Emmanuel Macron, le Grand Soir

C’est finalement huit jours après la date prévue, que le Président Macron est passé à l’Acte II du grand débat : celui des annonces et des mesures. En vue : pas de changement de cap, mais un approfondissement du fond et un changement de la forme.

C’est finalement huit jours après la date prévue, que le Président Macron est passé à l’Acte II du grand débat : celui des annonces et des mesures. En vue : pas de changement de cap, mais un approfondissement du fond et un changement de la forme.

Le discours, préalablement enregistré, devait avoir lieu il y a plus d’une semaine. L’incendie de Notre-Dame, l’arrêt qu’il a imposé dans l’agenda gouvernemental et les fuites qu’il aura occasionnées dans l’allocution présidentielle en ont voulu autrement.

C’est donc dans le cadre inédit d’une conférence de presse, la première de son quinquennat, que le Président Macron s’est adressé jeudi 25 avril aux Français, pour répondre aux attentes exprimées au cours du grand débat. À 18 heures précises, devant un parterre de journalistes triés sur le volet, le chef de l’État a pris la parole. Déployant les grands axes d’une « nécessaire transformation » : refonte démocratique, travail et formation, revalorisation des « permanences du projet français »…  Il s’est dit conscient de certaines erreurs passées et de leur part de responsabilité dans des « colères justifiées » et déterminé à « replacer l’humain » au cœur de son projet pour la France.

« J’assume »

« Beaucoup a été fait sur ces deux dernières années, mais beaucoup de choses ne se voient pas tout de suite… On est un pays où l’on attend énormément, parfois trop, du chef de l’État », a déclaré le président qui a reconnu ne pas avoir toujours eu « conscience de cette attente qui a provoqué une certaine colère ». Tout comme sa tendance passée à faire trop vite et trop seul…  « Quand on n’explique pas suffisamment, qu’on n’associe pas suffisamment, même si on prend les bonnes décisions, a-t-il admis, elles sont perçues comme ayant été imposées. » « Diriger en démocratie, c’est accepter de ne pas être populaire et je préfère être responsable, tenir mes engagements et prendre les décisions que je crois bonnes et être impopulaire plutôt que de chercher à plaire de façon éphémère. Donc j’assume », a déclaré Emmanuel Macron qui s’est dit « transformé » par l’exercice du grand débat et les enseignements qui en ont découlé.

« Nouvelle méthode »

« Cette période m’a changé, elle a accru mon sentiment d’immense responsabilité, la conviction que je n’aurai jamais de répit parce qu’il y a tant d’attente… », a affirmé le président de la République avant de poursuivre : « Ce que je veux aujourd’hui, c’est faire comprendre aux Français que j’ai compris, senti dans ma chair ce qu’ils vivent. » Le sentiment d’injustice sociale, fiscale, territoriale, le sentiment de souffrir d’un manque de considération, le manque de confiance envers les élites, « toutes les élites… » , le sentiment d’abandon, la peur « des grands changements » : le déclassement social et la dépendance, l’immigration et l’urgence écologique

"Quand on n'explique pas suffisamment, qu'on n'associe pas suffisamment, même si on prend les bonnes décisions, elles sont perçues comme ayant été imposées"

Pour le Président, l’heure n’est pas au virage de fond, mais à l’intensification des orientations amorcées et au changement de forme. « Les transformations en cours ne doivent pas être arrêtées. Elles n’ont pas été assez rapides, radicales et humaines mais elles sont justes à bien des égards. » D’ailleurs, a-t-il souligné, les résultats sont là : les investissements repartent, des emplois se créent et notre croissance est désormais supérieure à certains pays voisins… « La solution n’est donc pas dans le reniement », a-t-il estimé, mais dans la nécessité d’aller plus loin et dans celle « de remettre l’humain au cœur du projet, de l’enraciner… ».

« Angles morts »

« C’est la nouvelle méthode que je veux déployer pour répondre à la part d’énervement née de malentendus », a déclaré le chef de l’ÉtatC’est aussi la méthode qui permettra d’apporter une réponse juste et efficaces aux « angles morts » de la société révélés par le grand débat : les familles monoparentales, les actifs qui travaillent dans les villes sans avoir les moyens d’y vivre, les enfants handicapés, les retraités aux revenus insuffisants… toutes ces populations pour qui les politiques publiques, le Président l’a reconnu, sont insuffisantes quant elles ne sont pas inexistantes. Ces populations dont il entend regagner la confiance… « Chaque centimètre qu’on aura reconquis sera un centimètre de bonheur civique et républicain repris », a déclaré Emmanuel Macron.

Caroline Castets

Vous avez apprécié cet article ? Likez Magazine Décideurs sur Facebook !

L’Europe, terre de protection des données personnelles

L’Europe, terre de protection des données personnelles

Depuis l’adoption du RGPD le 14 avril 2016, les pays membres de l’Union européenne peuvent sanctionner les entreprises et institutions publiques non c...

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

Marie-Laure Denis, la diplomate de la donnée

À la tête de la Cnil (Commission nationale informatique et libertés) depuis février, Marie-Laure Denis connaît bien le monde de la régulation. Grâce à...

Rentrée politique : la plume fait le poids

Rentrée politique : la plume fait le poids

Les années passent et nos élus continuent de publier des ouvrages pour se faire connaître, montrer leur expertise ou attaquer leurs concurrents qui se...

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Cécile Duflot (Oxfam France) : "Un nouveau pilotage des actifs financiers est possible"

Ancienne ministre et désormais directrice générale de l’ONG Oxfam France, Cécile Duflot a défendu sa vision de l’économie, lors de l’université d’été...

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Voici pourquoi l’UDI soutient Benjamin Griveaux

Le parti dirigé par Jean-Christophe Lagarde se range derrière LREM dans la capitale. Un soutien bienvenu qui pourrait être monnayé au prix fort : l’ab...

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Université d’été du Medef : quand le capitalisme cherche à faire peau neuve…

Les 28 et 29 août s’est tenue la Ref, l’université d’été du Medef. Un événement qui est consacré à l’état des lieux du capitalisme en temps de crise.

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Université d’été du Medef : la stabilité fiscale, utopie française ?

Trop lourde, trop complexe et trop instable, la fiscalité française est régulièrement pointée du doigt pour expliquer le manque d’attractivité du pays...

Elections à Moscou : l'affront russe

Elections à Moscou : l'affront russe

Les autorités moscovites pensaient profiter de l’été pour écarter discrètement les candidats libéraux aux élections de la Douma de Moscou. C’était sa...

Lire plus d'actualités

Newsletter savoir pour agir

N'avancez plus à l'aveugle

Ne plus afficher ce message