Entretien avec Pierre Lamblin, directeur du département études et recherches, Apec

« Ne soyons pas alarmistes : le marché français de l’emploi cadre reste attractif »

« Ne soyons pas alarmistes : le marché français de l’emploi cadre reste attractif »

Décideurs. Quel bilan tirez-vous de votre baromètre annuel pour 2011?

Pierre Lamblin. L’année 2010 a été marquée par le redressement du marché de l’emploi cadre, avec davantage de cadres augmentés et des augmentations plus élevées par rapport à 2009.
En 2010, 48 % des cadres ont bénéficié d’une augmentation. Cela signifie aussi que le salaire d’un cadre sur deux n’a pas évolué. L’augmentation individuelle médiane était de 3 % et la générale de 1,5 %. Alors que 2009 était une année noire, 2010 a permis de cicatriser les blessures.
Pour 2011, les prévisions sont bonnes, les entreprises prévoient des augmentations plus élevées par rapport à 2010. Quant à 2012, il est très difficile et périlleux de faire des prédictions. La situation pourrait se dégrader rapidement si les entreprises venaient à rencontrer des difficultés pour financer leurs investissements, moteur principal des recrutements. La marge de manœuvre des entreprises serait alors très étroite, notamment en matière de politique salariale, comme cela s’est produit en 2009.

Décideurs. Malgré l’amélioration de la conjoncture, on constate une hausse de l’inflation qui entraîne une baisse du pouvoir d’achat pour les cadres. Quels leviers existe-t-il pour atténuer cette tendance ?

P. L.
Les entreprises sont toutes confrontées aux mêmes problématiques telles que la recherche de gains de productivité par exemple. Il n’est pas facile de compenser la perte de pouvoir d’achat. La marge de manœuvre des managers est ainsi très limitée pour distribuer les augmentations le plus justement possible. D’autres leviers en matière de reconnaissance sont aussi à leur disposition : la prise d’initiatives, les encouragements de la hiérarchie, le développement de compétences, la formation ou l’évolution interne. Cette dernière offre de réelles opportunités en matière d’augmentation de salaire. Soulignons que les cadres sont fortement en attente de reconnaissance autre que salariale.


Décideurs. Peut-on imaginer un nouveau package de rémunération plus attractif pour les cadres dans les années à venir ?

P. L.
La tendance de fond se confirme : nous assistons à une individualisation des salaires au profit du collectif. Le package de rémunération est toujours plus complexe, avec une large palette de dispositifs, pour récompenser les cadres les plus talentueux, et in fine, les fidéliser. Spécifiquement, les cadres à haut potentiel sont ceux qui en bénéficient le plus. Pour se démarquer, et pouvoir attirer les compétences et les talents dont elle a besoin, une entreprise peut rechercher aussi des solutions innovantes, par exemple en mutualisant certains dispositifs entre plusieurs PME.
La rémunération passe également de plus en plus par des avantages en nature, comme une voiture de fonction par exemple. Enfin, l’intéressement et la participation concernent un tiers des cadres. C’est une tendance plane.

Décideurs. En matière de salaire, l’heure est-elle à l’optimisme ?

P. L. Les cadres sont les mieux lotis du marché. Leur taux de chômage est plus de deux fois inférieur au taux général. Les salaires à l’embauche ont aussi légèrement progressé, ils n’ont pas connu de baisse en 2009, contrairement au retournement conjoncturel précédent de 2002/2003.


Décideurs. Que constatez-vous sur le marché du recrutement des cadres et comment le voyez-vous évoluer ?

P. L. 2011 sera une très bonne année en la matière, meilleure que 2010. L’Apec a revu récemment à la hausse les prévisions de recrutement de cadres. Certains secteurs sont particulièrement sur une bonne dynamique, comme les activités informatiques, l’industrie, les banques et assurances, le conseil en ingénierie.


Décideurs. La sortie de crise est-elle terminée ?

P. L.
Tout dépend de ce que l’on entend par « crise ». Pour l’emploi des cadres, la sortie de crise s’est faite en 2010, le marché s’est redressé. Cependant, 2011 est marquée par la rigueur budgétaire, la crise des dettes souveraines, etc., et on ne connaît pas encore les répercutions possibles sur le marché de l’emploi. Notons que les grandes entreprises, qui sont les premiers recruteurs de cadres en volume, continuent à diffuser un nombre important d’offres d’emploi cadre et à recruter. Si la conjoncture venait à nouveau à se retourner, les jeunes diplômés seraient les premiers affectés, comme cela a été le cas en 2009.


Décideurs.
Le marché français de l’emploi reste-t-il attractif pour les cadres ?

P. L. Aujourd’hui ne soyons pas alarmistes. Le marché français de l’emploi cadre reste attractif. En Europe, c’est le deuxième marché derrière le Royaume-Uni. Les jeunes diplômés français sont les mieux lotis et les plus prisés. Jusqu’à présent, les investissements des entreprises restent soutenus, notamment dans les secteurs d’innovation, ce qui soutient les recrutements. Dans un climat d’incertitude, malgré les aléas qui pèsent, l’heure reste à l’optimisme pour les cadres.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

N. Bruneteaux : "L’intéressement au quadrimestre est un outil managérial et social"

N. Bruneteaux : "L’intéressement au quadrimestre est un outil managérial et social"

Le groupe VELUX est certainement plus connu pour la fenêtre de toit associée à son nom que pour sa politique de rémunération. Nicolas Bruneteaux, dire...

J.P. Charlez (ANDRH) : "Redonnons de l'utilité et de l'estime aux seniors"

J.P. Charlez (ANDRH) : "Redonnons de l'utilité et de l'estime aux seniors"

Si les DRH jugent la réforme des retraites de bon sens, ils s’inquiètent des conséquences qu’elle aura au sein de leur entreprise, notamment sur l’all...

Institut de l'engagement, l'entreprise de la seconde chance

Institut de l'engagement, l'entreprise de la seconde chance

A des jeunes en difficulté sélectionnés et accompagnés dans leur projet, l’association fondée par Martin Hirsch propose une intégration dans le monde...

C. Cosme (OIT France) : " L'OIT opte pour une vision universelle de la protection sociale"

C. Cosme (OIT France) : " L'OIT opte pour une vision universelle de la protection sociale"

À l’occasion de son centenaire, l’Organisation internationale du travail (OIT) réaffirme son engagement en faveur de la protection sociale universelle...

Sexisme au travail : comment le reconnaître ?

Sexisme au travail : comment le reconnaître ?

Le Code du travail condamne fermement les agissements sexistes, définis comme « tout agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour e...

T.Terentyeva (Rosatom) : "La diversité de la main-d’œuvre est source de productivité"

T.Terentyeva (Rosatom) : "La diversité de la main-d’œuvre est source de productivité"

Tatyana Terentyeva est la directrice des ressources humaines de Rosatom, l’agence fédérale russe de l’énergie atomique. Dans un secteur économique for...

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

P. O. Bernard (Opleo Avocats) : "Une bonne gouvernance doit permettre de sortir d’un conflit"

La gouvernance est un sujet dont l’importance est trop souvent minimisée par les entreprises. Pourtant, une gouvernance efficace est indispensable pou...

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

P.Coton (CFTC) : "Pour le moment, la réforme est sociale"

Pascale Coton mène les négociations sur la réforme des retraites au nom de la CFTC dont elle est vice-présidente. Elle estime que, pour l'instant, le...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message