Intelligence artificielle : entre risques et opportunités

Grâce à l’intelligence artificielle, la productivité des entreprises pourrait bondir de 30 % d’ici à 2030. Pour réaliser ce potentiel, les sociétés devront revoir leur organisation, former leurs collaborateurs et anticiper les nouveaux besoins de recrutement.

© Jirsak

Grâce à l’intelligence artificielle, la productivité des entreprises pourrait bondir de 30 % d’ici à 2030. Pour réaliser ce potentiel, les sociétés devront revoir leur organisation, former leurs collaborateurs et anticiper les nouveaux besoins de recrutement.

En mettant en place un système d’automatisation dirigé par une intelligence artificielle (IA), une grande banque française a considérablement réduit ses délais d’enregistrement des projets dans le contrôle de gestion. Alors qu’un humain a besoin de 2,5 à 3 jours pour intégrer l’opération dans le système, le processus permet de réaliser la même tâche en seulement dix minutes. Cet exemple illustre le potentiel que l’IA représente pour les entreprises. Mais le fait que l’institution ne souhaite pas être identifiée montre qu’il existe aussi des risques.


L'importance de la data

Pour les entreprises, l’automatisation des process est le premier défi majeur. Il s’agit en effet d’une solution simple et rapide à mettre en place qui permet de gagner en productivité mais aussi de développer son service client. En installant des chatbots, un acteur majeur du secteur de l’énergie a pu réduire ses coûts de 25 % tout en améliorant la prestation proposée à ses usagers. Mais l’IA ne se limite pas à l’automatisation, elle doit permettre de créer de nouveaux services et de conquérir des marchés. Réussir une telle transition implique bien évidemment une réflexion et une gestion en amont. La question des données est à ce titre cruciale. Dépendante du deep learning et du machine learning (capacité d’apprentissage), l’intelligence artificielle a besoin d’une base de data bien qualifiée et structurée. « Sans données, pas d’information, et sans information, pas d’intelligence artificielle possible », confirme François Binder, directeur conseil chez Umanis, une entreprise spécialisée dans la business intelligence et dans les métiers liés au big data.

« En apportant plus de  flexibilité, l’IA va supprimer le caractère hiérarchique des relations  entre hommes et machines »

Autre sujet sensible, l’emploi. Si aucune société ne s’aventure à donner des chiffres précis, il semble que la mise en place de ces process engendrera des suppressions de postes à court terme. Augustin Marty, cofondateur et P-DG de Deepomatic, société de programmation informatique, souligne le fait que «  l’intelligence artificielle résout des problèmes qui ne sont pas traités par des humains ». La RATP travaille par exemple à la mise au point de caméras capables d’identifier des situations anormales et d’intervenir automatiquement par la voix. Des emplois seront même créés pour appréhender et éduquer ces technologies. Les directions de grands groupes préfèrent mettre l’accent sur la destruction créatrice chère à Joseph Schumpeter. Pour Philippe Cassoulat, directeur général de Talan, société experte dans l’accompagnement de la transformation agile, « l’automatisation doit être perçue comme une opportunité qui permet de recentrer l’humain sur des tâches à plus forte valeur ajoutée ». Objectif : « Gagner du temps pour faire autre chose  », résume Étienne Bureau, directeur de la stratégie et de l’innovation chez Devoteam, entreprise de conseil.

L'humain au centre de la relation avec la machine

Pour le cabinet Accenture, la machine ne prend pas la place de l’homme mais devient au contraire un facteur d’évolution des compétences, en permettant aux salariés de se focaliser sur des tâches à plus forte valeur ajoutée. « C’est la possibilité d’un travail plus riche et plus solidaire. Les salariés doivent pouvoir utiliser la technologie pour aller plus loin dans leur travail », précise Laurence Devillers, auteure Des robots et des hommes et codirigeante du groupe « Éthique appliquée » du Hub France IA. En apportant plus de flexibilité, l’intelligence artificielle va supprimer le caractère hiérarchique des relations entre hommes et machines. Des pratiques qui doivent toutefois être encadrées. Laurence  Devillers appelle ainsi à la prudence : « Il faut maîtriser les outils d’intelligence artificielle et le choix des données, qui peuvent présenter des biais, et acquérir un sens critique par rapport à eux. » La professeure au CNRS encourage la création « d’une cellule interne autour de l’éthique » afin de communiquer et informer sur les limites à ne pas franchir. Selon elle, « l’humain doit rester dans la boucle de décision pour instaurer un climat de confiance ». Pour cela, il est essentiel que les salariés comprennent les décisions de la machine. La réussite d’une telle transition dépend d’un changement structurel profond. « La collaboration des employés avec les intelligences artificielles mises en place est l’enjeu crucial, résume Étienne Bureau. Car c’est de là que découle le plus grand gain de productivité. »

