Emmanuel Macron : les points saillants d’une interview fleuve

Dans un longue entretien accordé au magazine Zadig, le président de la République se dévoile comme rarement. Au programme, son rapport au territoire, son enfance, sa vision du pays. Morceaux choisis.

Dans un longue entretien accordé au magazine Zadig, le président de la République se dévoile comme rarement. Au programme, son rapport au territoire, son enfance, sa vision du pays. Morceaux choisis.

Le monde d’après, une nouvelle Renaissance

C’est un fait historique réel mais somme toute peu connu : La peste noire qui a ravagé l’Europe au XIVème siècle a été le ferment de la Renaissance. Après chaque catastrophe (guerre, épidémie) la société est en proie à une frénésie d’activité pour rattraper le temps perdu. Il en résulte des progrès techniques, une explosion de la créativité artistique ou de la natalité. Pour Emmanuel Macron, le "nouveau monde" post-Covid-19 emprunte certaines similitudes à la Renaissance : "Je relierais la période que nous vivons à la fin du Moyen Age et au début de la Renaissance. C’est l’époque de phénomènes qui forgent un peuple, je dirais même de la réinvention d’une civilisation".

La Renaissance fut également une période de changements politiques avec, en France, l’avènement d’un État central fort et la fin progressive du modèle féodal. Pour Emmanuel Macron, une fois encore, il existe une similitude entre notre époque et la Renaissance vue comme « un moment de tensions qui travaillent le pays, entre un État central et des féodalités. C’est enfin un temps où la question européenne se pose, sans oublier le rapport entre les religions ». Montée en puissance de l’islamisme aujourd’hui, relations entre protestants et catholiques hier…

Corporatisme : une petite phrase lourde de sens

C’est une phrase passée inaperçue mais lourde de sens : « La maladie de la France n’est pas la bureaucratie ni le centralisme mais les corporatismes qui défendent les intérêts et protègent l’entre soi ». Deux messages sont subtilement envoyés : la bureaucratie n’est pas coupable de tous les maux. Le président semble vouloir enterrer la hache de guerre avec la haute fonction publique avec laquelle il ne s’est pas montré tendre ces derniers temps. De plus, en s’en prenant au corporatisme, Emmanuel Macron revêt les habits gaullistes puisque c’est la France de Vichy qui a remis au goût du jour le corporatisme (pour tuer dans l’œuf l’influence des syndicats).

La fin de l’Ena

Emmanuel Macron assume toutefois la fermeture de l’Ena : « On doit sélectionner différemment, s’ouvrir à des publics plus divers, rassembler dans un tronc commun treize écoles du service public ». Toutefois, il se déclare favorable au classement de sortie, symbole méritocratique qui ne doit pas pour autant « déterminer tout le reste de la carrière. Être nommé préfet ou ambassadeur à vie, c’est fini ».

Géographie présidentielle

Traditionnellement, un président est attaché à une terre dans laquelle il puise son inspiration : Auvergne pour Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing, Landes et Nivernais pour François Mitterrand, Corrèze pour Jacques Chirac... Dans cet entretien fleuve, Emmanuel Macron a dévoilé sa géographie personnelle : « Ma France, c’est une carte sensible entre deux pôles que sont Amiens et les Pyrénées, puis un troisième pôle, Paris ». Pour lui, les Pyrénées sont le symbole d’une "ruralité heureuse". Il précise également avoir "passé son enfance dans une bulle plutôt heureuse". Encore une fois, le successeur de François Hollande clame son amour pour Marseille qu’il qualifie "d’extraordinairement attachante (…). Je suis sûr que quelque chose va se passer à Marseille, car les conditions de possibilité d’une réinvention du lieu et d’une réappropriation sont là, indépendamment de la vie politique". Plus surprenant, le président tresse les louanges de la Seine-Saint-Denis qui a "le plus grand nombre de créations de start-up par habitant". "Il ne manque que la mer pour en faire la Californie".

Vocabulaire désuet

Oui, Emmanuel Macron parle anglais et maîtrise le vocabulaire du management. Mais il se distingue aussi par l’emploi de mots désuets tels que la poudre de perlimpinpin. La raison ? "J’ai grandi dans les souvenirs de ma grand-mère. J’ai donc une vision de la France qui n’est pas du tout celle de ma génération".

Sa vision des gilets jaunes

Selon lui, la crise des gilets jaunes trouve sa source dans la désindustrialisation et la métropolisation qui ont ruiné la France périphérique : "nous avons pensé pouvoir faire un pays sans usines""beaucoup de services sont partis vers Paris et Lille", analyse le président qui prend pour exemple sa région natale : "La régjon de Gamaches (…) s’est totalement appauvrie avec l’effondrement de l’industrie textile. Pareil pour l’Avesnois et la Thiérarche, aux confins de l’Aisne et du Nord". S’ensuit une colère et une "redécouverte de la violence".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

Édouard Philippe, 2027 pour horizons

Édouard Philippe, 2027 pour horizons

Non, avec la création de son propre mouvement politique, l’ancien premier ministre ne compte pas trahir Emmanuel Macron à qui il doit beaucoup. Son ob...

Stéphane Le Foll, le poil à gratter du PS

Stéphane Le Foll, le poil à gratter du PS

Lors de la primaire du PS, qui s’est volontairement déroulée en catimini, l’ancien ministre de François Hollande a réalisé un score plus qu’honorable...

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Anne Méaux, la femme qui murmure à l'oreille des puissants

Le plafond de verre ? Anne Méaux l’a crevé dès l’âge de 20 ans à une époque où les femmes influentes se comptaient pratiquement sur les doigts d’une m...

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Enquête. Syndicats : où sont les femmes ?

Les entreprises déploient de nombreux dispositifs afin de réduire les inégalités hommes-femmes. Pourtant, certains secteurs restent hermétiques à cett...

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Comment les dirigeants politiques nous manipulent… avec des animaux !

Quel est le point commun entre Emmanuel Macron, Kim Jong-un, Vladimir Poutine ou Joe Biden ? Tous utilisent une puissante technique de manipulation de...

LGBT, un vote convoité

LGBT, un vote convoité

Une gauche qui reste dominante mais déclinante, une droite classique à la peine. Et une extrême droite en pleine ascension qui surfe sur les agression...

30 milliards d’euros pour la France de 2030

30 milliards d’euros pour la France de 2030

Mardi 12 octobre, Emmanuel Macron présentait un programme de dix objectifs pour garantir à la France une croissance pérenne et gagner en souveraineté....

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Les journalistes Dmitry Muratov et Maria Ressa remportent le prix Nobel de la paix

Ces deux défenseurs de la liberté d’expression succèdent au programme alimentaire mondial (PAM). Un sacre qui déjoue les pronostics.

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message

Ce site utilise des cookies. En continuant la navigation, vous acceptez nos conditions d'utilisation des cookies.
Plus d'informations

J'accepte