En route vers de nouvelles mobilités

La transition énergétique dans les flottes d’entreprises ne va pas seulement favoriser les véhicules électriques. De nouvelles solutions de mobilité vont être proposées aux collaborateurs des entreprises.

La transition énergétique dans les flottes d’entreprises ne va pas seulement favoriser les véhicules électriques. De nouvelles solutions de mobilité vont être proposées aux collaborateurs des entreprises.

Décathlon qui propose des vélos de fonction aux entreprises. BMW qui commercialise des vélos électrique (VAE) associés à l’achat d’une voiture neuve de la marque. La Fnac et Darty qui ajoutent des scooters électriques à leur gamme de trottinettes électriques. La marque Seat, enfin, qui lance une gamme de scooters et de trottinettes électriques   "pour rendre la mobilité du dernier kilomètre moins stressante". Seul point commun à l’ensemble de ces initiatives : "Une volonté d’étendre l’offre de mobilité urbaine et de proposer de nouvelles alternatives à la voiture individuelle." Cette transformation du paysage de la mobilité, tout comme le changement de pratique professionnelle que l’on constate parmi de grandes enseignes, se retrouve aussi dans l’univers du véhicule d’entreprise.

D’abord chez les constructeurs automobiles, lesquels développent tous des structures d’accueil pour les nouvelles mobilités. On le constate chez Stellantis (ex-PSA) avec sa branche d’activité Free2Move. Conçue comme une application offrant un accès centralisé aux services de plusieurs opérateurs d’autopartage et à plusieurs modes de déplacement, Free2Move donne aujourd’hui accès à des solutions d’autopartage, de location en courte ou longue durée. Cette structure a aussi déployé une offre d’abonnement de voitures à la demande et sans engagement de durée (Car on Demand) laquelle a enregistré 30 000 demandes d’abonnement depuis son lancement l’an passé. Dernier venu sur ce terrain, Toyota a créé il y a quelques mois la marque Kinto. Une société de gestion des services de mobilité qui aura à gérer des offres d’abonnement de location de courte et longue durée, de covoiturage et d’autopartage pour les entreprises. Toyota projette également le lancement de Kinto Go, une offre multimodale permettant de réserver taxis, vélos ou d’acheter des billets de transports en commun via une application mobile.

Mobility Tech Green

Une app dédiée à la mobilité

Chez les loueurs longue durée également, la réflexion sur les alternatives à la voiture de fonction est à l’étude depuis plusieurs années. Ainsi, ALD Automotive développe auprès de ses clients des solutions d’autopartage, de covoiturage ainsi qu’une offre de services de vélos partagés et de location de trottinettes électriques. "Cette année, indique Guillaume Maureau, directeur général adjoint d’ALD, nous proposons une nouvelle formule pour les collaborateurs des entreprises, laquelle associe un vélo électrique de fonction couplé à une voiture pour une durée de 30 jours durant les week-ends ou les périodes de vacances. Une solution de location longue durée de vélos aux salariés sera également disponible." Même développement chez Arval qui fournit à ses clients plusieurs solutions d’autopartage ou de covoiturage et qui vient de lancer un pilote en partenariat avec Decathlon en ce qui concerne le vélo de fonction. Reste à intégrer cette offre dans les services de mobilité retenus par les entreprises, explique Ferréol Mayoly, directeur général d’Arval France dont l’ambition est de parvenir à un volume de 15 000 vélos de fonction en France d’ici à 2025.

Chez Arval, l’heure est aussi au développement d’une application mobile dédiée à la mobilité des collaborateurs des entreprises. "Cette app en test chez des clients pilotes d’Arval rassemble des solutions de déplacement quotidien à disposition des salariés des entreprises, qu’ils soient éligibles ou non à un véhicule de fonction, explique ce loueur. Elle facilite leurs choix entre différents modes de transport (auto, vélo, transports en commun, covoiturage...)., quels que soient leurs trajets." 

L’application Arval Mobility App intègre la politique de mobilité de l’entreprise et peut donner accès à des formules de mobilité telles que l’autopartage ou les taxis aux collaborateurs qui sont éligibles. Par la suite, cette application donnera la possibilité de gérer un budget mobilité durable. Ce sera le cas dès cette année avec l’accès aux transports publics.

Forfait mobilité et vélo

Dans son rapport Le monde d’après : quel sera l’impact de la pandémie sur nos modes de vie ?, Allianz Partners relève les changements en cours dans les besoins et modes de déplacement. "Le télétravail se traduira par un engouement plus marqué pour les solutions de mobilité flexibles et partagées, tandis que la location de véhicules de courte durée devrait gagner du terrain au détriment du modèle classique de propriété automobile, indique cet assureur. Certains constructeurs automobiles estiment que, d’ici à 2025, les services sur abonnement représenteront 10 % de l’ensemble des ventes de véhicules aux États-Unis et en Europe." 

Bee Cycle

Et comme pour montrer l’exemple, Allianz France a mis en place le Forfait Mobilités durables pour le personnel de l’entreprise. Celui-ci peut bénéficier de la contribution de 500 € fixée par les pouvoirs publics sous forme de carte de débit pour utiliser un vélo, le covoiturage, les transports en commun ou des engins de déplacement personnels en location ou en libre-service (scooters et trottinettes) en free-floating. Dans ce cadre, le vélo ne manque pas de séduire et connaît une seconde jeunesse. Les opérateurs de location de vélos tels que Bee Cycle se multiplient et reçoivent le soutien du ministère de la Transition écologique dont le programme Objectif employeurs pro-vélo vise le développement de l’usage du vélo sur les trajets domicile-travail. Pour encourager les entreprises dans cette voie, un label va leur être décerné tandis qu’un soutien technique et financier pourra leur être attribué pour la mise en place d’infrastructures et de services. Véligo Location proposé par Ile-de-France Mobilité, la start-up Azfalte qui vient de signer avec ALD Automotive pour la location de vélos de fonction ou encore le nouveau service premium de vélos électriques en abonnement mensuel de Red-Will, s’inscrivent dans cette voie. Reste encore à convaincre les entreprises et leurs collaborateurs. Selon l’étude de l’Insee publiée en janvier dernier, 74 % des actifs en emploi en France se déplacent en voiture durant leurs trajets domicile-travail et seulement 2,1 % circulent à vélo.

Pro-perso : l’autopartage mutualisé

Le véhicule d’entreprise n’a toutefois pas dit son dernier mot, notamment dans le cadre de l’autopartage. Mis en retrait provisoire durant la crise sanitaire, son retour sur le devant de la scène est attendu notamment par la start-up Mobility Tech Green avec son offre pro-perso . Cette formule d’autopartage est née chez MGT de la demande spécifique faite par son client Orange pour l’usage de sa flotte en pool. L’objectif de l’opérateur téléphonique était à la fois de proposer à tous ses employés des services de mobilité innovants, d’optimiser l’usage des véhicules sous-kilométrés par rapport à leur loi de roulage et de répondre aux objectifs de responsabilités sociétales des entreprises. Comme l’explique Alexandre Fournier, directeur marketing et communication de Mobility Tech Green, "cette formule d’autopartage permet en effet de proposer aux salariés d’une entreprise, moyennant une contribution financière, un accès pour leurs déplacements personnels au parc de véhicules partagés en dehors des heures ouvrées, durant les soirées et les week-ends. Cet accès payant peut contribuer à rembourser le service d’autopartage mis en place par l’entreprise et même de le rentabiliser sur le long terme." D’autant que cette formule d’autopartage peut être étendue aux véhicules de fonction, notamment lorsqu’ils sont totalement libérés durant les congés. L’objectif étant, là aussi, d’optimiser le taux d’utilisation des voitures en parc et d’éviter que celles-ci demeurent, à 95 % de leur temps, inutilisées sur le parking de l’entreprise. Chez Orange, 12 % des véhicules en autopartage peuvent être réservés par les salariés pour un usage personnel. L’objectif étant d’atteindre un taux de 50 % d’ici la fin de l’année. Enfin, un quart des clients de Mobility Tech Green a désormais adopté l’option Pro-Perso et, pour certains de leurs collaborateurs, cette opportunité a débouché sur un renoncement à la propriété d’un véhicule personnel notamment dans le cas du second véhicule possédé par un ménage. Autant dire que les nouvelles mobilités jouent désormais sur tous les tableaux

Jean-Pierre Lagarde

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

retrouvez l'intégralité du dossier Flotte auto : découvrez notre dossier spécial

Flottes d'entreprise qui se mettent à l'électrique, nouvelles mobilités, interviews d'experts, fiscalité, essais... Découvrez sans tarder ce dossier dans Décideurs Magazine.
Sommaire Les entreprises face au big bang de la mobilité Voitures électriques : Mercedes accélère F. Châtelet (LeasePlan) : "Vers un véhicule électrifié sur quatre en 2021" Fiscalité automobile : le casse-tête de 2021 On a testé pour vous le Peugeot 508 PSE SW J.C Melaye (Bee Cycle) : "Le vélo de fonction n’en finit pas de séduire"
C. Pasdeloup (Monoprix) : "Les coachs externes parlent le même langage que nos managers"

C. Pasdeloup (Monoprix) : "Les coachs externes parlent le même langage que nos managers"

Destinée à l'ensemble du groupe Monoprix, #Moncoach permet de réserver une séance de coaching afin de résoudre une problématique managériale. Cécile P...

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Patrick Blethon (Saur) : "En France, on ne connaît pas le prix de l’eau"

Président de Saur depuis un an et demi, Patrick Blethon déroule son plan stratégique. Au menu : s’internationaliser, se rapprocher de ses clients et s...

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Red River West ouvre les portes de l’Eldorado aux start-up françaises

Le fonds de capital-risque indépendant, sponsorisé par la holding de François Pinault Artémis, mise sur les entreprises françaises et européennes qui...

La renaissance de la foodtech

La renaissance de la foodtech

L’année 2020 aura été une année record pour l’écosystème des foodtech européennes. Celles-ci atteignent un niveau de deals de 2,7 milliards d’euros....

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Vente directe, VDI et Covid : le pire n’est jamais sûr…Encore faut-il anticiper !

Contrairement à ce que le premier confinement du printemps 2020 laissait présager, la crise du Covid a été une fois de plus un révélateur de la formid...

Vincent Rouaix, le conquistador

Vincent Rouaix, le conquistador

Le PDG d’Inetum, entreprise spécialisée dans les services informatiques, a mené 38 acquisitions depuis son arrivée en 2009. À la tête d’un groupe qui...

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

A. Simon Druon (Cabinet Netter) : "Lever les brevets n’est pas une solution"

Alors que le débat autour de la levée des brevets sur les vaccins s’intensifie et que Joe Biden comme Emmanuel Macron y seraient favorables, Aurore Si...

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

E. Lepoutre (Lepoutre & Partners) : "Je signe mes recrutements avec mon sang"

Avocat aux barreaux de Paris, Barcelone, Madrid et New York, Emeric Lepoutre travaillait chez Gide lorsqu’il a été approché par l’un de ses clients po...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte