Experts du M&A, des rémunérations en hausse

Les spécialistes des fusions-acquisitions bénéficient de la reprise des opérations financières. Si les juristes en entreprise sont les premiers concernés par une hausse de l’activité corporate/M&A/financement, les conseils tirent bien sûr leur épingle du jeu, l’avocat en M&A étant la principale demande de recrutement.

Les spécialistes des fusions-acquisitions bénéficient de la reprise des opérations financières. Si les juristes en entreprise sont les premiers concernés par une hausse de l’activité corporate/M&A/financement, les conseils tirent bien sûr leur épingle du jeu, l’avocat en M&A étant la principale demande de recrutement.

Halte aux idées reçues. Les secteurs du M&A et du financement ne sont pas forcément plus rémunérateurs que les autres (hors associés pour lesquels les rémunérations sont liées au chiffre d’affaires). « La distinction des rétrocessions au sein du même cabinet par pratique ne se fait que très rarement. Les grilles sont homogènes, que vous évoluiez en droit social, en M&A ou en contentieux, explique Ian De Bondt, directeur de Fed Legal. Ce qui fait la différence, c’est le cabinet dans lequel vous exercez. »  

Ainsi, pour avoir la fiche de paie la plus avantageuse possible, il faut intégrer les structures qui paient bien. Il s’agit soit des anglo-saxons, soit des grands cabinets français, soit des cabinets de niche qui ont pignon sur rue (lire pages suivantes). Le calcul est simple : prise en compte des taux horaires pratiqués par les cabinets, de la quantité de travail fournie et des rétrocessions d’honoraires.

Des hausses d’environ 15 %

Alors pourquoi a-t-on l’impression que les avocats (toujours hors associés) en M&A et financement sont les mieux lotis ? « Car le M&A et le financement sont l’apanage d’un certain type de structure, alors que le droit social ou le contentieux par exemple sont des pratiques que nous trouvons aussi dans des cabinets de niche spécialisés et aux taux plus réduits. Encore, une fois, au sein d’un même cabinet, faire la distinction serait périlleux, en dehors du bonus qui peut en revanche être une variable d’ajustement », précise Ian De Bondt. Néanmoins, la difficulté pour certains gros cabinets de positionner leur taux sur des pratiques non transactionnelles met à mal la pérennité de leurs départements social, IP, contentieux, etc., sauf à ce qu’ils deviennent purement supports aux opérations, indique l’expert.

Au sein de ces cabinets, les rémunérations sont en hausse. Selon Ian De Bondt, elles ont pris environ 15 % depuis janvier 2018, période à partir de laquelle la reprise des affaires a poussé les firmes à embaucher. Pour attirer les talents, les cabinets américains puis anglais, et dans la foulée français, ont augmenté leurs grilles de rémunération, tous départements confondus donc. Les profils les plus recherchés sont les collaborateurs de trois à six ans d’expérience et les associés qui dégagent du chiffre d’affaires.

Juristes M&A en entreprise

« Le “vrai” M&A (hors corporate) est une pratique de senior en entreprise. Les groupes avec une équipe M&A dédiée sont rares et optent pour des équipes resserrées de seniors, rapporte Ian De Bondt. Il faut au moins six ans d’expérience révolus pour pouvoir prétendre à ce type d’opportunité. En dessous, il sera souvent question de fait d’une activité purement corporate et/ou contrats. » Les juristes venus des cabinets d’avocats sont de plus en plus nombreux et représenteraient environ les deux tiers des recrutements. Ainsi, s’ils ont de six à douze ans d’expérience (hors responsabilités managériales), les juristes en M&A peuvent prétendre à un salaire allant de 80 000 et 130 000 euros par an.

Pour ce qui est des secteurs d’activité, on constate que l’industrie est pourvoyeuse d’offres. Mais il y a également un nouveau créneau à investir : « Les fonds d’investissement recrutent de plus en plus de juristes M&A/­private equity pour leurs opérations. En termes de rémunération, ils sont souvent dans le haut de la fourchette et se voient conférer un titre à responsabilité (secrétaire général, directeur juridique) même s’ils n’ont pas d’équipes derrière », ajoute Ian De Bondt.

Juristes en financement

La plupart du temps, ces derniers exercent dans les banques, pour le compte des clients des financières. Au sein des entreprises, ils œuvrent généralement dans les départements « marchés de capitaux ». Les juristes en financement connaissant également une bonne période pour ce qui est des rémunérations. « Il y a une croissance des salaires en entreprise, due à la fois à la tension du marché et à l’ajustement nécessaire vis-à-vis des cabinets d’avocats », souligne Ian De Bondt. Les fiches de paie des juniors démarrent à 35 000 euros par an. Tandis que les juristes en financement de six à douze ans d’expérience (sans responsabilités managériales) touchent entre 80 000 et 130 000 euros par an. Les bonus sont également à prendre en compte mais dépendent du secteur et de la taille du groupe. Les banques sont, par exemple, connues pour être généreuses en la matière.

Olivia Vignaud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Professions du droit : enquête sur les rémunérations édition 2019

Directeurs juridiques, juristes, compliance officers, avocats ou fiscalistes... quelle rémunération pour quel mode d'exercice du droit ? Décideurs publie la nouvelle édition de sa grande enquête : grilles de salaire, courbes de croissance, éléments de comparaison, analyse du marché de l'emploi et décryptages.
Sommaire Êtes-vous payé à votre juste valeur ? Droit en entreprise : quels salaires ? Fiscalité, une spécialité payante Droit social : tout dépend de la structure d'exercice Avocats, quel modèle de cabinet pour quelle rémunération ? Français vs Anglo-saxons : le poids du droit Business development : une fonction incontournable pour les avocats À robe égale, rémunération égale Collaboration libérale : le casse-tête de la clientèle personnelle
M.Le Brignonen (Tracfin) : "La France a un dispositif anti-blanchiment à faire valoir"

M.Le Brignonen (Tracfin) : "La France a un dispositif anti-blanchiment à faire valoir"

Directrice de Tracfin depuis le mois de juillet 2019, Maryvonne Le Brignonen a pris ses nouvelles fonctions à un moment stratégique : celui de la prép...

Promotions chez FTPA

Promotions chez FTPA

Le cabinet d’avocats FTPA élève au rang de counsels 4 de ses avocats : Hélène Huet, Romain Lantourne, Pierre Lumeau et Emma Pinar Turgut.

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

W. Sels (HSBC) : "La Chine anticipe une réduction du taux de référence de la banque centrale"

Les investisseurs doivent-ils céder à la panique face au risque de pandémie mondiale ? Chief Market Strategist pour la Banque privée HSBC Monde, Wille...

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

S.Roux De Bézieux (Fondation de la Mer) : "Il est miraculeux d’avoir des philanthropes en France"

Aujourd’hui, 8 millions de tonnes de plastique sont déversés dans la mer chaque année. Sabine Roux de Bézieux, présidente de la Fondation de la mer, s...

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

M-C.Dalloz (Députée LR) : "Taxer l'immobilier n'est pas la meilleure option"

Marie-Chistine Dalloz, députée LR du Jura et secrétaire de la commission des Finances revient sur la politique fiscale administrée par Emmanuel Macron...

Galembert Avocats promeut et recrute

Galembert Avocats promeut et recrute

Le cabinet Galembert Avocats renforce son équipe avec la promotion de Florence Portal au rang de counsel et l’arrivée d’un nouveau collaborateur, Pier...

Pascal Faure (INPI) : "Avec la loi Pacte, nous avons franchi un cap"

Pascal Faure (INPI) : "Avec la loi Pacte, nous avons franchi un cap"

Ancien directeur général des entreprises (DGE) à Bercy, Pascal Faure a participé activement à la rédaction de la deuxième partie de la loi Pacte qui s...

Docucert : une nouvelle solution pour la protection des créations

Docucert : une nouvelle solution pour la protection des créations

La société de conseil en stratégie digitale Opportunity lance sur le marché une solution de protection des créations : Docucert.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message