F. Bôl (Swiss Life AM) : "L'immobilier va aussi subir les conséquences du choc lié à l’épidémie"

L’impact économique de la crise sanitaire et des décisions de confinement prises par le gouvernement s’annoncent « colossales ». Pour en limiter les effets sur les entreprises, les acteurs de l’immobilier se sont engagés sur plusieurs mesures. Frédéric Bôl, président du directoire de Swiss Life Asset Managers France, explique comment ses équipes comptent accompagner leurs locataires et jusqu’où elles sont prêtes à aller.
Frédéric Bôl,

L’impact économique de la crise sanitaire et des décisions de confinement prises par le gouvernement s’annoncent « colossales ». Pour en limiter les effets sur les entreprises, les acteurs de l’immobilier se sont engagés sur plusieurs mesures. Frédéric Bôl, président du directoire de Swiss Life Asset Managers France, explique comment ses équipes comptent accompagner leurs locataires et jusqu’où elles sont prêtes à aller.

Décideurs. La France, comme le reste du monde, est aujourd’hui à l’arrêt. Comment appréhendez-vous cette crise sanitaire, devenue crise économique ?

Frédéric Bôl. C’est une crise que l’on n’avait jamais connue. Celles de 1987 ou de 2008 étaient économiques ou financières. Aujourd’hui, nous sommes plongés dans une crise sanitaire. Les conséquences économiques seront colossales. C’est un véritable tsunami dont les déflagrations s’étendront a minima sur plusieurs mois. Un nombre très important d’entreprises ont fermé administrativement. Les répercutions sont aujourd’hui difficiles à évaluer. Chacun vit une situation très difficile à titre personnel, familial et professionnel sans oublier la dimension sociale. Le marché immobilier est une composante de la chaîne et va également en subir les conséquences. On le voit déjà avec les constructeurs puisque les chantiers sont stoppés. Il en est d’ailleurs de même pour les transactions. Les professionnels de l’immobilier sont, en effet, dans l’impossibilité de visiter les actifs ou de réaliser les due diligences techniques.

L’Association Française des sociétés de placements immobilier (Aspim) a appelé ses adhérents à suspendre les loyers au bénéfice des TPE et des PME lorsque cela est nécessaire. Faut-il aller plus loin ?

Pour notre part, nous accompagnerons les TPE/PME ainsi que les commerçants pour les aider à traverser cette crise. Ces derniers mois, ces entreprises avaient déjà subi la crise des gilets jaunes et les grèves. Les entreprises fermées administrativement n’ont plus de revenus sans compter celles qui subissent de plein fouet la crise dans le secteur du tourisme par exemple. Notre accompagnement se fera au cas par cas selon les situations. L’Aspim s’est engagée dans cette voie sur un consensus minimum. Chaque société de gestion est libre d’aller plus loin. Swiss Life AM France ne fermera aucune porte. Notre mission est de protéger les intérêts de nos porteurs de parts et investisseurs. Or, les intérêts des différentes parties vont converger. Nous ne souhaitons pas perdre les locataires. Cette épreuve va nous permettre de renforcer notre relation de confiance avec l’ensemble de nos parties prenantes et d’agir en tant qu’investisseur responsable. Tout le monde en sortira gagnant, y compris les investisseurs. De cette crise naîtra, je l’espère, encore davantage de solidarité.

"Notre accompagnement se fera au cas par cas selon les situations"

Comment êtes-vous organisés pour poursuivre la gestion de vos actifs immobiliers ?

Dans un premier temps, nous avons fait de la gestion de crise et communiqué auprès de nos clients et de nos partenaires sur notre plan de continuité d’activité. Sur nos trois sites, Paris, Marseille et Roubaix toutes nos équipes sont aujourd’hui en télétravail. Cette organisation fonctionne bien. Nos collaborateurs veillent à informer et rassurer les clients en toute transparence sur les conséquences de ce choc sur nos portefeuilles d’actifs. Les situations locatives sont analysées portefeuille par portefeuille et actif par actif. Les échanges avec les locataires sont continus. Nos clients institutionnels font preuve d’une grande bienveillance. Nous nous inscrivons dans une démarche d’investissement responsable. Ce positionnement que nous défendons depuis 2009 prend aujourd’hui toute sa dimension.

Anticipez-vous un ralentissement simultané de la collecte et des investissements ? Les performances de vos portefeuilles pourraient-elles s’en ressentir ?

La collecte a été légèrement ralentie. Elle n’est pas, pour l’instant, à l’arrêt. Il est cependant encore trop tôt pour en tirer des conclusions. De même nous ne constatons pas une augmentation des rachats. L’immobilier est une classe d’actifs résiliente et diversifiée. L’immobilier continue de percevoir des loyers même si des mesures d’accompagnement seront mises en œuvre. Le rendement sera-t-il amené à baisser ? Cela dépendra des sociétés de gestion et des véhicules d’investissement selon leur diversification et stratégie d’investissement.

"La collecte a été légèrement ralentie. Elle n’est pas, pour l’instant, à l’arrêt"

Des ajustements des prix de l’immobilier sont-ils à prévoir, au moins à court terme ? Des opportunités peuvent-elles apparaître pour les acteurs en capacité d’investir ?

Effectivement, lorsque l’on sortira de cette crise, il y a des chances que des opportunités soient à saisir. Certaines classes d’actifs retrouveront probablement leurs lettres de noblesse. Je pense à l’immobilier résidentiel. Il y a encore beaucoup de liquidité sur le marché et celles-ci devraient s’accroître en regard des mesures prises par les Banques Centrales et les Etats. Celui-ci devrait donc se rééquilibrer, surtout que les taux d’intérêt vont rester bas. Ces facteurs permettront d’amortir les chocs.

Un dernier mot sur le label ISR Immobilier. Souhaitez-vous faire labéliser certains de vos véhicules d’investissement ?

Nous sommes clairement engagés dans cette démarche. Cette future labellisation pourra concerner nos produits immobiliers grand public tout comme nos portefeuilles institutionnels. La crise sanitaire que nous vivons va accélérer la prise de conscience des investisseurs. Notre offre répond pleinement à ces enjeux, nous avons intégré dès 2009 l’ISR dans nos activités immobilières.

Propos recueillis par Aurélien Florin (@FlorinAurélien)

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Retrouvez les portraits des dirigeants de sociétés de gestion immobilières (SCPI et OPCI Grand Public)

Les SCPI et OPCI grand public permettent aux épargnants d'investir dans des actifs immobiliers (commerces, bureaux, habitations…) par l'intermédiaire d'une société de gestion spécialisée. Celle-ci se chargeant d’acquérir des immeubles, de les gérer et de les revendre le cas échéant. La rédaction de Décideurs Gestion d'Actifs & Patrimoine vous propose de mieux connaitre leurs dirigeants et de découvrir les portraits de vingt d'entre eux.
Sommaire Les bâtisseurs (Dirigeants de sociétés de gestion immobilières) Les visionnaires (Dirigeants de sociétés de gestion immobilières) SCPI et OPCI : une collecte toujours positive au premier semestre 2020 J-M. Peter (Sofidy) : "Les SCPI sont des véhicules adaptés pour traverser les cycles économiques" S. Fendler (Altixia) : "Il ne faut pas s’attendre à une baisse drastique des prix de l’immobilier" F. Grandvoinnet (EdR REIM) : "L'immobilier fera preuve d'une plus grande résilience" M. Bertrand (La Française REM) : "Il faut être aux côtés des locataires dans cette période" G. Brateau (BNP Paribas Banque Privée) : "L'immobilier est résilient en matière de cycle économique" G. Frapet (Primonial REIM) : "Nous confirmons notre objectif de 30 Mds€ d’actifs gérés d’ici cinq ans"

retrouvez l'intégralité du dossier L'impact du Covid-19 sur la fabrique de la ville

Des aménageurs aux utilisateurs en passant par les investisseurs, les financeurs, les conseils immobiliers et juridiques, les associations ou encore les start-up, toutes les strates de la chaîne de valeur de la fabrique de la ville sont impactées par la crise sanitaire et ses incidences économiques. Décideurs donne la parole aux acteurs de cette industrie pour recueillir leurs analyses et leurs propositions.
Sommaire C. Murciani (Acofi Gestion) : "Notre solidarité s’exprime notamment envers nos emprunteurs" L. Camilli (Clearwater International) : "Les fonds de garantie thématiques constituent une solution intéressante" C. Lamaud : "Les investisseurs comme Anaxago doivent être présents dans les bons et les mauvais moments" C. Journo-Baur (Wishibam) : "Notre solution est d’utilité publique dans cette situation de crise sanitaire" B. Heurteux (HBS-Research) : "Des associations entre start-up devront être réalisées" C. Rayssac : "Bazimo a lancé des nouveaux projets de développement pendant le confinement" A. Emery : "La RICS va poursuivre ce qui a été initié depuis un an en France" B. Fremaux (Idex) : "La crise nous a touché de manière assez disparate" C. van Appelghem (Atlante Gestion) : "Le capital investissement devra porter un regard différent sur des actions de société" B. Marzloff (Chronos) : "La pandémie a été un laboratoire formidable pour la réforme de la ville"
Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Positionnées sur les secteurs porteurs de la Santé, des Biotechs et des Medtechs, voici les 10 pépites qui montent en France et en Europe.

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte