Gestion d'actifs : et si la passivité avait du bon ?

Faire son choix parmi une liste infinie et mouvante de gérants : récit d’une longue quête pour tout investisseur, d’autant plus frustrante que la performance qui en découle tient autant de la chance que d’une science exacte !
Ivesta

Faire son choix parmi une liste infinie et mouvante de gérants : récit d’une longue quête pour tout investisseur, d’autant plus frustrante que la performance qui en découle tient autant de la chance que d’une science exacte !

Choisir les bonnes valeurs et identifier le meilleur point d’entrée : voilà la recette assurée d’une très bonne performance. Mauvaise nouvelle, beaucoup d’appelés, peu d’élus. Si certains gérants parviennent à afficher de très belles performances, de sérieuses études1 décrivent une tendance sur le long terme bien moins avantageuse ; près de 80% des fonds gérés activement offrent des performances moins bonnes que celles de leurs indices de référence (benchmark) au-delà de 5 ans et cela ne s’améliore pas quand l’on considère des périodes plus longues : « Plus c’est long, moins c’est bon ! ».

Si l’on ajoute à cela les frais de gestion qui rendent plus faible encore la probabilité de battre son benchmark, est-il alors raisonnable de continuer cette quête infructueuse ? L’écart de performance est loin d’être neutre, sur les dix dernières années les fonds actions globaux affichent en effet une performance annuelle de 7 % quand celle de leurs benchmarks atteint 11 % par an..2

Nous pensons que le conseil le plus avisé pour ceux qui veulent investir à long terme consiste à choisir la stratégie qui ne perd jamais contre le marché. C’est pourquoi nous recommandons la gestion passive, stratégie de gestion qui vise à répliquer le plus fidèlement possible (via des trackers) la performance des indices qui servent de référence à tous les gérants. Ce choix est dicté par notre impérieuse volonté de simplicité et d’efficacité pour nos clients.

Les grands investisseurs mondiaux ont déjà fait le choix de la gestion passive

Les adeptes de la gestion passive ont pour conforter leur décision de solides ambassadeurs ; parmi les plus anciens, les fonds de dotation dits ‘endowment’ des universités américaines (Yale, Stanford…),  lesquels ont souvent été précurseurs de bonnes pratiques d’allocation d’actifs avec les fonds de pension américains. Depuis de nombreuses années, ces mastodontes gèrent  plusieurs  centaines de milliards de dollars avec des stratégies long terme calquées sur les indices. Ils ont été suivis par les fonds souverains et d’autres gros investisseurs institutionnels européens. 

"Battre le marché ? Beaucoup d’appelés, peu d’élus"

Ces investisseurs rationnels optent pour des solutions efficaces afin de répondre à leur objectif de  performance long terme, à savoir s’exposer à la performance attendue du marché avec un minimum de frais et une liquidité maximale ; difficile de faire plus simple ! La simplicité n’est-elle pas en réalité l’ultime sophistication ? La gestion passive constituée à base de trackers est parfaitement adaptée à la stratégie patrimoniale de long terme des clients d’iVESTA et dénote parmi les propositions de solutions d’investissement toujours plus complexes et  onéreuses offertes à ces derniers.

Notre rôle consiste à conseiller en réalité le  support d’investissement qui réponde le mieux à l’horizon de temps et l’objectif de performance de nos clients. Surtout quand le différentiel de performance entre la gestion passive et la gestion active atteint 3 % par an, soit un écart de plus de 30 % sur 10 ans…!

Notre mission : remonter  la chaîne de valeur sans biais ni conflit d’intérêts

Selon notre méthodologie, nous recommandons une certaine exposition aux marchés financiers à long terme, aux côtés d’autres types d’investissements afin de répondre aux objectifs de performance de nos clients. En proposant à nos clients d’investir dans des trackers à faible coût pour leur exposition aux marchés financiers, nous remplissons totalement notre engagement, à savoir trouver les meilleures options pour leur patrimoine, sans préjugés ni biais et surtout sans aucun conflit d’intérêts.

"Notre modèle de rémunération nous permet d’avoir une totale indépendance de jugement"

La clarté et la transparence de ces trackers correspondent parfaitement à notre volonté de leur permettre de (re)prendre le contrôle sur leurs décisions et leur patrimoine. Notre modèle de rémunération nous permet d’avoir une totale indépendance de jugement, que ce soit pour les sujets patrimoniaux ou financiers : nous pouvons apporter ainsi une réflexion, des solutions et une mise en œuvre complètement impartiales. Cela procure à nos clients un véritable confort décisionnel et une capacité à remonter la chaîne de valeur.

Nous souhaitons leur proposer dans tous les segments le meilleur vecteur pour accéder aux investissements : tous les choix sont possibles, du plus simple au plus complexe, du club deal avec une stratégie impact très ciblée aux  trackers permettant une exposition aux plus grandes actions mondiales, de la start-up innovante aux fonds de private equity les plus prestigieux. C’est une véritable liberté que de s’affranchir des préjugés et des contraintes trop souvent liées à des conflits d’intérêts de rémunération.

En proposant la gestion passive à nos clients, nous ne faisons que tenir notre promesse : chercher à maximiser leur performance en explorant toutes les possibilités sans se cantonner aux offres sophistiquées déjà packagées, optimiser leurs frais et, enfin, préserver leur indépendance et leur capacité à piloter leur patrimoine. Finalement, inclure la gestion passive c’est faire le choix de l’efficacité. 

1 Voir http://www.spglobal.com/spdji/en/research-insights/spiva

2  Etude SPIVA Mid Year 2020 : https://www.spglobal.com/spdji/en/spiva/article/spiva-europe 

LES POINTS CLÉS

- Sur le long terme, 80% des fonds gérés activement sous-performent les indices de marché selon l’étude Spiva.

- L’écart de performance peut devenir significatif au bout de quelques années : 3% d’écart par an représentent un retard de plus de 30% au bout de 10 ans.    

- À l’instar des plus gros acteurs institutionnels, nous sommes convaincus que la gestion passive est une stratégie incontournable pour les portefeuilles long terme de nos clients entrepreneurs. 
 

Rémi Douchet, Cofondateur

SUR L’AUTEUR

IVESTA Family Office a été créée  pour accompagner ceux qui veulent  être entrepreneurs de leur patrimoine.  Forte d’une équipe de 25 professionnels,  IVESTA conseille plus de 40 entrepreneurs  pour environ 2 milliards d’euros d’actifs.  Pour garantir son indépendance financière  et assurer un alignement d’intérêts constant,  30 clients sont venus rejoindre le capital en 2019, permettant la création d’une offre unique  de comex patrimonial pour ses clients.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

E. Leroy (Artcurial) : "Acheter Tintin ou Astérix, c’est comme acheter du Van Gogh ou du Picasso"

Avec son côté "madeleine de Proust", la bande dessinée attire de plus en plus de collectionneurs bien décidés à faire rimer plaisir avec investissemen...

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

MLCP Avocat, nouvelle enseigne spécialisée en fiscalité du patrimoine

Avec l’ambition de créer une nouvelle marque sur la place parisienne, Melissa Pun lance MLCP Avocat, un cabinet consacré à la fiscalité patrimoniale d...

Scalefast nomme son directeur juridique

Scalefast nomme son directeur juridique

Après plus de quinze années passées à la tête de la pratique propriété intellectuelle de Dentons à Paris, David Masson rejoint Scalefast en qualité de...

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Nouveau référent déontologue pour l’Autorité de la concurrence

Magistrat de carrière, Ivan Luben est nommé référent déontologue de l’Autorité de la concurrence (ADLC). Il aura pour mission de conseiller les agents...

DWF accueille deux nouveaux associés

DWF accueille deux nouveaux associés

Nicole Coutrelis et Pierre-Nicolas Sanzey rejoignent le bureau parisien de cabinet DWF.

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

Nicolas Brooke devient directeur de l'éthique de Crédit agricole CIB

L’ancien directeur juridique du contentieux de la Société générale, Nicolas Brooke, quitte Signature Litigation pour retourner en banque, cette fois c...

Harvest et Quantalys se rapprochent

Harvest et Quantalys se rapprochent

L’expert tech de la gestion patrimoniale et financière, le groupe Harvest, annonce l’acquisition de l’un des leaders en Europe des données financières...

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank lève 13 millions d’euros

Memo Bank, première banque indépendante créée en France depuis cinquante ans, a clôturé sa troisième levée de fonds complémentaire auprès de Serena Ca...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte