normes anti-CO2, notamment par l’Union européenne – se traduit par un intérêt croissant pour certaines de ces matières premières.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

La veille urbaine du 21 avril 2021

La veille urbaine du 21 avril 2021

DTZ Investors vend l’immeuble “Equinox” à Clichy à un fonds d’investissement conseillé par HW Capital, Espaces Ferroviaires retient GA Smart Building...

La veille urbaine du 20 avril 2021

La veille urbaine du 20 avril 2021

La Française REM acquiert, auprès d’AG2R La Mondiale, un immeuble de bureaux à Montreuil, le Groupe Duval annonce le lancement des travaux du nouveau...

La veille urbaine du 19 avril 2021

La veille urbaine du 19 avril 2021

Kaufman & Broad livre un immeuble de bureaux de 10 000 m² à Arcueil, Crédit Agricole Assurances et Crédit Agricole Immobilier signent un partenari...

La veille urbaine du 16 avril 2021

La veille urbaine du 16 avril 2021

Barings acquiert un immeuble de bureaux à Paris 11 auprès du Groupe Financière JL, Bouygues Immobilier et Linkcity démarrent les travaux du projet “Le...

S. Vondière, J. Chavry :  "Refonder la ville sur la ville"

S. Vondière, J. Chavry : "Refonder la ville sur la ville"

Dans un contexte impacté par la crise sanitaire et soumis à un changement de municipalité, Lyon veut faire figure de chef de file en matière de réflex...

La veille urbaine du 15 avril 2021

La veille urbaine du 15 avril 2021

BlackRock Real Assets annonce la signature d’un bail de 5 500 m² avec la société Energies France à Gennevilliers, Poste Immo, la Banque des Territoire...

La veille urbaine du 14 avril 2021

La veille urbaine du 14 avril 2021

Copper and Co acquiert un parc de locaux d’activités de 4 323 m² à Chambly (60), Gecina se dote d’un Comité d’Orientation et de Prospective, l'agence...

Méka Brunel, la bâtisseuse

Méka Brunel, la bâtisseuse

Depuis sa nomination à la tête de Gecina en 2017, Méka Brunel ne cesse de transformer la foncière aux 20 milliards d’euros de patrimoine. L’Iranienne...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte