EssilorLuxottica voit les choses en grand

Ils se sont dit oui. Depuis octobre, Essilor et Luxoticca font maison commune pour devenir leader mondial de l’optique. Au sein de la direction, la parité entre Français et Italiens est respectée.

Ils se sont dit oui. Depuis octobre, Essilor et Luxoticca font maison commune pour devenir leader mondial de l’optique. Au sein de la direction, la parité entre Français et Italiens est respectée.

16 janvier 2017. Hubert Sagnières, PDG d’Essilor et Leonardo Del Vecchio, son homologue de Luxoticca, font une annonce officielle : leurs groupes vont se marier. Un coup de tonnerre sur le marché de l’optique puisque la fusion, effective depuis octobre 2018, donne naissance au leader mondial de l’optique.

Conception, fabrication, distribution des verres et des montures : le groupe, désormais baptisé EssilorLuxottica, contrôle la totalité des étapes. Il détient également vingt marques sous licence ou en propriété totale. Parmi les plus connues : Prada, Armani, Versace, Dolce Gabbana, Ray-Ban ou Oakley.

Le groupe pèse 15% du marché mondial de l’optique et compte 150 000 salariés pour une capitalisation boursière de 50 milliards de dollars et un Ebitda de 3,5 milliards de dollars. Le chiffre d’affaires s’élève pour sa part à 16 milliards de dollars.

La direction de la nouvelle entité compte d’ailleurs l’augmenter à moyen terme, notamment grâce à des synergies. Elles devraient à elles seules rapporter entre 220 millions d’euros et 300 millions d’euros par an, notamment grâce à l’optimisation de la production, de la logistique ainsi que d’économie sur les frais généraux et les achats.

Pour en arriver à ce résultat, l’attelage franco-italien a été contraint de montrer patte blanche à une vingtaine d’autorités de régulation qui pouvaient légitimement craindre que le nouveau groupe soit si puissant qu’il porte atteinte à la concurrence et se trouve en situation de monopole. Le 1er mars 2018, la Commission européenne a donné son feu vert. Après avoir consulté 4 000 opticiens, Margrethe Vestager, commissaire européen à la Concurrence a conclu que le nouveau groupe « ne deviendra pas assez puissant pour porter préjudice à la concurrence. L’entité ne sera pas en mesure d’utiliser sa puissance sur le marché des lunettes de soleil pour évincer du marché les producteurs de verres concurrents. » Aux États-Unis, la Commission fédérale du commerce est parvenue à la même conclusion.

Réussir une fusion entre deux multinationales n’a rien de simple. Pour la mener à bien, Delfin, principal actionnaire de la firme italienne, a apporté la totalité de sa participation (62,42%) à Essilor en échange d’actions émises sur la base d’une parité d’échange de 0,461 action Essilor pour un titre Luxoticca.

Désormais, le capital d’EssilorLuxottica est composé de 358 840 853 actions. Ses principaux actionnaires sont Delfin (38,93 % du capital, avec des droits de vote plafonnés à 31 %) et les employés d`EssilorLuxottica (4,9 %). Le reste du capital social (56,8 %) est détenu par le public.Depuis le 2 octobre 2018, les actions EssilorLuxoticca sont cotées sur le marché Euronext Paris. Elles feront partie des indices CAC40 EuroStoxx 50.

Côté gouvernance, le siège social est basé à Charenton-le-Pont en banlieue parisienne. Son conseil d’administration composé de 16 membres respecte une parité entre Française et Italiens. Hubert Sagnières devient vice-président-directeur-général-délégué. Leonardo Del Vecchio prend le titre de P-DG. Un couronnement pour un homme qui est entré dans la vie professionnelle à 14 ans comme apprenti dans une usine de lunettes.

Lucas Jakubowicz

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Deals de l'année : les 10 opérations les plus marquantes de 2018

L'année 2018 restera un millésime d'exception en matière de M&A et au niveau mondial. En un an, les opérations de fusions-acquisitions se sont envolées de 22,3 % en valeur pour atteindre 2 720 milliards de dollars. Nous en avons sélectionné dix, celles dont on se souviendra probablement dans quelques années.
Sommaire Goldman Sachs rentre dans le jeu de Voodoo pour 200 M$ Delachaux : le private equity a le dernier mot ! Spotify triomphe sur le Nasdaq Unibail-Rodamco-Westfield : le retail a un nouveau leader Idex souffle le froid et le chaud Safran décolle enfin avec Zodiac Sanofi et Bioverativ, un deal sans effusion de sang IKKS fait peau neuve Disney étend son empire
La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Le dropshipping, entre bon plans et arnaques

Souvent relayés par les influenceurs sur leurs réseaux sociaux, les sites de revente de type "dropshipping" pullulent sur la toile... et les arnaques...

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

S. Golshani (White & Case) : "Nous sommes intervenus sur les deux premiers Spac français"

Le bureau parisien de White & Case a développé au cours de ces dernières années une expertise de pointe sur les opérations complexes. Du LBO large...

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Dominique Senequier, la grande dame du non-coté

Depuis plus de vingt ans à la tête d’Ardian, société d’investissement numéro un en Europe, Dominique Senequier est devenue une figure incontournable e...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte