Exporter son activité

Alors que l’économie française tourne au ralenti, les entreprises familiales doivent plus que jamais penser à leur internationalisation. Pourtant, nombreuses sont celles qui ont encore du retard en la matière.

Alors que l’économie française tourne au ralenti, les entreprises familiales doivent plus que jamais penser à leur internationalisation. Pourtant, nombreuses sont celles qui ont encore du retard en la matière.

Le constat est sans appel: les ETI françaises sont distancées sur la scène internationale et les entreprises familiales ne font pas exception. Selon une enquête de la BPIFrance réalisée en 2015, leur chiffre d’affaires moyen réalisé en dehors de l’Hexagone ne représente que 16 % de leur revenu total. Par ailleurs, 59 % des groupes familiaux français ont une activité internationale correspondant à moins de 5 % de leurs recettes totales. Face au ralentissement de l’économie française et européenne, l’internationalisation offre donc de belles opportunités. Pour en tirer profit, les moyens sont variés. Les groupes peuvent par exemple racheter une entreprise étrangère. Certes, l’opé- ration nécessite souvent un apport financier de taille, mais elle donne la possibilité de profiter d’une structure, une clientèle et un réseau sur place déjà établis. Deuxième solution, la coentreprise. Axée sur l’humain, la philosophie des groupes familiaux leur permet de construire des relations commerciales basées sur la confiance. Ainsi, les entreprises partagent les risques et leur expertise, même si les revenus sont souvent divisés par deux. À noter que la plupart des groupes familiaux qui utilisent ce système sont généralement déjà très internationalisés (76 %) car cette organisation nécessite une expertise avancée. Dernière possibilité: l’ouverture d’un nouveau bureau. Un défi conséquent puisque lourd en termes d’organisation. Néanmoins, certains considèrent cette option comme étant la plus efficace sur le long terme.

 

Distribuer avant de produire

 

C’est le cas de Charles Darbonne, P-DG de Darégal, leader mondial des plantes et herbes aromatiques surgelées: « Aujourd’hui, notre groupe réalise un chiffre d’affaires de 125 millions d’euros dont 70 % à l’international, explique-t-il. Ce qui montre à quel point l’étranger constitue une force pour nous. » Concernant la nature des filiales développées, elle varie selon le projet de l’entreprise. Cette dernière peut ainsi être destinée à produire, à distribuer ou les deux. 44 % des groupes familiaux disposent d’une filiale destinée à la distribution. Par ailleurs, une majorité de celles fortement présentes à l’international ont plutôt misé sur des filiales mixtes. Pour Charles Darbonne, ce système a permis à son groupe de s’adapter au marché local des quarante-sept pays dans lesquels il est implanté. « En effet, il était nécessaire de pouvoir produire et distribuer nos produits en fonction des attentes de nos clients sur place» explique-t-il. Cependant, sur la totalité des entreprises familiales ayant au moins une filiale à l’étranger, quatre sur cinq sont majoritairement implantées dans l’Union européenne. Une situation qui pointe un potentiel de croissance encore inexploité mais qui montre surtout à quel point la distance reste un frein.

 

Richard Trainini

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Family Business

Agiles et ambitieuses, les entreprises familiales incarnent le meilleur de l’entrepreneuriat. En matière de rentabilité, elles offrent des ratios de performance de 1 % à 2 %. Comment expliquer une telle réussite ?
Sommaire Franck Julien (Atalian) : « Des relais de croissance quand le marché français sature » Unir pour mieux régner Bertile Burel (Wonderbox) : « Pour accompagner la croissance, nous avions besoin d’un profil plus senior » Séduire la nouvelle génération Thomas Derichebourg (Derichebourg Environnement) : « Nous avons vécu la transformation d’une société familiale en multinationale Renaud Dutreil (ancien ministre) : « Une fois de plus une fiscalité trop lourde nuisait à nos intérêts » Fanny Dombre-Coste (députée) : « 185 000 entreprises devraient chaque année faire l’objet d’une cession » Sortir gagnant de la cession de son entreprise Jean-Louis Louvel (Groupe PGS) : « Il est primordial de préparer les employés »
Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Santé, Biotech & Medtech : les 10 pépites qui montent !

Positionnées sur les secteurs porteurs de la Santé, des Biotechs et des Medtechs, voici les 10 pépites qui montent en France et en Europe.

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Dassault Systèmes, le français qui fait trembler IBM

Le groupe dirigé par Bernard Charlès est le leader mondial des logiciels de simulation industrielle. Depuis quelques années, il se lance avec succès d...

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Pieter van der Does, l’amiral de la Fintech

Atteint du "virus de l’entrepreneuriat", le Néerlandais est devenu milliardaire en moins de quinze ans grâce à sa dernière création : Adyen.

Phebe Novakovic, la patriote

Phebe Novakovic, la patriote

Alors que NavalGroup est en difficulté après l'annulation du "contrat du siècle" australien, l'américain General Dynamics se porte bien. A sa tête dep...

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

La direction de Rimini Street change de dirigeante pour la région EMEA

Le fournisseur mondial de produits et services logiciels d’entreprises confie la direction de la région EMEA à Emmanuelle Hose, jusque-là directrice r...

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

ASML, l’entreprise la plus puissante (et méconnue) de l’UE

Souverain sur un marché de niche à l’importance vitale, ASML est la plus belle réussite de la tech européenne. Des entreprises telles qu’Apple, Samsun...

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

L. Comte-Arassus (GE Healthcare) : "Il n’y a pas de citadelle imprenable"

Le 15 février 2021, Laurence Comte-Arassus a été nommée General Manager de GE Healthcare pour la zone France, Belgique, Luxembourg et Afrique francoph...

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners : Le leadership, tangible et concret

C&S Partners fête ses trois ans, l’occasion de revenir sur un modèle unique, à contre-courant de ce que propose la concurrence.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte