Éric Dupond-Moretti : un homme en colère au ministère de la Justice

Réputé pour ses plaidoiries tonitruantes, ses acquittements à l’arrachée, ses coups de gueule et son indiscutable talent, le pénaliste Éric Dupond-Moretti fait trembler les prétoires et ses adversaires depuis plus de trente ans. Nommé garde des Sceaux à la suite de Nicole Belloubet, l’avocat star devra désormais imposer son verbe haut et sa large stature au ministère de la Justice.

Réputé pour ses plaidoiries tonitruantes, ses acquittements à l’arrachée, ses coups de gueule et son indiscutable talent, le pénaliste Éric Dupond-Moretti fait trembler les prétoires et ses adversaires depuis plus de trente ans. Nommé garde des Sceaux à la suite de Nicole Belloubet, l’avocat star devra désormais imposer son verbe haut et sa large stature au ministère de la Justice.

Il est l’homme des affaires ultra-médiatisées, celui des coups de gueule et des formules choc. Il est aussi celui des coups de théâtre à la barre, des retournements spectaculaires et des acquittements obtenus à l’arraché… Depuis plus de trente ans, Éric Dupond-Moretti, avocat de légende défend des clients à haute visibilité médiatique (Jérôme Kerviel, Bernard Tapie, Jérôme Cahuzac ou encore, tout récemment, Patrick Balkany) et fait trembler les prétoires et ses adversaires. Sévère et talentueux, craint et respecté, le ténor star est désormais, à la faveur du remaniement ministériel, le tout nouveau ministre de la justice du gouvernement Castex.

Pénaliste de légende

Un poste à la mesure de ce pénaliste de légende qui pourtant, il y a encore peu, ne mâchait pas ses mots envers une institution qui, estimait-il, se devait de rendre publiques "d’urgence les sanctions aux manquements". Dans une tribune parue dans le Journal du dimanche et cosignée avec le député LREM Florian Bachelier, le tout nouveau garde des Sceaux vilipendait  récemment les dérapages policiers : "La police républicaine ne doit, ne peut être raciste, assénait-il. Oui, un policier qui se rend coupable d’un acte raciste doit se voir retirer immédiatement son uniforme. C’est la seule condition pour que les filles et fils de France qui ont fait le choix de porter l’uniforme de la République soient respectés, la loi appliquée, la paix civile assurée."

Dans la même veine, le 26 juin dernier, l’avocat star alertait sur l’existence d’une "République des Juges" et sur le "grand danger" que celle-ci représentait "pour la démocratie". Plus précisément, il étrillait "une clique de juges qui s’autorisent tout" avant de tonner sur l’antenne de France Info "On est chez les dingues".

"Barbouzarde"

La cause de cette nouvelle colère à haute portée médiatique : les révélations du Point affirmant qu’en 2014 le parquet national financier avait demandé à des enquêteurs d’éplucher les relevés téléphoniques de plusieurs avocats susceptibles d’avoir alerté Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog, son avocat, qu’ils avaient été placés sur écoute dans le cadre de l’affaire Paul Bismuth. Parmi ces avocats soupçonnés d’être "la taupe" : Éric Dupond-Moretti.

Pour l’homme dont la stature de colosse et les sourcils perpétuellement froncés alimentent depuis des décennies la légende de terreur des prétoires, l’affaire est inacceptable. Et il ne se prive pas de le faire savoir. "C’est du jamais vu dans une enquête secrète que je qualifie de barbouzarde !" assène-t-il avant de s’emporter : "Mais en vertu de quoi on vient chercher mes fadettes ? C’est-à-dire que si demain, le parquet national financier décide de fouiller dans votre téléphone, on vous répond qu’il n’y a rien d’illégal. On est dans la dérive la plus totale."

Indépendance et impartialité

Dans la ligne de mire du pénaliste : "une clique de juges qui, je le dis depuis dix ans, sont les gardiens autoproclamés de la morale publique et qui s’autorisent tout, au nom de l’indépendance ; L’indépendance, c’est magnifique, mais il faut qu’elle soit servie par l’impartialité », lâchait-il avant de tempérer le propos en concédant : "Il y'a de très grands juges dans ce pays, mais il y a quelques juges qui dérapent et dérivent complétement et je pense qu'il est temps de les remettre là où ils doivent être." À voir si le pénaliste à qui l’habitude des victoires accumulées aura valu le surnom d’"Acquittator" parviendra à s’emparer avec le talent de ce nouveau rôle pour rétablir les équilibres mais aussi à ramener la sérénité au sein d’un secteur aujourd’hui en quête d’apaisement. 

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Remaniement, ce qu'il faut retenir

Ligne politique, personnalité des nouveaux entrants et du nouveau premier ministre... Retrouvez notre dossier spécial remaniement ministériel.
Sommaire Jean Castex, premier ministre du nouveau chemin Voici la composition du gouvernement Castex Gérald Darmanin, l'aventure "Intérieur" Roselyne Bachelot, une culture politique L’ascension d'Amélie de Montchalin Barbara Pompili, une écologiste réformiste Élisabeth Borne succède à Muriel Pénicaud au ministère du Travail Coralie Dubost (députée LREM) : "le nouveau gouvernement est plutôt gaulliste social" Brigitte Klinkert, ministre de l'Insertion par temps de crise
Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Hidalgo 2022, quelles sont ses chances ?

Puisqu’aucun présidentiable ne se dégage au PS et chez EELV, la maire de Paris semble de plus en plus décidée à se lancer dans la course. Une initiati...

Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Tribune. Le Brexit a-t-il sauvé l’UE ?

Le départ du Royaume-Uni renforce le poids du moteur franco-allemand et devrait permettre à l'UE de sortir plus forte de la crise sanitaire estime Syl...

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Politique étrangère : ce que prépare Joe Biden

Retour au multilatéralisme, changement de pied en matière de politique environnementale, priorité toujours accordée à la zone Asie-Pacifique au détrim...

Républicains : touchés mais pas coulés

Républicains : touchés mais pas coulés

Malgré la victoire de Joe Biden, tout n’est pas noir pour les républicains. Donald Trump laisse un héritage sur lequel son parti pourra bâtir des fond...

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Joe Biden, qui sont les hommes du président ?

Janet Yellen, Antony Blinken, Tef Kaufman, Ron Klain...Le successeur de Donald Trump peut se reposer sur une équipe compétente qui maîtrise les dossie...

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

A.Mendel : "Les républicains garderont la plupart des idées de Trump, pas son attitude"

Journaliste et auteur, Alexandre Mendel a sillonné pendant plusieurs mois l’Amérique qui vote Trump. Il se penche sur l’avenir de l’ancien président e...

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Infographie. Vaccin contre le coronavirus, où en est la France ?

Après quelques semaines, il est temps de tirer un premier bilan des stratégies de vaccination contre la Covid-19. Qui sont les bons élèves ? Où se sit...

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Gilles Savary : "Politiquement, Territoires de progrès commence à peser"

Le mouvement souhaite défendre la social-démocratie française, tout en soutenant l’action du président de la République. Son délégué général, Gilles S...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte