F. Crot (AFFO) : "L’appellation de family office, qui a tendance à être galvaudée, doit être redéfinie"

F. Crot (AFFO) : "L’appellation de family office, qui a tendance à être galvaudée, doit être redéfinie"

L’Association française du Family office (Affo) a annoncé en février dernier l’élection par son conseil d’administration de Frédérick Crot à la présidence, succédant à Jean-Marie Paluel-Marmont. À l’occasion de son vingtième anniversaire, l’association réaffirme sa volonté de rester la référence des professionnels du métier au service des familles. Son nouveau président nous présente sa vision et ses ambitions pour le métier du family office en pleine croissance.

Décideurs. Pouvez-vous présenter la genèse de votre élection ?

Frédérick Crot. J’ai intégré l’Affo en tant que membre de la famille Cosserat, actionnaire de la société Perial, active dans la gestion immobilière pour compte de tiers et de promotion. Je fais donc partie de la branche single family office aux côtés des multi-family offices et des professionnels des familles (avocats, fi scalistes, notaires...).

Quelles seront vos missions principales en tant que président de l’Affo ?

L’association qui vient de fêter ses vingt ans doit continuer à être la référence du métier des family offices. Durant toutes ces années, elle a constitué de nombreuses commissions (gouvernance familiale, éducation et formation, philanthropie, investissement durable...) qui ont donné lieu à la publication de Livres blancs mis à jour régulièrement. Par ailleurs, je souhaite développer la présence régionale de l’association. L’Affo est déjà présente à Lyon et Marseille mais elle va également rechercher des délégués dans d’autres régions afin de contrer l’image purement parisienne et accompagner les familles en province.

"Développer notre présence régionale afin d’être reconnus comme une association nationale et pas seulement parisienne"

De plus, nous avons lancé depuis trois ans avec l’Association universitaire de recherche et d’enseignement sur le patrimoine (Aurep), un certificat du métier de family office qui doit gagner en visibilité afin de mieux définir le métier. En effet, le family officer a un rôle de chef d’orchestre qui accompagne en toute transparence les familles dans la gestion de leur patrimoine dans la durée.

Souhaitez-vous également développer votre présence auprès des entrepreneurs ?

Bien sûr ! Nous souhaitons nous adresser à toute la clientèle potentielle de jeunes entrepreneurs, que ce soit à travers des single ou multi-family offices. Ils se distinguent des familles ayant des patrimoines constitués depuis plusieurs générations. Ils ont des besoins et des approches spécifiques auxquels nous devons répondre. En effet, l’une des évolutions les plus marquantes pour la profession est l’arrivée de patrimoines entrepreneuriaux. Ils ont besoin des services d’un family officer pour la structuration et l’organisation de leur patrimoine, notamment pour sa sécurisation.

Quelles sont les interrogations des familles qui reviennent fréquemment cette année ?

Nous percevons des inquiétudes relatives au retour de l’inflation et la hausse des taux d’intérêt d’une manière générale. De nombreuses familles repensent leurs allocations d’actifs après la période de crise sanitaire et les bouleversements induits par celle-ci. Dans le contexte actuel, une réflexion générale s’impose et le conseiller a tout son rôle à jouer pour accompagner et conseiller ses familles.

"Une réflexion générale s’impose et le conseiller a tout son rôle à jouer pour accompagner et conseiller ses familles"

Les rôles de préparation, d’analyse puis du pilotage de la mise en place des allocations d’actifs du family officer ont été essentiels dans la préservation du patrimoine des familles. Celles-ci se posent également la question de la proportion de private equity dans leurs allocations d’actifs et de leurs investissements potentiels dans les cryptomonnaies.

Comment l’année 2022 se déroule-t-elle pour l’Affo ?

De manière générale, la profession se porte bien. L’Affo a engagé une vaste réflexion sur l’évolution du métier de family officer afin de s’adapter à l’environnement actuel, élargir ses missions à l’ensemble de l’écosystème et accueillir de nouveaux membres. Nous souhaitons regrouper tous les intervenants afin d’échanger sur les bonnes pratiques à adopter et les problématiques de chacun. L’appellation de family office, qui a tendance à être galvaudée par certaines structures, doit être redéfinie.

Finalement, quel est le portrait type du family officer de demain ?

Le family officer est et doit rester le partenaire de confiance et stratégique auprès des familles. Il permet d’accroître sa visibilité et continuer à assurer sa formation professionnelle pour être en mesure de répondre à la complexité des nouvelles classes d’actifs, notamment dans un contexte de plus en plus complexe et international.

Propos recueillis par Juliette Woods

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier CGP, MFO, banques privées : une complémentarité de mise

Conseiller en gestion de patrimoine, CGP, family offices, banques privées… tous ces acteurs accompagnent leurs clients dans la gestion de leur patrimoine privé et professionnel. Si les contours de leurs activités semblent difficile à cerner, il est nécessaire de les distinguer pour obtenir un service adapté à son besoin. Face à la complexité croissante de la législation, ces professionnels choisissent finalement de travailler en interprofessionnalité afin de promouvoir leurs compétences respectives et allier leurs activités complémentaires.
Sommaire La complémentarité au service des acteurs du patrimoine F. Mollat du Jourdin (MJ & Cie) : "Les seuls indicateurs valables sont la transparence et l’alignement d’intérêts" Lorsque banques privées, MFO et CGP collaborent, le client gagne
Un petit quiz avant l'été ?

Un petit quiz avant l'été ?

Le conseil de la rédaction pour des vacances sereines et reposantes ? Vérifier que l'actualité des six derniers mois est bien maîtrisée. À vous de jou...

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Les professionnels de la gestion de patrimoine face à la réforme du label ISR

Le nouveau comité du label investissement socialement responsable (ISR), présidé par Michèle Pappalardo, travaille à sa modernisation. Les grandes lig...

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

Lanceurs d’alerte : 9 États européens sur 27 sont en règle

La directive sur la protection des lanceurs d'alerte imposait comme date butoir de transposition par les États de l’Union européenne le 17 décembre 20...

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Quels sont les sujets incontournables de l’été pour les DPO ?

Jérôme Deroulez, associé fondateur du cabinet Deroulez Avocats, revient pour Décideurs Juridiques sur les thèmes qui devraient occuper les délégués à...

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Le réseau d’audit GMBA se dote d’un cabinet d’avocats

Les six professionnels du cabinet Nosten Avocats ont rejoint en mai dernier le cabinet d’experts comptables GMBA, formalisant ainsi une collaboration...

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Une gouvernance paritaire pour l’AFJE

Incarner la diversité des juristes d’entreprise pour mieux répondre aux défis du métier. C’est l’objectif que l’Association française des juristes d’e...

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Oui, investir dans le Bitcoin peut être une bonne idée

Longtemps mal vues des régulateurs car jugées trop volatiles, les monnaies virtuelles convainquent de plus en plus largement les investisseurs en quêt...

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Brune Poirson (Accor) : "Le dialogue avec les gestionnaires d’actifs est crucial"

Directrice du développement durable au sein du groupe hôtelier Accor et présidente du jury du Prix de la Finance verte 2022, Brune Poirson évoque la m...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message