Le renouveau du management 

Le management devient alors un élément clé dans la transition. La création de cette relation homme-machine introduit une modification de la nature du travail. Il faut repenser en profondeur l’organisation de l’entreprise, sa chaîne décisionnelle et sa culture. Même le rôle des managers sera profondément impacté. Planification et coordination des travaux, suivi et reporting, application des normes et règlements : autant de tâches automatisables qui ne leur incomberont plus. Ils se focaliseront dorénavant sur les activités requérant des compétences plus humaines, faisant appel à un jugement personnel et à des capacités de réflexion et d’interprétation. Ils devront non seulement gérer l’arrivée de nouvelles technologies mais aussi motiver et diriger des équipes 
dans un environnement en mutation permanente, d’où la nécessité de repenser la relation managériale afin de favoriser l’investissement vers la gestion des talents et donc la formation et le recrutement. Les critères d’évaluation ont déjà changé ainsi que les formations et le niveau de compétence exigés. À ce titre, le service RH est le secteur le plus touché par la montée en puissance de l’intelligence artificielle, et non le département innovation. Seules les entreprises qui l’auront compris profiteront de cette révolution en cours.

Morgane Al Mardini et Vincent Paes

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Intelligence artificielle : la 4e révolution industrielle est en marche

La première révolution industrielle a utilisé le charbon et la vapeur pour mécaniser la production, la seconde s’est servie de l’énergie électrique pour créer la production de masse et la troisième a mis à profit l’électronique et la technologie de l’information pour en automatiser les processus. Mais la quatrième révolution, qui se déroule aujourd’hui, aura des conséquences encore plus importantes. Longtemps perçue comme un rêve, elle est aujourd’hui devenue une réalité.
Sommaire Un potentiel sans limite Vahé Torossian (Microsoft) : « Il faut faire de l'accessibilité au numérique un axe fort pour la France » Frédérique Vidal : « La meilleure façon de prédire l’avenir, c’est de le construire » Les mirages de l’intelligence artificielle
Sommaire
D. Kalfon (Sanso IS) : "Ne pas cantonner l’analyse extra-financière à l'exclusion des mauvais élèves"

D. Kalfon (Sanso IS) : "Ne pas cantonner l’analyse extra-financière à l'exclusion des mauvais élèves...

Sanso Investment Solutions, dont l’actionnaire de référence est OTCex, a su trouver le bon équilibre entre croissance externe et croissance organique,...

C. Ballou (Ballou) : "Les fonds respectant la parité sont 10 à 20 % plus performants "

C. Ballou (Ballou) : "Les fonds respectant la parité sont 10 à 20 % plus performants "

La finance est encore un secteur très masculin. Le venture capital ne fait pas exception. Pourtant, les initiatives se multiplient pour insuffler à c...

Le match du Brexit : Paris vs Londres

Le match du Brexit : Paris vs Londres

Alors que le Premier ministre britannique rencontre Emmanuel Macron, Paris et Londres sont plus que jamais en concurrence pour la place de première vi...

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

L. Lefeuvre (La Compagnie des CGP-CIF) : "La profession a besoin de clarté"

Ardent défenseur des plus petits cabinets de conseiller en gestion de patrimoine (CGP), Laurent Lefeuvre, vice-président de La Compagnie des CGP-CIF n...

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisations"

G. Sitbon (Sycomore AM) : "La gestion passive tend à favoriser un petit nombre de grandes capitalisa...

En combinant positions acheteuses et positions vendeuses, les fonds long/short sont capables, en théorie, de mieux résister à une baisse des marchés f...

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

M. Möttölä (Morningstar) : "Il existe une forte hétérogénéité entre les fonds long/short actions"

Aux yeux de Matias Möttölä 2018 aura été une année décevante mais pas désastreuse pour les fonds long/short Actions Europe. En moyenne, ils ont perdu...

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

La Bourse de Londres acquiert Refinitiv

Cette acquisition, valorisée à 27 milliards de dollars, permettra à la LSE de concurrencer l’américain Bloomberg, le géant des données financières.

R.Leban (CGPC) : "Les CGP n’ont pas conscience des enjeux autour de la gestion du patrimoine des personnes vulnérables"

R.Leban (CGPC) : "Les CGP n’ont pas conscience des enjeux autour de la gestion du patrimoine des per...

L’Association française des conseils en gestion de patrimoine certifiés (CGPC) compte près de 1 700 membres et a certifié plus de 2 600 professionnels...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message