Engie vend 29,9 % de ses parts dans Suez à Veolia

29,9 % du capital de Suez, détenus jusque-là par Engie, viennent d’être rachetés par la multinationale française de traitement de l’eau et des déchets, Veolia. Première étape avant l’offre publique d’achat pour prendre le contrôle de Suez.

© Laurent Grassin

29,9 % du capital de Suez, détenus jusque-là par Engie, viennent d’être rachetés par la multinationale française de traitement de l’eau et des déchets, Veolia. Première étape avant l’offre publique d’achat pour prendre le contrôle de Suez.

Après des semaines d’incertitude et de négociations parfois houleuses, l’acteur mondial de l’énergie répond favorablement à la demande de Veolia, vendant 29,9 % des parts de Suez au prix de 18 euros par action (en coupon attaché). Le fonds d’investissement Ardian a préféré se retirer de la bataille, ne pouvant pas proposer une offre aussi élevée.

Pour rappel, le 30 août dernier, le chef de file mondial des services de traitement de l’eau et des déchets annonçait sa volonté de reprendre les actions de Suez détenues par Engie. Mais Suez et ses salariés craignaient une offre de rachat hostile. Par ce regroupement, Antoine Frérot, PDG de Veolia déclarait alors dans un communiqué de presse, sa volonté de construire un "super champion mondial de la transformation écologique". Puis abandonnant l’hypothèse d’une offre hostile et après avoir renégocier certains termes, le conseil d’administration de l’actionnaire majoritaire acceptait la proposition de Veolia, alors que l’État est formellement contre.

Des engagements forts

Pour que le rapprochement soit accepté, de nombreuses promesses ont été faites par le nouvel actionnaire. Les engagements sociaux ont été confirmés et transmis au conseil d’administration d’Engie ainsi qu’au ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance. L’opération n’aurait aucun impact négatif sur l’emploi en France, et prévoit l’intégration de certains membres de la direction de Suez auprès de la direction de Veolia. La cession de certains des actifs de Suez doit également se dérouler correctement pour les salariés et le groupe, avec la garantie de repreneurs aux mêmes intentions sociales. Pour respecter la concurrence, d’autres engagements ont également été pris. En attendant l’accord définitif de la Commission européenne, concernant de nombreuses juridictions (l’Union européenne, la Chine, le Maroc, les États-Unis...), Veolia s’engage à ne pas faire jouer son droit de vote sauf en cas exceptionnel, celui d’un danger pour la valeur patrimoniale de la participation et avec l’accord de l’institution européenne. Aussi, pour éviter un refus de l’opération, Veolia souhaite céder les activités Suez Eau France et ainsi maintenir l’emploi et la concurrence. La société française d’investissement d’infrastructures publiques Meridiam, propose de racheter cette branche d’activité, une offre valable jusqu’au 31/12/2022.

La volonté d’une prise de contrôle

Pour Veolia, après ce rapprochement, la prochaine étape sera le lancement d’une offre publique d’achat (OPA) volontaire et numéraire de Suez. Elle sera au même montant (soit 18 euros par action) mais soumise à certaines conditions. Le prix pourrait être revu, si certains événements survenaient, notamment en raison d’un amortissement ou d’une réduction de capital par Suez. En fonction de ces circonstances, l’OPA pourrait ne plus être déposée, comme en cas de cession d’actifs stratégiques, par exemple. Le dépôt de cette proposition devrait se dérouler dans les 12 à 18 mois prochains, après l’accord du conseil d’administration de Suez et de l’Autorité de la concurrence.

Un total de 3,4 milliards d’euros

Pour financer le rachat des 29,9 % d’actions, les ressources propres du groupe seront utilisées. L’OPA serait financée par un crédit-relais. Pour le rembourser, Veolia envisage déjà un refinancement grâce notamment aux revenus issus de la cession des actifs auprès de Meridiam mais aussi et potentiellement grâce à l’émission de titres de capital. Ainsi sa notation ne serait pas trop basse et elle conserverait, une fois les sociétés regroupées, un ratio d’endettement propre à ses objectifs.

La cession des actifs Suez d’Engie représente un montant de 3,4 milliards d’euros. Malgré la réticence de l’État, le rapprochement est désormais inévitable et les discussions de l’OPA continuent pour créer un véritable géant mondial de la transition écologique.

Agathe Giraud

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Sobriété : comment en faire Plus ?

Sobriété : comment en faire Plus ?

A4MT lance un programme inédit de recherche : Promouvoir les usages soutenables (Plus), en partenariat avec le Shift Project. L’objectif : recenser et...

Telaqua : la start-up qui coule de source

Telaqua : la start-up qui coule de source

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Telaqua.

Canicule : parlons climat, pas météo

Canicule : parlons climat, pas météo

Pour faire face au réchauffement climatique, le dernier rapport du Giec recommande, entre autres, le remplacement des énergies fossiles, la limitation...

A.K Amadou (OYA) : "Le continent africain, ce géant et nain électrique"

A.K Amadou (OYA) : "Le continent africain, ce géant et nain électrique"

Appelé à juste titre le "continent des paradoxes" par Christine Heuraux, l’Afrique possède des ressources naturelles capables de faire face aux besoin...

Dimitri Boulte nommé directeur général de SFL

Dimitri Boulte nommé directeur général de SFL

Dimitri Boulte a été nommé directeur général de SFL. Anciennement directeur général délégué, il succède à Nicolas Reynaud qui poursuivra d'autres proj...

French Tech Green20 : la promotion 2022 dévoilée

French Tech Green20 : la promotion 2022 dévoilée

Comment réconcilier technologie et écologie ? Les vingt-deux start-up de l’écosystème greentech français, sélectionnées dans le cadre de la deuxième é...

La lutte contre le greenwashing arrive aux portes de la finance

La lutte contre le greenwashing arrive aux portes de la finance

La France l’a inscrit dans le champ des pratiques commerciales trompeuses, l’Union européenne peaufine ses textes, la justice allemande a franchi l’ét...

Buildrz : changer la donnée

Buildrz : changer la donnée

Chaque semaine, Décideurs vous propose un focus sur une start-up prometteuse ou un acteur incontournable de la tech française. Aujourd’hui : Buildrz.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message