F. Chauviré (SAP) : "La croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne "

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en France dont, notamment, le développement des offres cloud et l’engagement "Tech for Good" de l’éditeur de logiciels allemand.
Frédéric Chauviré, Directeur général de SAP France

Directeur général de SAP France depuis le début de l’année 2020, Frédéric Chauviré revient sur sa feuille de route et les grands chantiers de SAP en France dont, notamment, le développement des offres cloud et l’engagement "Tech for Good" de l’éditeur de logiciels allemand.

Décideurs. Quelle est votre feuille de route depuis votre nomination au poste de directeur général de SAP en France, en février 2020 ? 

Frédéric Chauviré. Mon premier et grand chantier est de transformer la filiale française, qui a historiquement une base software, pour développer des solutions cloud. Le deuxième objectif est d’augmenter la satisfaction clients, et dans ce domaine nous avons déjà fait progresser le NPS [l’indicateur de satisfaction client, Ndlr] de 15 points en dix-huit mois. Le troisième objectif est d’accélérer le « leadership trust » et la satisfaction des collaborateurs. Et nous sommes bien partis puisque nous avons gagné 18 points au cours des dix-huit derniers mois.  

Comment êtes-vous parvenus à augmenter de 15 points la satisfaction clients en si peu de temps ? 

Nous avons investi sur des solutions de Customer Experience Executive qui ont pour vocation d’aider nos clients à utiliser nos solutions cloud. Nous avons ainsi fait en sorte que nos consultants soient positionnés systématiquement sur tous les projets de transformation de nos clients auprès de nos partenaires intégrateurs tels que Accenture ou Capgemini, ceci pour nous assurer que nous respections les best practices dans la phase de design des solutions. L’Objectif ? Réduire la durée des projets et être au plus près du standard.  

Quelles sont aujourd’hui, dans un contexte post-Covid, les principales préoccupations IT des entreprises ? 

Il y a des différences selon les industries mais nous en retrouvons trois principales : la refonte de l’expérience clients et le e-commerce, l’amélioration de la gestion des stocks et de la supply chain, car nous constatons très souvent que les entreprises connaissent mal leur écosystème et leurs fournisseurs. Nous utilisons pour cela la solution Ariba Network qui offre une vue en étoile des fournisseurs. Leur troisième préoccupation majeure concerne les RH et plus particulièrement le développement des talents. Une problématique que nous traitons avec notre offre SAP SucessFactors.  

S’agissant du cloud, où en sont les entreprises en France selon vous ? Beaucoup parlent de « décollage de l’ERP cloud » en France depuis la crise sanitaire. Faites-vous le même constat ? Quelle est votre stratégie pour le cloud ? 

Post crise, la croissance du cloud en France est supérieure à celle de l’Allemagne. Nous avons publié le Cloud Backlog de nos solutions ERP Cloud sur le troisième trimestre qui ont augmenté de 66% sur un marché, qui, lui, enregistre environ 22% de croissance. Nous allons donc trois fois plus vite. Cela démontre une très bonne adoption de nos solutions en France et dans le monde de notre programme "Rise", lancé en janvier 2021. 

"Nos solutions ERP Cloud ont augmenté de 66% sur le 3e trimestre sur un marché, qui, lui, enregistre environ 22% de croissance. Nous allons donc trois fois plus vite"

Nous enregistrons 800 nouveaux clients sur cette solution avec 70% de clients grands comptes [en termes de revenus, Ndlr] et 30% de clients PME. Le groupe Atos ou encore Gémo, filiale du groupe Eram comptent parmi eux.  

SAP a lancé l’offre "Climate 21" pour accompagner les entreprises dans leur transition responsable. De quoi s’agit-il exactement ? 

Cette préoccupation est aujourd’hui pleinement intégrée dans la stratégie de SAP et l’Europe est en avance sur le sujet. En France et depuis février 2020, cela se traduit de manière très concrète, car la limitation de l’empreinte carbone [30% par an] fait partie des objectifs d’intéressement du groupe au même titre que la croissance du cloud et la profitabilité. Cela fait donc partie de l’ADN de SAP au niveau mondial, car nous nous sommes engagés à atteindre la neutralité carbone en 2025. Par ailleurs en France, notre flotte de véhicules de fonction comprend 70% de modèles électriques ou hybrides rechargeables et nous comptons atteindre 100% au 1er janvier 2023. 

" La limitation de l’empreinte carbone [30% par an] fait partie des objectifs d’intéressement du groupe au même titre que la croissance du cloud et la profitabilité"

L’offre Climate 21 a pour objectif d’aider les clients à mesurer leur empreinte carbone et simuler les changements potentiels qu’ils peuvent envisager. Nous avons également lancé un produit qui permet de calculer l’empreinte carbone à partir du design du produit. Notre finalité est de pouvoir proposer une comptabilité carbone intégrée dans l’ERP.  

Propos recueillis par Anne-Sophie David  

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Guide Transformation digitale et Systèmes d'information 2021

Retrouvez l'intégralité de notre édition 2021 dédiée à la transformation digitale et les SI : interviews, portraits, classements et chroniques d'experts.
Sommaire
Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Thibault Lanxade (Luminess) : "Nous basculons dans la modernité"

Imprimerie fondée en Mayenne dans les années 1900, Jouve s’est transformé pour se spécialiser entièrement dès 2020 dans la dématérialisation des donné...

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

Estelle Brachlianoff, prochaine directrice générale de Veolia

À quelques jours de la conclusion du rapprochement historique de Veolia avec Suez, le conseil d’administration de Veolia a désigné Estelle Brachlianof...

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Agroalimentaire, ces Français qui cartonnent

Le secteur agroalimentaire reste une place forte de l'économie hexagonale. Certaines entreprises, parfois peu connues du grand public, connaissent une...

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croissance"

G. Reboul (Reboul & Associés) : "Les secteurs de la technologie et de la santé sont en pleine croiss...

Cabinet à taille humaine emmené par trois associés, Reboul & Associés conseille aussi bien des grands groupes que des start-up. La boutique a par...

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Discrètes, ces entreprises contribuent à réindustrialiser la France

Enfin ! La France recrée depuis quelques années des emplois industriels. Cela est en partie lié à la croissance de groupes qui, implantés sur un march...

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Trois entreprises scandinaves méconnues qui cartonnent

Derrière des mastodontes tels que Nokia, Volvo, Saab, Spotify ou Revolut, la Scandinavie fourmille d'entreprises à très forte croissance. Parmi elles,...

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

B. Gstalder (Mister Menuiserie) : "Nous sommes le Volkswagen de la menuiserie"

Si le groupe Label existe depuis dix ans, la marque Mister Menuiserie, qui en est désormais la figure de proue, est née en 2016. Depuis, sa croissanc...

GP Bullhound révèle les tendances tech à suivre en 2022

GP Bullhound révèle les tendances tech à suivre en 2022

La banque d’affaires et de conseil britannique, GP Bullhound, publie son traditionnel classement des tendances qui agiteront le secteur du numérique e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte