Entretien avec Tristan Savin, rédacteur en chef, Long Cours

« Face à la pression d’Internet, un business model de presse ne peut plus reposer sur la publicité. »

« Face à la pression d’Internet, un business model de presse ne peut plus reposer sur la publicité. »

Décideurs. Comment avez-vous été amené ? créer la revue Long Cours en août dernier ? Pourquoi avoir choisi le modèle du mook ?
Tristan Savin.
Le groupe Express-Roularta réfléchissait à de nouveaux supports de presse qui s’éloignent du schéma traditionnel. Depuis trois ans, il pensait à créer un mook [contraction entre « magazine » et « book », revue trimestrielle], traitant de sujets de société. Mais la multiplication des mooks sur ce thème l’a convaincu de se distinguer et le thème de l’évasion et du voyage a finalement été retenu. C’est à ce moment qu’il a fait appel à moi, puisque j’avais une expérience du voyage et des contacts dans le monde littéraire, tandis que j’évoluais au sein du groupe L’Express depuis quelques années. Quant aux mooks, ils permettent d’intégrer deux niveaux de diffusion (kiosque et librairie).

Décideurs. Comment la rédaction de Long Cours s’organise-t-elle ?
T. S. La revue fonctionne en fait comme un laboratoire : elle n’a pas d’équipe de rédaction fixe, tout au plus une équipe de pigistes. C’est également à la fois une revue de presse et d’édition.

Décideurs. Etes-vous plus proche du style photojournalisme ou du style romanesque et littéraire ?
T. S. Nous sommes une revue hybride qui s’intéresse à plusieurs modes d’expression : récits graphiques, récits littéraires, illustrations, reportages, photoreportages… L’important est de parvenir à un bon équilibre entre textes et illustrations. Les lecteurs et les libraires semblent apprécier notre dosage, ce qui nous conforte dans les choix que nous avons faits jusqu’à maintenant.

Décideurs. La presse française traverse actuellement une crise importante. Comment se positionne Long Cours dans cet environnement hostile ?
T. S. Long Cours se situe quelque peu en dehors de tous ces problèmes, notamment parce que nous n’avons pas recours à la publicité. La revue coûte quinze euros mais les lecteurs sont familiers avec l’idée que ce prix se justifie quand on cherche une information haut de gamme. Ils sont souvent déçus par les médias traditionnels, qui n’ont plus le temps de prendre de recul. Les lecteurs apprécient que des journaux prennent le temps nécessaire pour produire des enquêtes et mener de vrais reportages qui ont aussi un coût.

Décideurs. Avez-vous un parti pris contre la publicité ?
T. S. Pas du tout ! Il a simplement été prouvé que face à la pression d’Internet, on ne pouvait plus compter sur un business model reposant sur la publicité. Les revenus continuent de s’effondrer tandis que les jeunes n’achètent plus de journaux et peuvent consulter à loisir les sites online des grands médias. Le problème, c’est que sur le Web la plupart des sites se reprennent les uns les autres sans vérifier l’information. Cependant, XXI a montré que les jeunes peuvent s’intéresser à des articles de fond, pour peu qu’ils apportent quelque chose que ne permet pas le Net. Le choix de ne pas faire appel à la publicité vient tout simplement du fait que personne ne trouverait normal que des revues contenant de la publicité soient vendues en librairie.

Décideurs. Le nombre de mooks a décollé en France depuis quelques années. Que vous inspire la réussite de ce modèle ?
T. S. Il y a incontestablement un effet de mode autour des mooks en ce moment, mais les succès de certains d’entre eux me semblent durables. Ils ont déjà trouvé leur place et leur public. Express-Roularta considère tout à fait ces nouveaux supports comme un avenir possible de la presse : ils permettent de revenir au métier de base des journalistes en faisant de l’investigation et du reportage.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

PayFit lève 70 millions d’euros pour doubler de taille en 2020

PayFit lève 70 millions d’euros pour doubler de taille en 2020

La start-up qui digitalise et simplifie la gestion de paie et des RH frappe un grand coup avec l’une des plus grosses levées de fonds de l’histoire de...

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

N. Boudot (Softbank Robotics) : "Nous avons diffusé 25 000 robots dans le monde"

Le géant japonais de la téléphonie mobile Softbank mène depuis plusieurs années une stratégie d’investissement frénétique dans les nouvelles technolog...

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

A. Gressier (La Redoute) : "Une transformation digitale, ce n’est jamais terminé"

Le groupe a réussi, in extremis, son come-back en accélérant à partir de 2014 sa transformation digitale. Le géant de Roubaix, s'est recentré sur le e...

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

C. Orlhac (Aurep) : "Nous sommes très fiers de notre partenariat avec l’AFFO"

Structurée autour d’une équipe pédagogique d’une soixantaine de personnes, l’Aurep dispense depuis 25 ans des formations en gestion de patrimoine dans...

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

S. Genet (Carat Capital) : "La croissance externe n’est pas exclue"

Positionnement de son cabinet de gestion de patrimoine, attente de sa clientèle, montée en puissance du private equity, importance du groupement de la...

Le management de transition, avenir du directeur financier

Le management de transition, avenir du directeur financier

Ces dix dernières années, le management de transition a séduit de plus en plus de dirigeants. Cette évolution, liée au changement du marché du travail...

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

Cloud : Google renforce son offre avec le rachat de Looker

La transaction, d’une valeur de 2,6 MD$, est le quatrième plus gros coup de l’histoire du géant de Mountain View sur le terrain du M&A.

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

L.Martinez (Alstom) : "D’ici trois ou quatre ans, un certain nombre de processus seront automatisés"

Laurent Martinez a pris ses fonctions de directeur financier d’Alstom le 1er juillet 2018 après une carrière chez Airbus, alors que le projet de fusio...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message